Gaz de schiste

Le gaz de schiste est un gaz naturel qui est actuellement contenu dans des roches sédimentaires peu perméables (les schistes) situées à grande profondeur. Pour l'extraire on emploie la technique de la fracturation hydraulique.

La plus grande partie du gaz naturel (dit gaz conventionnel) exploité aujourd'hui provient de gisements situés dans des roches réservoirs poreuses et perméables (des grès très souvent) situées à moyenne profondeur. Un forage vertical permet de faire remonter le gaz qui est sous pression.

Histoire

Les premières fracturations hydrauliques expérimentales ont été réalisées en 1947 dans les champs gazifières de Hugoton, dans le Kansas. Leur première utilisation opérationnelle a été initiée par la compagnie pétrolière Halliburton dans le Texas en 1949.

Le premier forage horizontal, qui remplace avantageusement plusieurs puits verticaux et qui à partir d'un seul puits vertical - peut drainer plusieurs couches d'un réservoir « multi-couche », serait celui d'un puits creusé par Elf-Aquitaine dans le sud de la France, effectué en juin 1980.

Plate-forme de forage d'un puits de gaz de schiste, en Pennsylvanie, États-Unis.

Procédé d'extraction du gaz de schiste

Exploitation comparée des gaz de schiste et des gisements conventionnels de gaz naturel. A = gaz associé au pétrole ; B = gaz naturel non associé ; C = gaz de houille ; D = gaz de réservoir naurel ultra compact; E = couche de schistes avec gaz

Le gaz de schiste, qui a la même composition que le gaz naturel conventionnel, est présent dans des roches sédimentaires très compactes et très peu perméables. Pour l'extraire, il faut briser la roche mère par injection d'un mélange d'eau sous haute pression, de sable fin et d'additifs chimiques qui servent à empêcher les fractures de se refermer. Pour atteindre ce gaz, il faut faire un forage vertical, puis un forage horizontal destiné à mettre le maximum de roche au contact du forage. Le gaz remonte avec l'eau, mais aussi avec une partie des produits chimiques injectés et souvent du sel, des métaux lourds et des éléments radio-actifs contenus dans la roche fracturée.

Problèmes posés par la fracturation hydraulique

Ce type d'extraction nécessite une grande quantité d'eau. Les installations prélèvent des volumes très importants dans les cours d'eau proches, au détriment d'autres activités humaines comme l'agriculture. L'eau et le sable doivent être acheminés en très grande quantité, ce qui suppose un trafic routier intense de camions-citernes ou de camions-bennes sur les voies d'accès au site de fracturation.

Le stockage et le traitement de l'eau contaminée et des déchets toxiques sont très coûteux et nécessitent des installations importantes et de grands espaces. Il y a également le risque de contamination des nappes phréatiques situées sur les lieux de forage qui fournissent l'eau nécessaire à la consommation humaine.

Les remontées d'eau chargée de gaz se poursuivront bien après la fin de l'exploitation du site, alors que les installations risquent d'être laissées à l'abandon, n'étant plus rentables.

Une partie des gaz extraits, qui n'intéressent pas les compagnies gazières, sont brûlés sur place ce qui provoque une importante pollution atmosphérique.

Le forage du gaz de schiste peut provoquer des séismes. Ce phénomène est du à l'injection des eaux usées dans des puits profonds de 2 à 3 km. La pression exercée pour évacuer l'eau crée les séismes.

Impact de l'exploitation des gaz de schiste

Les grands bassins de gaz de schiste dans le monde

Ils sont de plusieurs types :

Voir aussi

Portail des techniques  Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.