Édouard Adjanohoun

Édouard Joshua Adjanohoun est un universitaire béninois né le à Ouidah et mort le à Bruges en France. Il a été le premier botaniste noir et premier recteur de l’université du Dahomey aujourd’hui Université d’Abomey-Calavi (Uac)[1],[2],[3].

Édouard Adjanohoun
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Bruges
Nom de naissance
Édouard Joshua Adjanohoun
Abréviation en botanique
Adjan.
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Biographie

Boulevard Édouard Adjanohoun, à l'entrée du campus universitaire d'Abomey-Calavi.

Après avoir obtenu, en juin 1956, un DESS en sciences naturelles à l'Université d'Orsay. En 1963, il soutient dans la même université une thèse d'État[4] consacrée à la végétation en Côte d'Ivoire[5]. En 1970, il crée le jardin botanique et zoologique de l'université d'Abomey-Calavi. Il a été professeur titulaire de la chaire de Botanique et Biologie Végétale de l'Université d'Abidjan en 1966, professeur de botanique et de biologie végétale à l'Université de Bordeaux III de 1976 à 1990. Il a également été vice-président du Conseil scientifique africain, président du Comité interafricain de l'Organisation de l'unité africaine pour la médecine traditionnelle et les plantes médicinales africaines en 1988[6].

Recteur honoraire de l'Université nationale du Bénin, il est titulaire de la chaire de botanique en 1982. Il crée et dirige du Centre Pilote Régional de la Biodiversité Africaine (CENPREBAF) des Jardins Botanique et Zoologique du Campus Universitaire d'Abomey-Calavi au Bénin. En septembre 2012, les jardins, l'allée centrale de l'université et le bâtiment du rectorat prennent son nom[7]. Il est professeur émérite de l'Université Bordeaux-Montaigne de 1990 à 2003[6].

Formation universitaire

Domaine de compétence

  • Botanique ;
  • Écologie ;
  • Plante médicinale

Distinctions

Publications

  • Végétation des savanes et des rochers découverts en Côte d'Ivoire Centrale, ORSTOM, Paris, France, 1964, 253 p.
  • Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République populaire du Bénin. Médecine traditionnelle et pharmacopée, Agence de coopération culturelle et technique, 1989, 895 p.

Prix et récompenses

Notes et références

  1. « Professeur Adjanohoun, le premier botaniste africain n’est plus », sur Lanouvelletribune.info, (consulté le 8 octobre 2018)
  2. « Édouard Adjanohoun », sur dansnoscoeurs.fr, (consulté le 8 octobre 2018)
  3. « professeur Edouard ADJANOHOUN Décès », sur carnet.sudouest.fr, (consulté le 8 octobre 2018)
  4. Koffi Akpagana, « Hommage au Professeur Emérite Edouard J. ADJANOHOUN », sur www.univ-lome.tg (consulté le 23 janvier 2019)
  5. « Végétation des savanes et des rochers découverts en Côte d'Ivoire centrale / Édouard Adjanohoun », sur www.sudoc.fr (consulté le 23 janvier 2019)
  6. « Adjanohoun, Édouard Joshua (1928-2016) », sur idref.fr (consulté le 8 octobre 2018)
  7. Serge A. ATTENOUKON et Arnaud S. ADIKPETO, « Le Professeur Emérite Edouard ADJANOHOUN immortalisé de son vivant », UAC Infos, (lire en ligne [PDF])

Liens externes

  • Portail de la botanique
  • Portail du Bénin
  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.