Turc

Timbre ottoman de 1913, de 40 paras (centimes), représentant la mosquée de Sélim à Andrinople, 1575. Le timbre est rédigé en turc, ici en écriture arabe d'avant 1928, et en français, alors langue diplomatique.
Répartition des langues de la famille du turc : on les trouve en Asie centrale, de la Turquie à l'Afghanistan et jusqu'en Chine.

Le turc (en turc Türkçe ou Türk Dili) est la langue officielle de la Turquie. Elle appartient à la famille des langues altaïques, comme le sont aussi les langues mongoles, les langues toungouses et, de manière plus hypothétique, le japonais et le coréen.

Il existe en Asie centrale des langues très proches du turc, comme l'azéri (parlé en Azerbaïdjan), le turkmène (parlé au Turkménistan), l'ouzbek (parlé en Ouzbékistan) ou le kirghiz (parlé au Kirghizistan).

C'est une langue agglutinante, de structure logique et - du moins pour les francophones - facile à prononcer. La « musique » des langues turques est très reconnaissable : elle est très adaptée au chant mélancolique et à la poésie.

Répartition géographique

En dehors de la Turquie, le turc est parlé par des turcophones des anciens territoires de l'Empire ottoman : en Bulgarie, en Grèce (surtout en Thrace occidentale), en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, dans la partie nord de l'île de Chypre (République turque de Chypre du Nord), dans le nord de l'Irak (surtout à Kirkouk), en Macédoine et en Roumanie.

Le turc est parlé par 73 millions de locuteurs : 70 millions en Turquie et 3 millions dans d'autres régions, principalement en Bulgarie et en Allemagne, où l'immigration turque est forte.

Caractères linguistiques

Le turc est une langue agglutinante, qui utilise une quantité de suffixes et très peu de préfixes. Le verbe est normalement placé à la fin de la proposition ou de la phrase. Le turc se caractérise par un système complexe d'harmonie des voyelles.

Écriture

Panneaux de « Bienvenue en Europe », sur l'un des ponts du Bosphore, à Istanbul. Remarquer les i, avec ou sans point selon les cas.

Le turc a utilisé une adaptation de l'alphabet arabe entre le XIIIe siècle et le 1er novembre 1928 : à partir de cette date, par décision de Mustafa Kemal Atatürk, une adaptation de l'alphabet latin est devenue le système d'écriture officiel, avec des signes diacritiques - la cédille (pour ç et ş), l'accent circonflexe (pour certains mots d'origine arabe), le tréma (pour les voyelles ö et ü) et la brève (pour la consonne ğ) - et une lettre spéciale, i sans point, I ı, ce qui implique à l'inverse un i majuscule avec point İ pour l'i normal.

La lettre ı sert à noter une voyelle assez proche de notre son eu, appelée « i vélaire » ou « i tendu ».

L'alphabet turc comporte 29 lettres : A a, B b, C c, Ç ç, D d, E e, F f, G g, Ğ ğ, H h, I ı, İ i, J j, K k, L l, M m, N n, O o, Ö ö, P p, R r, S s, Ş ş, T t, U u, Ü ü, V v, Y y, Z z.

Prononciation

L'alphabet turc est phonétique : on écrit ce qu'on entend. Inversement, on peut prononcer le turc simplement en le lisant.

Voici les différences avec le français :

Exemples

Dictionnaires et traducteurs en ligne

Article mis en lumière la semaine du 31 janvier 2011.


Portail des langues   Tout sur les langues et la linguistique
Portail de la Turquie — Tous les articles sur la Turquie.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Turc de Wikipédia.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.