Équipe de France de Coupe Davis

L'équipe de France de Coupe Davis est la sélection des joueurs français de tennis participant à la Coupe Davis chaque année depuis 1904. Elle est placée sous l'égide de la Fédération française de tennis.

Pour les articles homonymes, voir Équipe de France.

Premier match 1904
Capitaine Sébastien Grosjean
Surnom(s) Les Mousquetaires
Titres 10 fois vainqueur
Finales perdues 9 fois finaliste
Meilleure performance Victoire
Années dans le groupe mondial 35 (53-31)
Nombre de rencontres** 252 (164-88)*
Meilleur bilan Pierre Darmon (47-21)*
Meilleur bilan simple Pierre Darmon (44-17)*
Meilleur bilan double Jacques Brugnon (22-9)*
Meilleure équipe de double Forget-Leconte (11-0)*
Plus de rencontres** François Jauffret (35)
Plus d'années jouées Jean Borotra (17, 16 de suite)
(*) Victoires-défaites
(**) Une rencontre est une confrontation entre 2 équipes, jouée en 3 matchs gagnants.
MàJ : 10/05/2017

L'équipe est entraînée par le capitaine Yannick Noah de 1991 à 1998 et de 2015 à 2018 pour trois victoires (1991, premier succès depuis les Mousquetaires en 1932, puis 1996 et 2017).

Au cours de son histoire, l'équipe a remporté 10 titres (dont quatre depuis la création du Groupe mondial) et atteint la finale de la compétition à neuf autres reprises (dont six depuis la création du Groupe mondial). Elle n'a passé que deux saisons hors du Groupe mondial depuis la création de celui-ci (en 1986 et 1998). En remportant l'édition de 2017, l'équipe de France devient la première nation à remporter l'épreuve depuis qu'elle est officiellement considérée comme la Coupe du monde de tennis.

Historique

Les débuts (1904-1922)

En 1904, la Coupe Davis se déroule pour la première fois en Europe à la suite de la victoire du Royaume-Uni en 1903, les Français en profitent pour y faire leurs débuts, mais Max Decugis et Paul Aymé s'inclinent face à la Belgique 3 à 2. L'année suivante, la France s'aligne une nouvelle fois, mais la défaite de Max Decugis et Maurice Germot face aux États-Unis est cinglante : 5 à 0 pour un seul set marqué par les Français.

En 1912, les Français se réengagent dans la compétition, mais l'équipe française à laquelle s'ajoutent André Gobert et William Laurentz s'incline face aux Îles Britanniques 4 à 1. Le sort des Français sera le même les deux années suivantes, avec des défaites 4 à 1 face à l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Après quatre ans sans compétition, dus à la Première Guerre mondiale, la France remporte sa première victoire face à la Belgique par 3 à 0 en 1919, avant de s'incliner en finale face au Royaume-Uni 3 à 2 après avoir pourtant mené 2 à 1 à l'issue du double. Les années 1920 et 1921 voient des défaites de la France face aux États-Unis (3 à 0) et à l'Inde (4 à 1). Deux nouveaux membres apparaissent dans l'équipe : Jean Samazeuilh et Jacques Brugnon. En 1922 voit les débuts de Jean Borotra et Henri Cochet ainsi que Jean Couiteas de Faucamberge, la France bat le Danemark (4 à 1) et s'incline face à l'Australie 4 à 1.

Les « Mousquetaires » (1923-1933)

En 1923 René Lacoste débute et complète ceux qui seront surnommés les Quatre Mousquetaires. La France défait alors le Danemark (4 à 1), l'Irlande (4 à 1) avec pour la première fois les Mousquetaires au complet, la Suisse (3 à 2) et l'Espagne (3 à 2) avant de s'incliner face à l'Australie (4 à 1) en finale Interzone. L'histoire se répète en 1924, la France bat successivement Irlande, Inde, Royaume-Uni et Tchécoslovaquie, mais s'arrête face à l'Australie.

En 1925, après un parcours aisé dans la zone Europe, la France bat l'Australie en finale interzone, et accède pour la première fois à la finale. Les États-Unis notamment menés par Bill Tilden battent la France 5 à 0. Le scénario est quasiment la même en 1926 : la France bat le Japon en finale interzone et s'incline face aux États-Unis malgré un succès de René Lacoste sur Bill Tilden.

La finale de 1927 oppose une nouvelle fois la France aux États-Unis, et cette fois-ci c'est la France qui l'emporte 3 à 2 grâce notamment aux deux victoires en simple de René Lacoste[1]. La France devient le quatrième pays à remporter la Coupe Davis, après les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie.

En 1928, la France est donc pour la première fois hôte de la finale qui se déroule à Roland Garros. Malgré la victoire initiale de Bill Tilden sur René Lacoste, la France s'impose 4 à 1. Les années 1929 et 1930 voient la France, privée de René Lacoste pour cause de retraite sportive, s'imposer face aux États-Unis par 3 à 2 et 4 à 1.

En 1931, c'est le Royaume-Uni de Henry Austin et Fred Perry qui se présente à Roland Garros que la France bat 3 à 2 notamment grâce à Henri Cochet, vainqueur de ses deux simples et du double avec Jacques Brugnon[2]. En 1932, la France obtient une sixième victoire consécutive en s'imposant face aux États-Unis 3 à 2.

La France cède finalement son titre en 1933 face au Royaume-Uni, André Merlin, préféré à Jean Borotra en simple ne peut rien face à Fred Perry et Henry Austin, et la France s'incline 3 à 2. Henri Cochet se retire à 46 ans tandis que Jacques Brugnon le fera l'année suivante après avoir joué le double en 1934 avec Jean Borotra, la France perd en quart de finale. Jean Borotra joue encore en 1935, 1936, 1937 sans réussite et effectue un ultime retour après guerre en 1947 contre la Tchécoslovaquie.

