Oradour-sur-Glane

Oradour-sur-Glane, le village martyr.

Oradour-sur-Glane est un village français situé département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine, anciennement en région Limousin, dans le Centre de la France.

Oradour-sur-Glane est surnommé le « village martyr » : le 9 juin 1944, 642 habitants du village ont été massacrés par des soldats SS de la division Das Reich. Ce massacre, aux raisons inexplicables, reste un symbole du degré de violence inouïe atteint pendant la Seconde Guerre mondiale, une illustration de l'extrême barbarie nazie.

Histoire

Ces montres marquent 16 à 17 heures, elles ont été arrêtées par la chaleur des incendies.

Le 10 juin 1944, au petit matin, entassés dans des chenillettes, des soldats allemands d'une unité de la division das Reich font halte au bourg inconnu d'Oradour-sur-Glane. Ils remontent la France jusqu'à la Normandie, où les Alliés qu'ils doivent combattre viennent de débarquer. Les soldats sont furieux : leur marche a été retardée par l'action de maquisards.

Énervé, vindicatif, le général Lammerding qui dirige l'unité décide de massacrer le village qui leur offre l'hospitalité. Il désire se venger des représailles qu'il subit, mais également soulager et contenter ses hommes. Le même jour, dès le début de l'après-midi, les 120 soldats de la compagnie encerclent le village.

Prétextant un contrôle d'identité, ils ordonnent à toute la population, aussi bien les femmes, les hommes que les enfants, de se réunir sur la place principale du bourg. Dociles, tous, même les malades, obéissent sans un mot. Les militaires les séparent alors en deux groupes : d'une part les femmes et les enfants, de l'autre les hommes.

Les Nazis s'occupent d'abord des hommes : ils sont répartis dans six granges différents puis mitraillés à travers les murs, achevés au révolver, et enfin incinérés par les flammes du feu que les Nazis allument. Les femmes et les enfants, ensuite, sont enfermés dans l'église : le feu, nourri par le foin et l'explosif, dévore vite l'édifice et asphyxie les malheureux. Les Nazis continuent de tirer dans l'église pour s'assurer que personne ne survive.

Une fois leur crime accompli, les Allemands pillent le village et l'incendient totalement. Ils seront jugés plus tard, en janvier-février 1953, mais ce qui se présentait d'abord comme un procès évident devint vite une affaire plus complexe qu'à première vue. En effet, de nombreux soldats de la division étaient en réalité des Alsaciens contraints d'entrer dans l'armée par les Nazis, des « Malgré-nous », qui avaient dû donc exécuter les ordres de leurs supérieurs.

Plusieurs hommes politiques se sont déjà rendus à Oradour-sur-Glane. Le 4 septembre 2013, en signe de la réconciliation franco-allemande, le président François Hollande y avait accueilli le président fédéral d'Allemagne, Joachim Gauck, avec force effusions. Pendant la campagne présidentielle en tant que candidat, puis une deuxième fois comme président, Emmanuel Macron était venu rendre hommage[1].

Géographie

Le village d'Oradour-sur-Glane, pillé et dévasté par les incendies, a été conservé en l'état pour commémorer la mémoire des victimes et rappeler l'ignominie nazie. Il a aujourd'hui des allures de village fantôme, totalement abandonné, seulement traversé par quelques visiteurs.

Toutefois, le village d'Oradour-sur-Glane a été reconstruit symboliquement quelques mètres plus loin. La première pierre est posée par le président Vincent Auriol le 10 juin 1947. Cette partie du village est plus moderne et animée.

Point de jonction entre ces deux bourgs, un musée faisant office de mémorial, le musée de la mémoire, a été aménagé et inauguré en 1999 en présence du président Jacques Chirac.

Voir aussi

Références

  1. A Oradour-sur-Glane, Macron se pose en président passeur, Le Monde du 10 juin 2017.

Liens internes

Seconde Guerre mondiale   Tous les articles sur la Seconde Guerre mondiale
Portail France   Accédez au portail sur la France.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.