Artillerie

Missile lancé par des artilleurs depuis un véhicule « Hummer »

L'artillerie est, dans l'art militaire, l'ensemble des armes lourdes servant à envoyer à grande distance des projectiles de gros calibre.

Cela a commencé dans l'Antiquité avec les armes de jet des Romains (balistes...), reprises et perfectionnées au Moyen Âge.

Puis, avec l'invention de la poudre à canon, on a vu arriver des canons de fer, de bronze, puis d'acier, qui ont d'abord tiré des boulets de pierre, puis de fonte, enfin des obus qui explosent à leur arrivée sur la cible.

Le XXe siècle a inventé des armes encore plus destructrices, comme les roquettes et les missiles.

Historique

Moyen Âge

La prise de Séville par Ferdinand III (1248), par Francisco Pacheco (1625).

Poudre noire

La poudre à canon a été découverte en Chine vers le IXe siècle, mais il ne s'agit pas encore d'artillerie : l'idée d'alors est de lancer des tubes de bambou emplis de poudre noire, fichés au bout de lances incendiaires ;

Canons en fer et boulets de pierre, abandonnés au mont Saint-Michel par Thomas de Scales (wp) en 1434.

Longtemps, on a attribué l'invention de la poudre noire à un certain Berthold Schwarz (wp), un alchimiste allemand qui aurait vécu au milieu du XIVe siècle. On dit même qu'il serait mort de ses expériences, mais cela tient de la légende. On n'est même pas sûr que ce moine ait jamais existé.

Canons de fer, boulets de pierre

Les bouches à feu du Moyen Âge sont construites comme des tonneaux : des douelles de fer sont assemblées de façon à former un tube ; l'ensemble des douelles est tenu par des cercles, eux-mêmes de fer.

Les boulets en pierre font peu de dégâts et les hautes murailles des villes et des châteaux forts remplissent encore pleinement leur rôle de protection.

Renaissance

Canons de bronze

Des armes bien plus redoutables apparaissent au milieu du XVe siècle, avec d'abord des armes fondues en bronze pour des boulets de pierre de calibres énormes, jusqu'à 60 cm au siège de Constantinople (1453). Mais ces boulets ne viennent pas à bout des murailles de plus en plus épaisses.

Boulets de fer

Tout change vers 1465, avec l'invention des boulets de fer forgé, capables de jeter à bas tous types de fortifications médiévales, surtout les plus hautes. Leur puissance permet de réduire la taille des canons et de les transporter beaucoup plus facilement. Le tir devient horizontal : un seul boulet peut faucher toute une troupe ou transpercer à distance les murs des châteaux et des cités fortifiées.

Le château de Langeais, en Touraine, commencé par Louis XI en 1465, est l'un des derniers châteaux forts de type médiéval, avec tours crénelées, chemin de ronde, pont-levis, et mâchicoulis. Il est inachevé, réduit à une façade. Le siècle suivant en fera une belle demeure Renaissance.

La forteresse de Salses, construite entre 1497 et 1502 par les rois catholiques espagnols, gardait l'étroit défilé qui contrôlait la frontière entre le Languedoc et le Roussillon. Ce château est une des premières réponses au problème posé par les boulets de fer : il a encore la plan carré des anciens châteaux forts, mais il est construit en brique, beaucoup moins sensible que la pierre à ces nouveaux projectiles. Il est semi-enterré, à la fois pour éviter les tirs à distance et infliger de lourdes pertes aux assiégeants depuis les plates-formes de tir installées en haut des murailles.

Après les guerres d'Italie de François Ier, la cause paraît entendue : les habitants des villes italiennes les plus riches s'abritent derrière des fortifications bastionnées, disposées en étoile, avec des canons dissimulés commandant de profonds et larges fossés. Cette disposition sera perfectionnée en France par Vauban au siècle suivant, pour le compte de Louis XIV.

Les fortifications de Paris, construites par Thiers sous Louis-Philippe, sont un des derniers grands projets conçus pour répondre aux canons de bronze et boulets de fer.

Temps modernes

Obus et canons rayés

Vers 1865 apparaissent de nouvelles armes, avec de nouveaux projectiles : ce sont des pièces d'acier à canon rayé à longue portée, qui tirent des obus explosifs, capables de passer au-dessus de n'importe quel type de fortification (à l'exception des forteresses enterrées). C'est l'armement des guerres de la fin du XIXe siècle, jusqu'aux deux Guerres mondiales. Il n'existe plus alors aucun moyen de défendre une ville et de tenir un siège : contre une invasion, il devient impératif d'arrêter les armées ennemies sur les frontières.

Roquettes et missiles

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands mettent au point des armes de conception nouvelle : ce sont les V1 et V2, qui ouvrent l'ère des engins balistiques autonomes, de type roquettes (projectiles non guidés) ou missiles (projectiles guidés), constitués d'une fusée chargée d'explosifs.

Il existe des missiles visant des objectifs situés à terre ou dans les airs : missiles sol-sol, sol-air, air-sol, air-air, et même des missiles anti-missiles. Ils peuvent être lancés depuis des installations terrestres, des véhicules, des navires ou des avions.

Portail des techniques  Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Artillerie de Wikipédia.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.