Une longue période difficile (1934-1980)

Après les départs des Quatre Mousquetaires, la France quitte le groupe des meilleures nations tennistiques. Dans les années 1930 et 40, la France notamment menée par Marcel Bernard et Yvon Petra peine à atteindre la finale de la zone Europe (une fois en 1949). Elle atteindra également la finale de zone en 1954 notamment grâce à Robert Haillet et Paul Rémy, puis en 1964 et 1966 (Europe A), alors que l'équipe est composée de François Jauffret, Pierre Barthes, et Pierre Darmon.

François Jauffret, Patrice Dominguez et Patrick Proisy atteignent une nouvelle finale de zone en 1975 (Europe A), et pour la première fois depuis plus de quarante ans les finales interzone (demi-finale) en 1977 où ils s'inclinent face à l'Italie d'Adriano Panatta.

Début du groupe mondial (1981-1990)

À partir de 1981, le groupe mondial accueille les seize meilleures nations dont la France fait alors partie. Après 49 ans sans finale, Yannick Noah, Henri Leconte et Thierry Tulasne mènent la France en finale en 1982, où ils s'inclinent face aux États-Unis de John McEnroe[3].

Les années suivantes seront moins prolifiques, avec notamment une année 1986 passée en deuxième division[4].

Les deux premiers capitanats de Yannick Noah (1990-1992 ; 1994-1998)

Fin 1990, Yannick Noah reprend le capitanat et aussitôt l'équipe de France retrouve les sommets et se qualifie[5] pour une nouvelle finale face à l'équipe des États-Unis comme en 1982 à Grenoble, elle se joue toujours en Rhône-Alpes mais cette fois à Lyon. Toute l'attente se porte sur Guy Forget 26 ans et no 7 mondial qui vient de réaliser sa meilleure année avec six tournois remportés dont deux Masters séries et les quarts de finale atteint à L'Open d'Australie et Wimbledon, mais il perd le premier match contre Andre Agassi 21 ans et no 10 ; tout bascule alors avec la victoire surprise d'Henri Leconte, qui à 28 ans vient de redescendre à la 159e place mondiale, sur Pete Sampras no 6 mondial qui lui a 20 ans et joue son premier match en Coupe Davis. Henri Leconte et Guy Forget créent encore l'exploit en remportant le double contre la paire finaliste du dernier Masters de double Ken Flach et Robert Seguso 5e et 6e joueurs de double mondial. Guy Forget remporte le quatrième match décisif contre Pete Sampras qu'il avait déjà battu à deux reprises cette année. La France remporte sa première Coupe Davis depuis 59 ans[6].

Yannick Noah quitte le capitanat dès 1992 après une défaite en quart de finale contre la Suisse. Il est remplacé par Georges Goven qui mène l'équipe en 1993 lors de la défaite contre l'Inde en quart de finale sur terre battue à Fréjus, défaite considérée par certains comme une des pires de l'histoire d'une équipe de France[7]. La France s'incline au 5e match. Le 30 octobre 1994 Yannick Noah reprend les commandes et remplace son successeur[8]. L'équipe de France s'incline pour autant largement contre les États-Unis[9].

En 1996, après avoir remonté l'Italie en demi-finale de 2 matchs à 0 la France atteint et remporte une nouvelle finale contre l'équipe de Suède. Avant le quatrième match la France est à une victoire de la Coupe, l'équipe va cependant connaitre une longue dernière journée avant la délivrance[10]. Cédric Pioline mène rapidement 2 set à 0 après avoir arraché le deuxième set 10-8 au tie-break. Thomas Enqvist fait alors une remontée pour jouer un cinquième set. Cédric Pioline sert pour la victoire à 5-3 puis passe à deux points du titre à 7-6 sur le service d'Enqvist mais perd finalement le dernier set 7-9. La rencontre est finalement conclue au cinquième match décisif par Arnaud Boetsch qui l'emporte 10-8 au cinquième set en sauvant trois balles de matchs de suite à 7-8 0-40 face à Nicklas Kulti, qui remplace Stefan Edberg blessé au pied lors du premier match face à Cédric Pioline. C'est la première fois dans l'histoire de la compétition que la coupe se joue dans le cinquième set du cinquième match de la finale[11].

L'année suivante sera plus difficile, la France s'inclinant d'entrée contre l'Australie. Lors des barrages l'équipe s'incline contre Belgique à Gand[12] et se voit rétrograder en deuxième division en 1998.

Capitanat de Guy Forget (1998-2012)

En octobre 1998, Guy Forget double vainqueur de la coupe prend les commandes de l'équipe de France[13]. Ce nouveau capitanat débute assez bien, l'équipe arrivant en finale mais elle s'incline contre l'Australie bien qu'étant à domicile, le choix de la surface (terre battue) faisant débat[14]. La France perd au 4e match avec la défaite de Cédric Pioline contre Mark Philippoussis invaincu lors de cette rencontre[15].

Cette défaite en finale n'est pas sans conséquence sur l'esprit d'équipe[16]. En 2000, l'équipe s'incline au Brésil dès le premier tour[17] dans une ambiance tendue entre Guy Forget et Cédric Pioline. Le barrage contre l'Autriche est aisément gagné en dépit de l'absence de Cédric Pioline[18].

En 2001, au 1er tour contre l'équipe belge Arnaud Clément dans le premier simple puis Sébastien Grosjean reviennent de 2 sets à 0 face à Christophe puis Olivier Rochus. Lors de cette rencontre Fabrice Santoro et Cédric Pioline, fâchés depuis la finale perdue en 1999, sont associés en double pour la première fois[19]. Lors des quarts de finale Arnaud Clément remporte le 1er match 15-13 dans le 5e set face au Suisse Marc Rosset[20] et surtout Nicolas Escudé sauve une balle de rencontre dans le 5e match décisif contre George Bastl[21]. La demi finale se joue à Rotterdam et les français s'impose dès le double du samedi[22]. En finale, la France remporte la coupe sur l'herbe australienne : Nicolas Escudé qui restait sur quatre défaites au premier tour en tournoi, réussit dans le premier match l'exploit de battre le no 1 mondial Lleyton Hewitt tenant du titre de l'US Open et prochain vainqueur sur le gazon de Wimbledon (Escudé l'avait battu cinq mois plus tôt en huitième de finale à Wimbledon)[23],[24]. La France l'emporte au 5e match par une victoire de Nicolas Escudé contre Wayne Arthurs[25]. C'est la deuxième fois qu'une équipe gagne toutes ses rencontres à l'extérieur depuis 1972 et la fin du challenge round, avec les États-Unis en 1972.

