Four

Four à pizza

Un four est une enceinte en maçonnerie ou en métal, fortement chauffée, à usage alimentaire ou industriel.

Les fours ont été d'abord chauffés au bois ou au charbon de bois, puis au charbon, au gaz, au pétrole, à l'électricité, et plus récemment par micro-ondes ou à l'énergie solaire.

Fours alimentaires

Confort moderne des années 1940 : la cuisinière à gaz.

Four domestique

Jusqu'aux années 1940, on trouvait dans les cuisines un appareil domestique complexe appelé « cuisinière ». Le foyer, alimenté au bois, au charbon de bois ou au charbon, - parfois au gaz, dans les grandes villes -, chauffait la plaque de cuisson, le four, et parfois même une cuve à eau chaude munie d'un robinet. Cette cuisinière était souvent l'unique moyen de chauffage de toute la maison.

À partir des années 1940, la cuisinière à gaz se généralise et la cuisinière électrique apparaît (avec des résistances électriques). Peu à peu, les fours électriques se détachent de la plaque de cuisson : c'est le four de table, ou même le four électrique encastrable dans le mobilier de cuisine. La température des fours domestiques peut monter à 250 °C. Elle est régulée par un thermostat.

Les années 1970 ont vu l'apparition des fours à micro-ondes, qui réchauffent les plats sans les dorer : on leur a donc adjoint des résistances (gril) afin de griller les viandes ou de dorer la pâtisserie.

Four de boulanger

Le four à pain ne monte pas très haut en température (environ 300 °C), mais il doit être vaste pour cuire le pain de tout un village ou, en ville, de tout un quartier. Les fours à pizza ressemblent beaucoup aux anciens fours à pain.

Fours industriels

Four de potier

Cuisson des faïences de Quimper, vers 1900.

Le four de potier remonte au Néolithique (au moins 20 000 ans). Les pièces à cuire sont disposées dans le four à une température de 850 à 1 150 °C pendant 8 heures. La température dépend de la proportion d'oxydes métalliques et de sels alcalins ou acides contenus dans la terre argileuse.

Si la pièce est décorée et émaillée, elle doit subir une nouvelle cuisson à 960 °C, durant 5 heures pour la faïence.

Les premiers fours de potier étaient enterrés (c'est le cas dans l'Antiquité), avant de prendre un aspect plus industriel. Il existe de très bons fours de taille modeste, chauffés à l'électricité, pour l'usage artistique ou le cadre scolaire.

Verrerie

Le verre est un mélange de sable siliceux, de soude et de chaux, purifié et porté dans des fours spécialisés à une température de 1 000 à 1 500 °C, puis ramolli à 600 °C, travaillé et ensuite recuit à environ 300 °C et très lentement refroidi, afin de le rendre plus résistant.

Fours à chaux, à Payré, en Vendée.

Four à chaux

Pour en savoir plus, lire l’article : Chaux.

La chaux est indispensable à toute construction en maçonnerie, comme liant entre les pierres ou les briques.

Elle est obtenue par la calcination à 1 000 °C du calcaire (de la craie, le plus souvent) dans des fours devenus de plus en plus volumineux au cours des siècles.

Hauts fourneaux et aciéries d'Hayange

Hauts et bas fourneaux

De l'âge du fer à la fin du Moyen Âge, les bas fourneaux ont produit du fer sous la forme d'une loupe (une grosse masse de fer qu'il fallait ensuite forger).

Puis les hauts fourneaux ont atteint des températures supérieures à 1500 °C, donnant des coulées de métal en fusion (la fonte).

La différence entre les deux procédés n'est pas dans la hauteur de l'appareil, mais dans la technique de l'air forcé (par des soufflets) caractéristique des hauts fourneaux.

Four solaire

Pour en savoir plus, lire l’article : Four solaire.
Portail de l'alimentation   Accédez au portail sur l'alimentation.
Portail des techniques  Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.