Vingt mille lieues sous les mers

Vingt mille lieues sous les mers
Page de garde de la première édition Hetzel.
Auteur Jules Verne
Genre Roman d'aventures
Pays France
Lieu de sortie France
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Collection Voyages extraordinaires
Date de sortie 1869-1870
Dessinateur Alphonse de Neuville et Édouard Riou
Précédent Les Enfants du capitaine Grant
Suivant Autour de la Lune
Modifier voir modèle  modifier
Le capitaine Némo observe une pieuvre géante à travers le hublot du Nautilus.

Vingt mille lieues sous les mers est un roman de l'écrivain français Jules Verne, publié en deux parties (1869 et 1870). C'est un roman de science-fiction et d'aventures paru en 1869-1870. Pierre-Jules Hetzel est l'éditeur.

Histoire

En 1866, de nombreux faits ont été rapportés des quatre coins des océans. Les marins ont affirmé qu'il s'agit de l’œuvre d'un monstre énorme, fusiforme, rapide et fluorescent. Les compagnies d'assurances ont demandé à ce que le gouvernement se débarrasse au plus vite du monstre à bord de la frégate « Abraham Lincoln », fleuron de la marine.

M. Pierre Aronnax, professeur-suppléant au Muséum d'histoire naturelle de Paris a été invité à la chasse de la marine américaine, commandée par le capitaine Farragut. Il est accompagné de son fidèle serviteur Conseil et d'un harponneur canadien français nommé Ned Land. M. Aronnax croyait à l'hypothèse du Narval alors que Ned plutôt à un sous-marin. La frégate est partie de New York en longeant la côte est vers le Sud et contourne le Cap Horn pour rejoindre le Pacifique. Après trois mois de recherche dans le Pacifique, l'équipage veut rentrer au bercail. Dans la nuit du 4 novembre 1866, Ned a vu la chose fluorescente et la course commence. Le monstre est plus rapide. Après 500 km le monstre s'arrête et la frégate s'en approche. Des projectiles sont tirés sans faire de dégâts. A vingt pieds, Ned lance son harpon et la réplique est immédiate. La frégate est enfoncée et M. Aronnax, Ned et Conseil sont projetés à l'eau. Après plusieurs heures de nage, ils sont échoués sur le dos du monstre, un sous-marin : Le Nautilus. Ils sont faits prisonniers et hébergés dans le Nautilus. Le Capitaine Nemo du Nautilus a refusé de leur rendre liberté mais ils sont libres à bord du Nautilus. Le Nautilus est très luxueux et très avancé technologiquement. Il est construit à partir de pièces détachées venues des quatre coins du monde dans une île tenue secrète. Il fonctionne à l'électricité et est équipé d'un tableau de bord à commande automatique. Il peut résister à de hautes pressions. On peut explorer la mer à travers des plaques de vitres blindées à l'aide d'un bouton poussoir. Le Nautilus permettait de retrouver la paix, la tranquillité et l’indépendance car à 30 pieds au-dessous du niveau de la mer, les pouvoirs despotes cessent. Le professeur Aronnax se réjouissait de la chasse dans la forêt sous-marine de la découverte de la faune et de la végétation sous-marine jamais rencontrées grâce au scaphandre autonome de dix heures. Il est témoin de la rescousse des peuples opprimés et des attaques contre des oppresseurs. La chose la plus mystérieuse se produit quand le Capitaine Némo passe de la mer Rouge à la Méditerranée en vingt minutes en empruntant le tunnel creusé par le courant marin au-dessous du canal de Suez. Le Capitaine Némo amène le professeur à la découverte des vestiges des villes englouties : l'Atlantide. Le Capitaine Némo prend sa richesse des épaves et fait des provisions de charbon et de sodium nécessaire à la production de l'électricité à son port d'attache au-dessous d'une île secrète. Ned, Conseil et le professeur ont réussi à s'échapper à la deuxième tentative d'évasion alors que le Nautilus est entraîné par le courant Maelström dans le nombril de l'océan. Ils sont secourus par les pêcheurs de l'île Loffen.

Les personnages

Fiction ou documentaire ?

Galéolaire orangée, méduse de la côte de Nice

Voici quelques exemples de correspondance avec des ouvrages documentaires scientifiques contemporains de Jules Verne, dont le romancier s'est inspiré.

Planche XII du Monde de la mer

Ouvrage publié en 1866 par Alfred Moquin-Tandon (1804-1863), alias Alfred Frédol : Galéolaire orangée, méduse de la côte de Nice, 1) colonie mâle ; 2) colonie femelle.

"Quant aux zoophytes, je pus admirer, pendant quelques instants, une admirable galéolaire orangée qui s’accrocha à la vitre du panneau de bâbord ; c’était un long filament ténu, s’arborisant en branches infinies et terminées par la plus fine dentelle qu'eussent jamais filée les rivales d'Arachné." Jules Verne, 20 000 lieues sous les mers, II-7.

Le capitaine Nemo et le détroit de Torrès

Le Nautilus s'y échoue comme les corvettes de Dumont d'Urville dans les années 1840 au passage du Canal Mauvais, épisode peint par le chirurgien naval Louis Le Breton en 1842.

Lire en ligne

Vikiliens complémentaires

Cet article a été créé ou enrichi dans le cadre d'une classe.
Autres articles fruits d'un travail scolaire
Portail de la littérature   Tous les écrivains, les poètes, les romans…
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.