En 2002, l'équipe de France trace une nouvelle fois sa route jusqu'à la finale. Elle débute par une victoire sur les Pays-Bas[26]. En quart de finale contre la République tchèque, la qualification se joue au cinquième match où Fabrice Santoro bat en cinq sets Bohdan Ulihrach[27], il s'agissait pourtant du premier match à enjeu en simple joué par Fabrice Santoro depuis 1997. La demi finale contre les États-Unis se joue au stade Roland Garros sur terre battue en septembre, la rencontre est gagnée au quatrième match[28]. La finale se dispute à Bercy face à la Russie. Le 5e match décisif est joué par Paul-Henri Mathieu qui participait alors à sa première rencontre de Coupe Davis en partie à cause d'une blessure d'Arnaud Clément[29]. Après que le Français eut mené deux manches à zéro contre Mikhail Youzhny et eut été à deux points de la victoire dans la quatrième manche, il s'incline avant de s’effondrer en pleurs sur sa chaise[30]. La défaite après avoir mené 2 points à 1 est une très grosse déception pour l'équipe française[31].

En 2003 Roger Federer qui en est déjà à sa 4e campagne de Coupe Davis stoppe la France en 1/4 avec l'aide de son compatriote Suisse Marc Rosset en double. Cette défaite est le théâtre de plusieurs incidents côté français, ainsi la blessure à la cuisse de Sébastien Grosjean appris par Guy Forget le matin du 3e simple[32] oblige le capitaine à modifier son équipe. Guy Forget choisi alors d'envoyer Fabrice Santoro, décevant la veille[33], contre Roger Federer à la place de Michaël Llodra pourtant candidat[34]. Fabrice Santoro est battu en 1H28 en ne marquant que 3 jeux[35]. Cette débâcle s'explique par des problèmes internes[36].

En 2004, la campagne commence sans Fabrice Santoro en raison du malaise né contre la Suisse en 2003[37]. Afin de préserver l'ambiance dans son équipe Guy Forget se prive de ce dernier sans l'écarter définitivement[38] En quart de finale, la France prend sa revanche sur la Suisse[39] mais doit s'incliner en demi finale à Alicante. C'est Rafael Nadal, accompagné de Juan Carlos Ferrero, qui fait alors ses débuts en simple et en double avec Tommy Robredo qui éliminent la France. Lors de cette rencontre Fabrice Santoro qui faisait son retour se blesse lors de son simple contre Juan Carlos Ferrero et doit laisser sa place à Arnaud Clément pour le double et le 4e match de simple[40]. Une fois encore la défaite révèle des conflits notamment entre Guy Forget et le président de la fédération Christian Bîmes[41].

En 2005, 2006 et 2007 la Russie élimine la France en 1/4 de finale. En 2005 Richard Gasquet 19 ans fait ses débuts contre la Russie[42]. ; Paul-Henri Mathieu échoue face à Igor Andreev une nouvelle fois dans le 5e match décisif[43]. En 2006 Richard Gasquet perd ses 2 simples en 5 sets face à la Russie de Nikolay Davydenko et Marat Safin. En 2007 malgré son premier simple remporté sur Nikolay Davydenko, Paul-Henri Mathieu échoue pour la 3e fois dans un 5e match décisif face à la Russie, cette fois contre Marat Safin[44]. En 2008 en quart de finale face aux États-Unis Arnaud Clément et Michaël Llodra battent les frères Bryan mais James Blake et Andy Roddick remportent leurs rencontre face à Paul-Henri Mathieu, et Michael Llodra pour le premier match. En 2009 la France s'incline dès le premier tour contre une équipe de 2 joueurs Radek Štěpánek et Tomáš Berdych, Gilles Simon perd les 2 tie breaks joués dans chacun de ses 2 simples et le double Michael Llodra / Richard Gasquet s'inclinent, seul Jo-Wilfried Tsonga remporte un simple. Gaël Monfils fait ses débuts dans le match de barrage contre les Pays-Bas sans connaître le succès[45].

Après sept ans sans finale, l'équipe de France, avec ses « Nouveaux Mousquetaires » (sans Richard Gasquet), se qualifie de nouveau pour la finale de l'épreuve en 2010 avec un parcours sans faute puisqu'elle remporte toutes ses rencontres dès le match de double : en huitièmes de finale contre l'Allemagne, en quarts de finale contre l'Espagne (tenante du titre), et en demi-finale contre l'Argentine. Après trois rencontres à domicile, toujours privée de son meilleur joueur Jo-Wilfried Tsonga, la France s'incline en finale à Belgrade contre la Serbie. Comme en 2002, l'équipe de France mène deux victoires à une à l'issue du double, mais la Serbie remporte les deux derniers simples avec Novak Djokovic contre Gaël Monfils et Viktor Troicki face à Michaël Llodra, préféré à Gilles Simon (5-0 face à Troicki mais 0-3 en Coupe Davis)[46],[47].

En 2011 c'est l'Espagne de Rafael Nadal et David Ferrer qui élimine la France en demi-finale[48]. En 2012, l'équipe de France échoue en quart de finale sur les courts du Country-Club de Monte-Carlo à Roquebrune-Cap-Martin face aux États-Unis emmené par John Isner et les frères Bryan no 1 en double[49]. À l'issue de la rencontre Guy Forget quitte l'équipe[50] après quatorze campagnes, une Coupe Davis remportée en 2001 et trois finales perdues 1999, 2002, 2010[51].

Capitanat d'Arnaud Clément (2012-2015)

Le , Arnaud Clément est nommé capitaine de l'équipe de France[52], trois jours seulement après avoir mis un terme à sa carrière sportive. En 2013, l'équipe de France, bien que donnée favorite avant la confrontation, s'incline sur terre battue en quarts de finale face à l'Argentine à Buenos Aires lors du cinquième match décisif[53].

