Élisabeth Parmentier

Élisabeth Parmentier, née en 1961, est une théologienne protestante française et une professeure de théologie pratique à l'université de Genève. Elle est spécialiste de théologie féministe.

Pour les articles homonymes, voir Parmentier.
Élisabeth Parmentier
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Elisabeth Gangloff
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Œuvres principales
  • Les Filles prodigues : défis des théologies féministes (1999)
  • L’Écriture vive. Interprétations chrétiennes de la Bible (2004)
  • Une bible des femmes (2018)

Biographie

Élisabeth Parmentier obtient une maîtrise en germanistique en 1982, puis elle fait ses études à la faculté de théologie protestante de Strasbourg, où elle obtient son master en 1985[1]. Elle est ordonnée pasteure dans l'Église protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine en 1988[2]. Elle soutient en 1996 une thèse de doctorat, intitulée Les Filles prodigues. Éléments pour un dialogue entre les théologies féministes et la théologie classique, sous la direction d'André Birmelé[3]. Elle est nommée maître de conférences à la faculté de théologie protestante de Strasbourg en 1996. Elle obtient son habilitation universitaire en 1999, puis est nommée professeure en 2000[4]. Depuis 2015, elle est professeure ordinaire à la faculté de théologie protestante de l'université de Genève[5], première titulaire de la chaire Irène Pictet fondée pour l'enseignement de la théologie pratique en Suisse romande[6]. En 2018, elle est vice-doyenne de la faculté de théologie[1].

Activités de recherche et éditoriales

Élisabeth Parmentier est l'auteure de plusieurs travaux consacrés aux femmes dans la Bible et à la théologie féministe[7],[8]. Dans le cadre d'un travail de réécriture de la Bible, elle codirige, avec la théologienne catholique canadienne Pierrette Daviau, un comité d’une vingtaine de femmes théologiennes, protestantes et catholiques francophones[9]. L'intitulé de l'ouvrage, Une bible des femmes, est une référence au travail d'exégèse critique réalisé à la fin du XIXe siècle par la suffragiste et écrivaine féministe Elizabeth Cady Stanton[10] et publié sous l'intitulé Woman’s Bible en 1895 et 1898[11].

Publications

  • Les Filles prodigues : défis des théologies féministes, Labor et Fides, 1999, coll. Lieux théologiques, 279 p. (ISBN 2-8309-0907-0)
  • L’Écriture vive. Interprétations chrétiennes de la Bible, Genève, Labor et Fides, 2004, 285 p.
  • Catholiques et protestants, théologiens du Christ au XXe siècle, avec Michel Deneken, Paris : Mame-Desclée, 2009, 565 p. (ISBN 9782718909905)
  • Pourquoi prêcher ? Plaidoyers catholique et protestant pour la prédication, avec Michel Deneken, Labor et Fides, 2010, 272 p.
  • Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes, avec Pierrette Daviau, Montréal, Médiaspaul, 2012, 181 p. compte rendu
  • (co-dir.) Une bible des femmes, avec Pierrette Daviau & Lauriane Savoy, Labor et Fides, 2018 (ISBN 978-2830916638)

Références

  1. « Parmentier Elisabeth », sur unige.ch, Université de Genève — Faculté de théologie (consulté le 28 novembre 2018).
  2. « Élisabeth Gangloff Parmentier », sur unistra.fr, Faculté de théologie protestante — Université de Strasbourg (consulté le 28 novembre 2018).
  3. Thèse de doctorat de sciences religieuses, université de Strasbourg-2, 1996 notice du Sudoc .
  4. Décret du 29 janvier 2001, Journal officiel .
  5. « Leçon inaugurale d'Élisabeth Parmentier. Les Églises issues de l’immigration: un sujet de théologie pratique », sur unige.ch, (consulté le 30 novembre 2018).
  6. « UNIGE créera deux chaires de théologie à la rentrée 2015 », sur tdg.ch, Tribune de Genève, (consulté le 1er décembre 2018).
  7. Élisabeth Parmentier, « Féminisme et christianisme », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (éd.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (lire en ligne).
  8. [compte rendu] Denis Fricker, « Pierrette Daviau, Élisabeth Parmentier, Marthe et Marie en concurrence ? Des Pères de l’Église aux commentaires féministes », Revue des sciences religieuses, vol. 87, no 2, , p. 253-265 (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018).
  9. Laurence Villoz, « La Bible à la lumière du féminisme », sur protestinfo.ch, (consulté le 1er décembre 2018).
  10. Ann D. Gordon, « Stanton, Elizabeth Cady (12 November 1815–26 October 1902) », dans American National Biography, (lire en ligne).
  11. « A l’heure de #metoo, des théologiennes publient une « Bible des femmes » », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 28 novembre 2018).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du protestantisme
  • Portail de la théologie
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.