Attentat contre Charlie Hebdo

En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Attentat contre Charlie Hebdo », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Vue de la zone du 11e arrondissement, interdite aux badauds par la police après la fusillade au siège de Charlie Hebdo.

L'attentat contre Charlie Hebdo a eu lieu le 7 janvier 2015 vers 11 h 30 dans les locaux du journal hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, à Paris. Cette attaque terroriste a été commise par les frères Chérif et Saïd Kouachi au nom d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA). Cet attentat a fait de nombreuses victimes : douze personnes assassinées et onze autres blessées, dont quatre gravement. C'est le premier des attentats de janvier 2015 en France.

Les conséquences de cet attentat ont été considérables : de nombreuses manifestations en hommage aux victimes ont eu lieu partout dans le monde et en France. Par ailleurs, les chefs d'État ou de gouvernement de nombreux pays du monde, y compris musulmans, expriment rapidement leur indignation et leur compassion vis-à-vis des familles des victimes.

Une large vague d'émotion a eu lieu après les attentats, notamment à cause du nombre élevé des victimes et des symboles de la République qui ont été attaqués : la liberté d'expression, la laïcité et le vivre-ensemble. D'ailleurs le 11 janvier, pour protester contre le terrorisme islamiste et réaffirmer l'attachement de la France aux valeurs de la République, une grande manifestation à travers toute la France est organisée : elle a réuni 4 millions de personnes et 50 chefs d'État.

Le slogan de soutien à Charlie Hebdo et plus généralement à la liberté d'expression et la liberté de la presse suite à cet attentat est Je suis Charlie.

Pour en savoir plus, lire les articles : Charlie Hebdo et Attentats de janvier 2015 en France.

Les faits

L'attentat

Boulevard Richard-Lenoir, à l’endroit où a été assassiné le policier Ahmed Merabet.

Cet attentat a été commis par deux individus jihadistes armés de fusils d'assaut de type Kalachnikov, les frères Chérif et Saïd Kouachi. Ils visaient les membres les plus importants du journal Charlie Hebdo. L'attaque a eu lieu le matin du 7 janvier 2015 lors de la conférence de rédaction hebdomadaire de Charlie Hebdo.

La fusillade a fait douze morts, dont deux policiers. Les assassins auraient attaqué le journal à cause des nombreuses caricatures de Mahomet qu'ils ont jugées contraires à leur religion. D'ailleurs les terroristes crient à plusieurs reprises « On a vengé le prophète Mohammed » et « On a tué Charlie Hebdo ».

Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski sont parmi les victimes assassinées au cours de cet attentat, ainsi que l'économiste Bernard Maris.

Les suspects se sont enfuis dans une Citroën C3 II[1]. Le Président de la République française, François Hollande, a déclaré que cette attaque était un « attentat terroriste », il évoque un acte d'une « exceptionnelle barbarie » et assure que les « auteurs de ces actes seront pourchassés aussi longtemps que nécessaire »[2]. Des manifestations de soutien ont eu lieu le 7 janvier au soir en mémoire des victimes dans toute la France, ainsi que dans de nombreux autres pays[3].

Identification des suspects

L'un des deux frères a oublié sa carte d'identité dans la voiture, ce qui à permis de les retrouver. Les deux suspects sont Chérif et Said Kouachi, ils sont morts lors de l'assaut du GIGN qui a eu lieu le vendredi 9 janvier à 17 heures dans dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne.

Réactions et conséquences

Texte « Je suis Charlie » écrit en blanc et gris sur un fond noir.
« Je suis Charlie ». Slogan largement utilisé sur les réseaux sociaux et lors des manifestations de soutien pour rendre hommage aux victimes, après l’attentat.

Victimes

Les victimes de l'attaque sont les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, la psychanalyste Elsa Cayat, l'économiste Bernard Maris, le policier Franck Brinsolaro qui assurait la protection de Charb, le correcteur Mustapha Ourrad ainsi que l'agent de maintenance Frédéric Boisseau.

Un autre policier, Ahmed Merabet, est assassiné lors de la fuite des terroristes. Le bilan final est de douze personnes assassinées et de onze autres blessées, dont quatre gravement.

Références

  1. Fusillade à Charlie Hebdo, Rue 89 (consulté le 7 janvier 2015)
  2. François Hollande : C'est un attentat terroriste, Le Monde (consulté le 7 janvier 2015)
  3. Manifestations en l'honneur des victimes, Europe 1 (consulté le 7 janvier 2015)
  4. Arte journal junior, consulté le 21 janvier.

Voir aussi

Liens externes

Portail de la criminologie   Tous les articles sur la criminologie.
Portail de Paris  Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Portail de la mort - Tous les articles sur la mort.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.