Double de la finale de la Coupe Davis 2014

En 2014, après un 1er tour aisé, l'équipe de France doit remonter en quart de finale un déficit de deux points contre l'Allemagne après la tenue des deux premiers simples[54]. La demi-finale se tient à Roland Garros où l'équipe de France ne perd qu'un set dans les matchs à enjeux[55]. La finale se joue au mois de novembre 2014 à Villeneuve-d'Ascq contre la Suisse qui aligne ses deux meilleurs joueurs Roger Federer et Stan Wawrinka. La première journée aboutit à un score de 1-1 entre les deux équipes grâce à la victoire de Gaël Monfils contre Federer[56]. Le samedi Jo-Wilfried Tsonga est contraint de laisser sa place à Julien Benneteau pour le double à la suite d'une douleur au bras et ne reviendra pas sur le terrain pour le reste du week-end[57]. Le dimanche Richard Gasquet est impuissant face à Roger Federer qui apporte le point de la victoire à la Suisse.

Après cette défaite en finale, Yannick Noah se montre très critique sur la prestation des français et envisage même de redevenir capitaine[58]avant de se rétracter[59].

La saison 2015 débute par un déplacement en Allemagne. Nicolas Mahut y honore sa première sélection à 33 ans en apportant le point de la victoire en double associé à Julien Benneteau[60]. L'équipe s'incline en quart de finale contre l'équipe britannique emmenée par Andy Murray qui gagne ses deux matchs en simple et le double avec son frère. La rencontre est jouée sur le gazon du Queen's club à Londres[61].

Le 18 septembre 2015, Arnaud Clément est démis de ses fonctions par la tenue d'un bureau fédéral exceptionnel. Les élus de la fédération, dont les mandats courent jusqu'à février 2017, craignant de ne pas voir cette génération de joueurs gagner la Coupe Davis souhaitent installer Yannick Noah à la tête de l'équipe. En effet, à la suite de la défaite contre l'équipe britannique, les relations entre Arnaud Clément, certains de ses joueurs et la fédération se sont dégradées. Clément émet des doutes sur l'investissement de quelques joueurs allant jusqu'à vouloir se passer de Jo-Wilfried Tsonga pour 2016 alors que ce dernier, parmi d'autres, désire le départ de son capitaine[62]. La fédération souhaitant reprendre la main organise un soi-disant audit pour démettre Clément de ses fonctions[63]. Les joueurs par la voix de Gilles Simon dénoncent le traitement irrespectueux réservé par la fédération à leur ancien capitaine[64].

Troisième capitanat de Yannick Noah (2015-2018)

En septembre 2015, Yannick Noah redevient capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis. En octobre de la même année, il nomme Cédric Pioline comme capitaine adjoint, chargé des aspects techniques, et Loïc Courteau comme entraîneur.

Pour le 1er tour de la campagne 2016, il appelle Gaël Monfils, Gilles Simon, Richard Gasquet, et Jo-Wilfried Tsonga, ainsi qu'Édouard Roger-Vasselin en qualité de remplaçant, pour affronter le Canada, qui est finalement dépourvu de son chef de file Milos Raonic ainsi que de son leader de double Daniel Nestor. C'est la première fois que les quatre « Néo-Mousquetaires » sont sélectionnés et jouent ensemble lors d'une rencontre de Coupe Davis. Cette rencontre a lieu pour la première fois en dehors de la Métropole, à Baie-Mahault, en Guadeloupe, sur terre battue extérieure. Le choix de jouer outre-mer soulève des polémiques, à cause d'un budget monté à plus de trois millions d'euros[65]. Gaël Monfils, dont le père est originaire de l'île, et Gilles Simon remportent les deux premiers simples. Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga, tous deux membres du top dix (9e et 10e), s'imposent en double et qualifient la France dès le deuxième jour. Ensuite, face à la République tchèque, Yannick Noah sélectionne et aligne pour la première fois Lucas Pouille en simple et les numéros 1 mondiaux du double Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut. En l'absence de Richard Gasquet et Gaël Monfils, tous deux blessés, les Bleus sont portés par Jo-Wilfried Tsonga et s'imposent 3 à 1 face à une équipe tchèque privée de son leader Tomáš Berdych. En demi-finale, les tricolores se mesurent à la Croatie, emmenée par Marin Čilić. Jo-Wilfried Tsonga, blessé, et Gaël Monfils, initialement sélectionné mais forfait en raison d'une blessure au genou (contractée durant le stage de préparation selon son capitaine), Richard Gasquet, remplaçant, se retrouve titulaire. Gilles Simon, malgré un total de 5 victoires à 1 face à Marin Čilić (dont une en 2016), est appelé comme remplaçant mais n'est pas retenu par Noah pour affronter le Croate. Gasquet remporte le seul point de l'équipe en battant Borna Ćorić puisque par la suite, Lucas Pouille s'incline face à Čilić, la paire Herbert - Mahut perd également, puis, impuissant, Gasquet est battu par Čilić à l'occasion de la dernière journée, ce qui prive la France d'une finale à domicile.

En 2017, au premier tour, l'équipe emmenée par Richard Gasquet, Gilles Simon et les numéros un mondiaux du double Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut dispose du Japon 4 à 1 en l'absence de leur leader Kei Nishikori. En quart-de-finale, en l'absence des Néo-Mousquetaires (paternité, blessure ou méforme), ce sont donc Jérémy Chardy, Lucas Pouille et la paire Julien Benneteau/Nicolas Mahut qui se défont facilement, malgré une résistance du double de Jamie Murray, de la Grande-Bretagne, privée d'Andy Murray. En demi-finale, la Serbie, qui joue sans Novak Djokovic, est nettement battue : malgré la victoire surprise de Dušan Lajović (80e mondial) sur Lucas Pouille, Jo-Wilfried Tsonga gagne ses deux matchs et la paire Pierre-Hugues Herbert/Nicolas Mahut s'impose également. En finale Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille sont impuissants face au finaliste du Masters et 7e mondial David Goffin tandis que la paire inédite Richard Gasquet/Pierre-Hugues Herbert se défait des Belges sans trop de difficultés. Le Belge Steve Darcis est surclassé le premier jour par Jo-Wilfried Tsonga puis par Lucas Pouille dans le dernier match décisif. La France (ayant fait appel à huit joueurs durant cette saison) remporte ainsi sa dixième Coupe Davis, la première depuis seize ans. Yannick Noah est sacré pour la troisième fois en tant que capitaine.

