terrain

Voir aussi : Terrain

Français

Étymologie

Variante de terrein. Du latin populaire *terranum, issu par substitution de suffixe du latin terrenum, de même sens ; de l’adjectif terrenus.

Nom commun

SingulierPluriel
terrain terrains
\tɛ.ʁɛ̃\
ou \te.ʁɛ̃\

terrain \tɛ.ʁɛ̃\ ou \te.ʁɛ̃\ masculin

  1. Terre, sol considéré par rapport à sa nature, à sa composition, à sa forme.
    • Le terrain est mou, le terrain est sablonneux, le terrain est en pente.
    • Cet arbre veut un terrain humide, un terrain fertile.
    • Bâtir sur un mauvais terrain.
  2. Espace de terre, défini par son emplacement ou sa délimitation.
    • Tout ce monde achète, vend, brocante. Des prélats spéculent sur les terrains et les constructions, des lazaristes sur les agences de recrutement militaire, etc., etc.  (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, note bas de page 256)
    • 8 mars. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé.  (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 138)
    • Derrière la maison sied un terrain de cinquante ares qui borde un chemin sur une longueur de soixante mètres. Il est tout à fait possible de le diviser en parts égales et de proposer ainsi à la vente trois terrains à bâtir.  (Alain Lebrun, « Le Luron triste », dans le Journal d'un notaire de campagne, Marivole Éditions, 2017)
    • Les assiégés disputèrent longtemps le terrain.
    • Ménager le terrain, Employer utilement le peu d’espace de terre qu’on a.
  3. (Par métonymie) Lieu où se déroule une action.
    • Après une passation des pouvoirs solennelle dans la matinée avec Edouard Philippe – le premier ministre avait assuré l’intérim –, Christophe Castaner, accompagné de son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, s’est donc précipité en banlieue parisienne, pour une première visite expresse aux forces de l’ordre sur le terrain, à grand renfort de gyrophares.  (Nicolas Chapuis, « Remaniement : au ministère de l’intérieur, passages obligés et accueil mitigé pour Castaner », Le Monde. Mis en ligne le 17 octobre 2018)
    • Toute une partie du film, qui n’est pas la moins intéressante, renoue par ailleurs avec l’enquête de terrain qui permet de mieux comprendre le délitement de la société américaine et par extension les raisons de ce vote.  (Jacques Mandelbaum, « « Fahrenheit 11/9 » : Donald Trump dans le viseur de Michael Moore », Le Monde. Mis en ligne le 31 octobre 2018)
  4. (Spécialement) (Par ellipse) Terrain de jeu.
    • D’énormes fumigènes rouges et une bombe agricole illuminèrent le virage de Boulogne, et différents projectiles fusèrent en direction du terrain sous les cris de : « CRS marseillais ! » Des agents de sécurité couraient dans tous les sens, […].  (Serguei Dounovetz, Le rap de la Butte-aux-Cailles, Syros (collection Souris noire), 2011, p. 16)
  5. (Équitation) Piste qu’on suit dans le manège.
    • Ce cheval embrasse bien le terrain.
  6. (Géologie) Ensemble de différentes couches de terre par rapport à leur ancienneté et à leur nature.
    • Terrain primitif.
    • terrain secondaire.
    • terrain jurassique, crétacé.
    • terrain d’alluvion.
  7. (Peinture) Ensemble des parties d’un paysage qui représentent la terre nue ou seulement revêtue d’herbes.
    • Des terrains bien disposés, bien rendus.
  8. (Figuré) Ensemble de facteurs propices ou néfastes à quelque chose.
    • La caserne est l’école de toutes les aberrations. Elle est également le terrain le plus propice à l’éclosion des révoltes.  (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 28)
    • L’endocrinologie et l’immunologie par exemple insistent sur une approche systémique : l'accent n'est pas mis sur l’agent causal des maladies, mais sur les capacités du corps à répondre à ces agents, ce que les médecins français appellent le « terrain ».  (L’homéopathie une pratique à histoires : Un temps fort : La crise des années trente, La Recherche, n°310, juin 1998, page 70)

Variantes orthographiques

Dérivés

Traductions

Prononciation

  • \te.ʁɛ̃\
    • France (Normandie) : écouter « terrain [te.ʁɛ̃] »
    • Québec (Montréal) : écouter « terrain [te.ʁẽ] »
  • \tɛ.ʁɛ̃\
    • Québec (Standard) : [tɛ.ʁẽ]
  • France : écouter « terrain »
  • France (Paris) : écouter « terrain »

Anagrammes

Voir aussi

  • terrain sur l’encyclopédie Wikipédia

Références

  • Tout ou partie de cet article a été extrait du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (terrain), mais l’article a pu être modifié depuis.

Anglais

Étymologie

Du français terrain, venant du latin terrenum.

Nom commun

SingulierPluriel
terrain
\tə.ˈɹeɪn\
terrains
\tə.ˈɹeɪnz\

terrain \tə.ˈɹeɪn\

  1. Terrain.

Interjection

terrain \tə.ˈɹeɪn\

  1. (Aéronautique) « Terrain! terrain!,... » (répété indéfiniment) — Sur les avions de ligne modernes, message d’alerte diffusé par les haut-parleurs du poste de pilotage et déclenché automatiquement par le GPWS, qui avertit les pilotes quand l’appareil est descendu beaucoup trop bas (risque de crash imminent).

Variantes

  • too low, terrain (too low = « trop bas »)
  • terrain, terrain, pull up, pull up (quand l’appareil est en piqué et que le sol est très proche…)

Anagrammes

Cet article est issu de Wiktionary. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.