Salvatore Giuliano

Cet article est à compléter. Il concerne l'Italie.
Améliore-le ! (Aide)

Salvatore Giuliano est né le 16 novembre 1922 à Montelepré, dans la province de Palerme, en Sicile. Il est mort assassiné le 5 juillet 1950. Selon le mythe qui a suivi sa disparition, l'affection qu'il portait à son peuple causa sa perte.

Sa vie est faite de mystères. La CIA le considéra comme criminel, mais il fut pour beaucoup de gens considéré comme un justicier.

Contexte historique

À cette époque, la Sicile, essentiellement rurale, est aux mains des Latifundites qui exploitent sans partage une population de paysans ; ils leur attribuent le droit de cultiver les terres en ne leur laissant qu'une infime partie des récoltes.
Les paysans vivaient avec le mulet, l'âne, les cochons, les poules, etc.
La pièce de vie était sous la toiture, sans plafond et sans égouts.
Dans les villages, il n'y avait que deux institutrices pour 5 000 enfants.

Dans une Italie qui a vu quelques temps auparavant son roi accepter en 1922 que le fascisme accède au pouvoir sous l'égide du nouveau président du conseil Benito Mussolini.
En 1939, Mussolini signe le pacte d'acier et quelques mois après, l'Allemagne pousse l'Italie à déclarer la guerre à la France le 10 juin 1940 ; c'est la mobilisation générale dans tout le pays.
En 1943, les USA et les Alliés débarquent en Sicile, c'est l'opération Husky[1].

Enfance et adolescence

Né dans une famille de paysans modestes, Giuliano vit une enfance à l'abri du besoin avec un frère aîné et deux sœurs. Son institutrice rapporte qu'il est élu délégué de classe et qu'il possède un caractère dominant.
En 1935, pour des raisons financières, son père le retire de l'école pour travailler aux champs avec lui.
Conscient de sa chance de savoir lire et écrire à douze ans, Salvatore en profite pour aider ses camarades. Il partage également avec eux le pain fait par sa mère, qu'elle lui remettait chaque jour avant son départ aux champs et revient parfois avec de vieilles chaussures, ayant offert ses neuves à un plus nécessiteux.
En 1940, trop jeune pour être mobilisé et partir au front, Salvatore reste éloigné de la gravité de ce conflit.
En 1943, l'invasion de la Sicile provoque la création du marché noir et le développement de la contrebande. Le 2 septembre, Salvatore est blessé par un carabinier en transportant « illégalement » du blé et le blesse en légitime défense. Toute sa famille est arrêtée en décembre.

La clandestinité

Obligé de vivre dans la semi-clandestinité, il adhère au MIS, le mouvement indépendantiste de la Sicile, sans adhérer réellement à leur idéologie, afin de libérer les membres masculins de sa famille emprisonnés. Protégé par toute la population de l'époque, il lui arrive même de participer à des fêtes populaires.

Ses démarches et ses actions étaient motivées par la volonté de résoudre les problèmes d'une population affamée, privée de libertés et contrainte d'adhérer à des dogmes. Il crée une bande pour lutter contre ces ennemis de la liberté disposant de tous les pouvoirs du gouvernement.

Il symbolise une Sicile insoumise, dans une période tragique de son histoire. Son esprit de justice sociale a été assimilé à un esprit révolutionnaire par les politiciens fascistes.

Bibliographie

Références

  1. Opération Husky

Sources sur wikipedia

Portail de l'Italie   Tous les articles sur l'Italie.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.