En 2018, Yannick Noah établit un record en sélectionnant neuf joueurs différents durant la campagne, qui ont tous joué des matchs à enjeu[66]. L'équipe échoue en finale contre la Croatie de Marin Čilić. Malgré la défaite, la France, avec une finale de plus que le Royaume-uni (avec lequel elle est ex aequo en victoires), retourne à la troisième place du palmarès de la Coupe Davis qu'elle a occupé une année après la victoire de 1932.

Après la réforme de la Coupe Davis (2019-)

La compétition connaît une réforme mise en place pour l'édition 2019[67]. Désormais, la coupe Davis se déroule sous la forme d'un tournoi de nations, sur un semaine, dans un lieu unique, avec des confrontations en deux points gagnants et deux sets gagnants. L'annonce de la réforme est globalement critiquée par les joueurs et par les supporters, ces derniers, au contraire des premiers, boycottent la première édition se déroulant à Madrid[68].

Sébastien Grosjean remplace Yannick Noah dans ses fonctions de capitaine d'équipe, après qu'Amélie Mauresmo, initialement désignée, a finalement choisi de renoncer à ce poste[69]. Pour cette édition, il convoque, en l'absence de Lucas Pouille blessé, Gaël Monfils (absent du groupe depuis 2016), Benoît Paire, Jo-Wilfried Tsonga et, pour le double, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert (sacrés aux Masters la semaine précédant la phase finale)[70]. Les Français sont éliminés en phase de poules après une victoire contre le Japon (2-1) et une défaite contre la Serbie (1-2)[71].

Palmarès

  • En gras les joueurs ayant joué au moins un match avec enjeu lors de la campagne et en en italique ceux n'ayant joué qu'un ou plusieurs matchs sans enjeu (Paul Féret en 1925), les autres ont été sélectionnés mais n'ont joué aucun match (exemple : Christian Boussus en 1929, 1930, 1931, 1932).
  • En petit sur la seconde ligne les joueurs présents en finale, si différent de la première ligne, dont les noms sont gravés sur la Coupe Davis.

Victoires

Liste des 10 victoires de l'équipe de France de Coupe Davis[72].

#AnnéesLieuSurfaceAdversaireScoreVainqueurs
11927Philadelphie
États-Unis
GazonÉtats-Unis
3-2 Jean Borotra, Henri Cochet, René Lacoste, Jacques Brugnon
21928Paris
France
Terre battueÉtats-Unis
4-1Jean Borotra, Henri Cochet, René Lacoste, Jacques Brugnon
31929Paris
France
Terre battueÉtats-Unis
3-2Jean Borotra, Henri Cochet, Jacques Brugnon, Christian Boussus
41930Paris
France
Terre battueÉtats-Unis
4-1Jean Borotra, Henri Cochet, Jacques Brugnon, Christian Boussus
51931Paris
France
Terre battueRoyaume-Uni
3-2Jean Borotra, Henri Cochet, Jacques Brugnon, Christian Boussus
61932Paris
France
Terre battueÉtats-Unis
3-2Jean Borotra, Henri Cochet, Jacques Brugnon, Christian Boussus
71991Lyon
France
Moquette indoorÉtats-Unis
3-1Guy Forget, Henri Leconte, Arnaud Boetsch, Fabrice Santoro
Guy Forget, Henri Leconte, Arnaud Boetsch, Olivier Delaitre
81996Malmö
Suède
Dur indoorSuède
3-2Guy Forget, Arnaud Boetsch, Cédric Pioline, Guillaume Raoux
Guy Forget, Arnaud Boetsch, Cédric Pioline, Guillaume Raoux
92001Melbourne
Australie
GazonAustralie
3-2Cédric Pioline, Fabrice Santoro, Nicolas Escudé, Sébastien Grosjean, Arnaud Clément
Cédric Pioline, Fabrice Santoro, Nicolas Escudé, Sébastien Grosjean
102017Lille
France
Dur indoorBelgique
3-2Lucas Pouille, Jo-Wilfried Tsonga, Pierre-Hugues Herbert, Richard Gasquet, Nicolas Mahut, Julien Benneteau, Gilles Simon, Jérémy Chardy
Lucas Pouille, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet, Pierre-Hugues Herbert

Finales

Liste des 9 finales perdues par l'équipe de France de Coupe Davis.

#AnnéesLieuSurfaceAdversaireScoreJoueurs
11925Philadelphie
États-Unis
GazonÉtats-Unis
0-5Jean Borotra, Jacques Brugnon, René Lacoste, Paul Féret
Jean Borotra, René Lacoste
21926Philadelphie
États-Unis
GazonÉtats-Unis
1-4Jean Borotra, Jacques Brugnon, René Lacoste, Henri Cochet
31933Paris
France
Terre battueRoyaume-Uni
2-3Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet, André Merlin
41982Grenoble
France
Terre battue indoorÉtats-Unis
1-4Henri Leconte, Yannick Noah, Thierry Tulasne, Gilles Moretton
Henri Leconte, Yannick Noah
51999Nice
France
Terre battue indoorAustralie
2-3Sébastien Grosjean, Fabrice Santoro, Cédric Pioline, Olivier Delaitre, Guillaume Raoux, Jérôme Golmard
Sébastien Grosjean, Fabrice Santoro, Cédric Pioline, Olivier Delaitre
62002Paris
France
Terre battue indoorRussie
2-3Sébastien Grosjean, Fabrice Santoro, Nicolas Escudé, Paul-Henri Mathieu, Arnaud Clément, Michaël Llodra, Cédric Pioline
Sébastien Grosjean, Fabrice Santoro, Nicolas Escudé, Paul-Henri Mathieu
72010Belgrade
Serbie
Dur indoorSerbie
2-3Arnaud Clément, Michaël Llodra, Gaël Monfils, Gilles Simon, Jo-Wilfried Tsonga, Julien Benneteau
Arnaud Clément, Michaël Llodra, Gaël Monfils, Gilles Simon
82014Villeneuve-d'Ascq
France
Terre battue indoorSuisse
1-3Richard Gasquet, Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga, Julien Benneteau, Michaël Llodra
Richard Gasquet, Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga, Julien Benneteau
92018Villeneuve-d'Ascq
France
Terre battue indoorCroatie
1-3Jérémy Chardy, Richard Gasquet, Adrian Mannarino, Benoît Paire, Lucas Pouille, Jo-Wilfried Tsonga, Julien Benneteau, Pierre-Hugues Herbert, Nicolas Mahut
Jérémy Chardy, Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille, Pierre-Hugues Herbert, Nicolas Mahut

