Vespasienne

Urinoir à trois places, caractéristique du Second Empire, avenue du Maine, à Paris. Photographie de Charles Marville, vers 1865.

Une vespasienne est un urinoir public pour hommes, dont le nom fait référence à l'empereur romain Vespasien, qui avait levé un impôt sur l'urine.

Origine du nom

Vespasien crée un impôt sur l'urine, qui était utilisée par les teinturiers pour préparer les étoffes avant de les mettre en couleur ou afin de dégraisser les laines, les étoffes tels que des draps, bas ou bonnets. Un drôle de commerce de l'urine prospérait alors : l'urine de dromadaire était d'ailleurs très prisée.

Cet impôt a d'ailleurs conduit au proverbe « pecunia non olet » (« l'argent n'a pas d'odeur ») attribué à Vespasien, critiqué pour cette taxe.

À Paris

Plus de 400 urinoirs publics sont dispersés dans Paris. Les premières pissotières, appelées « vespasiennes », sont installées de 1833 à 1848 par ordre du préfet Rambuteau, en dépit de protestations indignées. Construites en fer, peintes en vert, elles présentaient de l'extérieur des panneaux d'affichage.

Le préfet Rambuteau, soucieux de faire taire les appellations moqueuses de « colonnes Rambuteau », reprit la référence historique de l'empereur Vespasien pour leur donner un nom. Ces endroits demeuraient sales et peu fréquentables. Dès 1980, ils furent peu à peu remplacés par les sanisettes de l'entreprise JC Decaux (wp), des petites toilettes fermées et automatisées.

Pour en savoir plus, lire l’article : Mobilier urbain de Paris#Urinoirs : vespasiennes et sanisettes.

À une époque, les vespasiennes étaient installées autour d'une colonne d'information et de publicité appelée « colonne Morris ». Plus tard, les deux fonctions furent dissociées.

Ailleurs

Voir aussi

Portail de l'Histoire   Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail de la société   Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.
Portail de Paris  Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.