Détecteur de victime d'avalanche

Un détecteur de victime d'avalanche DVA, est un émetteur-récepteur radio, destiné être localisé rapidement sous les vêtements d'une personne enfouie sous une avalanche de neige, localisée par un autre détecteur de victime d'avalanche manipulé à proximité par une autre personne portant secours.

Panneau indiquant l'utilisation d'un DVA
DVA numérique avec écran LCD
DVA numérique avec afficheur LED

Principe

Dès le début de la sortie en randonnée en montagne, de la sortie en ski, de la sortie en raquette à neige, chaque DVA se place en mode émission, placé sous les vêtements sur le buste de son utilisateur. Un témoin lumineux et/ou sonore lui signale la validité de cette position de fonctionnement. La protection du groupe est donc effective que lorsque chaque membre est muni d'un DVA dont le bon fonctionnement est vérifié, avec un DVA en émission et l'autre DVA en réception puis inversement. Au début de la sortie, tous les détecteurs de victime d'avalanche sont placés en mode émission dès le départ, placé sous les vêtements pour ne pas être arraché par une éventuelle avalanche.

Dès qu'un sinistre survient les survivants, les personnes saines et sauves mettent leurs DVA en mode réception. Le DVA permet de localiser un appareil similaire émetteur voisin. Ce mode ne peut pas être activé d'une manière involontaire. Les indications de réception sont sonores et visuelles. Elles dépendent principalement de la distance à l'émetteur détecté.

À la rencontre d'une avalanche, notamment si des traces (skis, raquettes...) récentes sont présentes, on peut mettre un des DVA du groupe en mode « réception », après avoir éloigné tous les autres membres d'au moins 120 mètres, pour s'assurer que des personnes (équipées de DVA) ne sont pas ensevelies. Après recherche et en cas d'absence de détection, il faudra rebasculer tous ces DVA en mode « émission » avant de se remettre en progression.

Caractéristique

L'appareil fonctionne sur piles et dispose de deux modes : mode émission et mode réception. Il émet ou détecte un signal radio de la fréquence mondial de 457 kHz, traversant assez bien un milieu aqueux tel que l'avalanche, d'une portée inférieure à 120 mètres. [1] ' [2] ' [3].

Des détecteurs de victime d'avalanche utilisés quelques fois par les secours fonctionnent sur deux fréquences 457 kHz et 2,275 kHz.

Les détecteurs de victime d'avalanche système Skadi monofréquence 2,275 kHz sont obsolètes et ne doivent plus être utilisés car ils sont incompatibles avec les détecteurs de victime d'avalanche de la fréquence mondiale de 457 kHz. Les personnes ne peuvent pas rechercher la victime d'une avalanche sur une fréquence différente.

Le détecteur de victime d'avalanche est vendue entre 140  à 400 .

Utilisation

Pour pouvoir retrouver à l'aide d'un détecteur de victime d'avalanche (DVA) une victime sous une avalanche, il faut donc d'une part que la victime soit elle-même équipée d'un détecteur de victime d'avalanche, en position d'émission depuis le départ et d'autre part que le secouriste en soit lui aussi équipé, en position de réception. La protection d'un groupe n'est donc effective que lorsque chaque membre est muni d'un DVA dont le bon fonctionnement aura été vérifié, en émission comme en réception, au début de la sortie, puis placé en mode émission dès le départ.

En mode réception les détecteurs de victime d'avalanche (DVA) se distinguent essentiellement par leur mode recherche et des fonctions associées :

Notes et références

  1. Les balises d'avalanches sont régies notamment par la norme européenne NF EN 300718-3 publiée en mai 2004
  2. NF EN 300718-3 Mai 2004, sur le site boutique.afnor.org
  3. Avis relatifs à l’homologation et à l’annulation de normes - NOR :ECOI0010020V sur le site equipement.gouv.fr dont la première version datant de mars 1997 a été adoptée en mars 2000

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Portail de la Montagne   Tous les articles concernant montagnes et collines.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.