Bilan en finale

  • Bilan total : 52,63 % de réussite (10 gagnées, 9 perdues)
  • Bilan depuis l'instauration du Groupe mondial : 44 % de réussite (4 gagnées, 5 perdues)
  • Finales jouées en France : 54 % de réussite (7 gagnées, 6 perdues)
  • Finales jouées à l'étranger : 50 % de réussite (3 gagnées, 3 perdues)

Bilan

Performances de l'équipe de France de Coupe Davis
Édition Groupe Parcours Dernier adversaire Score Joueurs
1900Groupe mondialNe participe pas
1901Pas de Coupe
1902Groupe mondialNe participe pas
1903Groupe mondialNe participe pas
1904Groupe mondial1/2 Belgique2-3Aymé, Decugis
1905Groupe mondial1/2 États-Unis0-5Decugis, Germot
1906Groupe mondial1/2 États-UnisForfait
1907Groupe mondialNe participe pas
1908Groupe mondialNe participe pas
1909Groupe mondialNe participe pas
1910Pas de Coupe
1911Groupe mondialNe participe pas
1912Groupe mondial1/2 Grande-Bretagne1-4Decugis, Gobert, Laurentz
1913Groupe mondial1/4 Allemagne1-3Decugis, Germot, Gobert
1914Groupe mondial1/2 Grande-Bretagne1-4Decugis, Germot
1915 à 1918Pas de Coupe (Guerre)
1919Groupe mondialFinaliste (All Comer's) Grande-Bretagne2-3Decugis, Gobert, Laurentz
1920Groupe mondial1/4 États-Unis0-3Gobert, Laurentz
1921Groupe mondial1/4 Inde1-4Brugnon, Laurentz, Samazeuilh
1922Groupe mondial1/2 Australie1-4Borotra, Cochet, Couiteas de Faucamberge, Gobert
1923Groupe mondialFinaliste (All Comer's) Australie1-4Blanchy, Borotra, Brugnon, Cochet, Lacoste, Samazeuilh
1924Groupe mondialFinaliste (All Comer's) Australie2-3Borotra, Brugnon, Cochet, Couiteas de Faucamberge, Lacoste
1925Groupe mondialChallenge Round États-Unis0-5Borotra, Brugnon, Féret, Lacoste
1926Groupe mondialChallenge Round États-Unis1-4Borotra, Brugnon, Cochet, Lacoste, Landry
1927Groupe mondialVainqueur États-Unis3-2Borotra, Brugnon, Cochet, Lacoste
1928Groupe mondialVainqueur États-Unis4-1Borotra, Cochet, Lacoste
1929Groupe mondialVainqueur États-Unis3-2Borotra, Cochet
1930Groupe mondialVainqueur États-Unis4-1Borotra, Brugnon, Cochet
1931Groupe mondialVainqueur Grande-Bretagne3-2Borotra, Brugnon, Cochet
1932Groupe mondialVainqueur États-Unis3-2Borotra, Brugnon, Cochet
1933Groupe mondialChallenge Round Grande-Bretagne2-3Borotra, Brugnon, Cochet, Merlin
1934Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Australie2-3Borotra, Brugnon, Boussus, Merlin
1935Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Australie2-3Bernard, Borotra, Boussus, Merlin
1936Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Yougoslavie2-3Bernard, Borotra, Boussus, Destremau
1937Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Tchécoslovaquie1-4Bernard, Borotra, Boussus, Destremau, Petra
1938Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Allemagne2-3Bolelli, Destremau, Le Sueur, Pellizza, Petra
1939Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Grande-Bretagne2-3Boussus, Destremau, Pellizza, Petra
1940 à 1945Pas de Coupe (Guerre)
1946Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Yougoslavie2-3Bernard, Destremau, Pellizza, Petra
1947Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Yougoslavie0-4Abdesselam, Bernard, Borotra, Destremau, Pellizza, Petra
1948Zone Europe1/16 (1/8 Europe) Hongrie1-4Abdesselam, Bernard, Bolelli, Destremau,
1949Zone Europe1/2 (Finale Europe) Italie2-3Abdesselam, Bernard, Bolelli, Remy, Thomas
1950Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Danemark2-3Abdesselam, Bernard, Destremau, Remy, Thomas
1951Zone Europe1/16 (1/8 Europe) Grande-Bretagne2-3Abdesselam, Destremau, Remy
1952Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Belgique2-3Abdesselam, Bernard, Destremau, Haillet, Remy
1953Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Danemark1-4Abdesselam, Bernard, Ducos De La Haille, Haillet, Remy
1954Zone Europe1/2 (Finale Europe) Suède0-5Ducos De La Haille, Haillet, Molinari, Remy
1955Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Suède2-3Bernard, Haillet, Remy
1956Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Italie2-3Bernard, Darmon, Haillet, Remy
1957Zone Europe1/8 (1/4 Europe) Grande-Bretagne2-3Darmon, Haillet, Molinari, Remy
1958Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Grande-Bretagne0-5Darmon, Haillet, Molinari, Remy
1959Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Italie1-4Darmon, Grinda, Haillet, Molinari, Pilet
1960Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Suède2-3Darmon, Grinda, Pilet
1961Zone Europe1/4 (1/2 Europe) Italie1-4Contet, Darmon, Grinda, Pilet, Renavand
1962Zone Europe1/32 (1/8 Europe) Afrique du Sud2-3Barclay, Darmon, Renavand
1963Zone Europe1/16 (1/4 Europe) Espagne1-4Beust, Contet, Darmon
1964Zone Europe1/4 (Finale Europe) Suède1-4Barthes, Darmon, Grinda, Jauffret
1965Zone Europe1/8 (1/2 Europe) Afrique du Sud1-4Barthes, Beust, Darmon, Jauffret
1966Zone Europe A1/4 (Finale Europe A) Brésil1-4Barthes, Contet, Darmon, Jauffret
1967Zone Europe A1/8 (1/2 Europe A) Afrique du Sud0-5Beust, Contet, Darmon
1968Zone Europe A1/32 (1/8 Europe A) Grande-Bretagne0-3Beust, Contet, Goven, Jauffret
1969Zone Europe A1/32 (1/8 Europe A) Yougoslavie2-3Beust, Contet, Goven, Jauffret
1970Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Espagne0-5Chanfreau, Goven, Jauffret, Rouyer
1971Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Espagne1-4Dominguez, Barthes, Jauffret, Proisy
1972Zone Europe B1/16 (1/4 Europe B) Espagne2-3Barthes, Dominguez, Goven, Proisy
1973Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) URSS2-3Barthes, Chaufreau, Jauffret, N'Godrella, Proisy
1974Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Roumanie2-3Barthes, Caujolle, Goven, Jauffret, N'Godrella
1975Zone Europe A1/4 (Finale Europe A) Tchécoslovaquie2-3Dominguez, Jauffret, Proisy
1976Zone Europe A1/8 (1/2 Europe A) Grande-Bretagne1-4Jauffret, Proisy
1977Zone Europe B1/2 (1/2 Interzone) Italie1-4Dominguez, Haillet, Jauffret, Proisy
1978Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Grande-Bretagne2-3Deblicker, Jauffret, Noah
1979Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Tchécoslovaquie1-4Bedel, Dominguez, Moretton, Noah, Portes
1980Zone Europe B1/8 (1/2 Europe B) Tchécoslovaquie0-5Haillet, Moretton, Noah, Portes
1981Groupe mondial1/8 Australie2-3Moretton, Noah, Portes, Roger-Vasselin, Tulasne
1982Groupe mondialFinaliste États-Unis1-4Leconte, Moretton, Noah, Tulasne
1983Groupe mondial1/2 Australie1-4Leconte, Moretton, Noah, Tulasne
1984Groupe mondial1/4 Tchécoslovaquie2-3Forget, Leconte, Noah, Portes
1985Groupe mondial1/8, relégué Paraguay2-3Leconte, Noah
1986G1 (EUR/AFR)Promu Autriche4-1Fleurian, Forget, Pham, Tulasne, Winogradsky[73]
1987Groupe mondial1/4 Suède1-4Leconte, Forget, Tulasne
1988Groupe mondial1/2 Suède1-4Forget, Leconte, Noah, Tulasne
1989Groupe mondial1/4 États-Unis0-5Forget, Leconte, Noah
1990Groupe mondial1/8 Australie2-3Forget, Leconte, Noah
1991Groupe mondialVainqueur États-Unis3-1Boetsch, Delaitre, Forget, Leconte, Santoro
1992Groupe mondial1/4 Suisse2-3Boetsch, Champion, Forget, Leconte
1993Groupe mondial1/4 Inde2-3Boetsch, Forget, Gilbert, Leconte
1994Groupe mondial1/4 Suède2-3Boetsch, Delaitre, Fleurian, Leconte, Pioline
1995Groupe mondial1/8 États-Unis1-4Boetsch, Delaitre, Forget, Golmard, Pioline[74]
1996Groupe mondialVainqueur Suède3-2Boetsch, Forget, Pioline, Raoux
1997Groupe mondial1/8, relégué Australie1-4Boetsch, Forget, Pioline, Raoux, Roux, Santoro[75]
1998G1 (EUR/AFR)Promu Israël4-1Escudé, Golmard, Pioline, Raoux
1999Groupe mondialFinaliste Australie2-3Delaitre, Grosjean, Pioline, Santoro
2000Groupe mondial1/8 Brésil4-1Clément, Delaitre, Escudé, Grosjean, Golmard, Pioline
2001Groupe mondialVainqueur Australie3-2Clément, Escudé, Grosjean, Pioline, Santoro
2002Groupe mondialFinaliste Russie2-3Clément, Escudé, Grosjean, Llodra, Mathieu, Pioline, Santoro
2003Groupe mondial1/4 Suisse2-3Escudé, Grosjean, Llodra, Santoro
2004Groupe mondial1/2 Espagne1-4Ascione, Clément, Escudé, Llodra, Mathieu, Santoro
2005Groupe mondial1/4 Russie2-3Clément, Gasquet, Grosjean, Llodra, Mathieu
2006Groupe mondial1/4 Russie1-4Clément, Gasquet, Grosjean, Llodra
2007Groupe mondial1/4 Russie2-3Clément, Gasquet, Grosjean, Llodra, Mathieu
2008Groupe mondial1/4 États-Unis1-4Clément, Gasquet, Llodra, Mathieu, Tsonga
2009Groupe mondial1/8 Tchéquie2-3Chardy, Llodra, Monfils, Simon, Tsonga
2010Groupe mondialFinaliste Serbie2-3Benneteau, Clément, Llodra, Monfils, Simon, Tsonga
2011Groupe mondial1/2 Espagne2-3Benneteau, Chardy, Gasquet, Llodra, Monfils, Simon, Tsonga
2012Groupe mondial1/4 États-Unis2-3Benneteau, Llodra, Monfils, Simon, Tsonga
2013Groupe mondial1/4 Argentine2-3Benneteau, Gasquet, Llodra, Simon, Tsonga
2014Groupe mondialFinaliste Suisse1-3Benneteau, Gasquet, Llodra, Monfils, Tsonga
2015Groupe mondial1/4 Grande-Bretagne1-3Benneteau, Gasquet, Mahut, Monfils, Simon, Tsonga
2016Groupe mondial1/2 Croatie1-3Gasquet, Herbert, Mahut, Monfils, Pouille, Simon, Tsonga
2017Groupe mondialVainqueur Belgique3-2Benneteau, Chardy, Gasquet, Herbert, Mahut, Pouille, Simon, Tsonga
2018Groupe mondialFinaliste Croatie1-3Benneteau, Chardy, Gasquet, Herbert, Mahut, Mannarino, Paire, Pouille, Tsonga
2019Groupe mondialPhase de poules Japon
Serbie
2-1
1-2
Herbert, Mahut, Monfils, Paire, Tsonga
Barrages de l'équipe de France de Coupe Davis
Édition Groupe Parcours Dernier adversaire Score Joueurs
1985Groupe mondialVaincu Yougoslavie2-3Leconte, Noah
1990Groupe mondialVainqueur Grande-Bretagne2-3Forget, Leconte, Noah
1995Groupe mondialVainqueur Maroc5-0Boetsch, Delaitre, Forget, Golmard, Pioline
1997Groupe mondialVaincu Belgique0-5Boetsch, Forget, Pioline, Raoux, Roux, Santoro
2000Groupe mondialVainqueur Autriche3-0Clément, Delaitre, Escudé, Grosjean, Golmard, Pioline
2009Groupe mondialVainqueur Pays-Bas1-4Chardy, Llodra, Monfils, Simon, Tsonga


Résultats récents

Voir Coupe Davis 2018 et Coupe Davis 2017

Statistiques

Statistiques par équipe affrontée

(mis à jour après les poules de 2019)

PaysConfrontationsVictoiresDéfaites% de victoireDernière confrontation
 Grande-Bretagne22101245 %2017, quart de finale, Rouen, 4-1
 États-Unis167944 %2012, quart de finale, Monte-Carlo, 2-3
République tchèque / Tchécoslovaquie169756 %2016, quart de finale, Třinec, 3-1
Australie1551033 %2014, 1er tour, Mouilleron-le-Captif, 5-0
Suisse1310377 %2014, finale, Villeneuve-d'Ascq, 1-3
Suède125742 %2005, 1er tour, Strasbourg, 3-2
Pays-Bas11110100 %2018, huitième de finale, Albertville, 3-2
Danemark119282 %1996, 1er tour, Besançon, 5-0
Allemagne119282 %2015, 1er tour, Francfort, 3-2
Italie116555 %2018, quart de finale, Gênes , 3-1
Serbie / Yougoslavie[76]94544 %2010, Finale, Belgrade, 2-3
Roumanie98188 %2008, huitième de finale, Sibiu, 5-0
Espagne82625 %2011, demi-finale, Cordoue, 1-4
Autriche880100 %2011, 1er tour, Vienne, 3-2
Belgique85362.5%2017, finale, Villeneuve-d'Ascq, 3-2
Russie72528%2007, quart de finale, Moscou, 2-3
Inde64267 %1993, quart de finale, Cannes, 2-3
Argentine65183 %2013, quart de finale, Buenos Aires, 3-2
Afrique du Sud52340 %1967, zone Europe, Paris 0-5
Brésil53260 %2000, 1er tour, Florianópolis, 1-4
Hongrie54180 %1994, 1er tour, Besançon, 4-1
Norvège550100 %1973, zone Europe, Oslo, 5-0
Israël440100 %2013, 1er tour, Rouen, 5-0
Japon550100 %2019, Poules, Madrid, 2-1
Canada330100 %2016, 1er tour, Baie-Mahault, 5-0
Croatie21150 %2016, 1/2 finale, Zadar, 2-3

Statistiques par joueur sélectionné

Joueurs en activité. En jaune les joueurs qui ont remporté la Coupe Davis. Sélection = 1 pour la phase qualificative et 1 pour la phase finale ; plus de matchs sans enjeux.

  • Tous les matchs joués (mis à jour après l'édition 2019).
NomMatchV-DSimpleSimple
V-D
DoubleDouble
V-D
SélectionDébutCampagne
Benoît Paire21-121-100-0220182
Adrian Mannarino21-121-100-0120181
Pierre-Hugues Herbert108-210-198-1920164
Lucas Pouille117-4117-400-0820163
Nicolas Mahut1711-621-41210-21220155
Julien Benneteau1911-873-4128-41520108
Jérémy Chardy75-275-200-0520094
Gaël Monfils1512-31512-300-01420098
Gilles Simon188-10188-1000-01220098
Jo-Wilfried Tsonga3928-113222-1076-121200812
Richard Gasquet3018-122414-1064-221200511
  • Matchs à enjeu (mis à jour après l'édition 2019)
NomMatchSimple
V-D
Double
V-D
Benoît Paire21-10
Adrian Mannarino21-10
Pierre-Hugues Herbert908-1
Lucas Pouille95-40
Nicolas Mahut12010-2
Julien Benneteau140-28-4
Jérémy Chardy53-20
Gaël Monfils119-20
Gilles Simon145-90
Jo-Wilfried Tsonga3720-96-1
Richard Gasquet2512-74-2
  • Matchs et victoires en Coupe Davis au 01/07/16 :
Rencontres
# Joueur Matchs
1erFrançois Jauffret70
2ePierre Darmon68
3eHenri Leconte66
4eYannick Noah61
5eHenri Cochet58
6eJean Borotra54
7ePaul Rémy53
8eRené Lacoste51
9eGuy Forget49
10eRobert Haillet43
Victoires
# Joueur Victoires
1erPierre Darmon47
2eHenri Cochet44
3eFrançois Jauffret43
4eHenri Leconte41
5eRené Lacoste40
6eYannick Noah39
7eGuy Forget38
8eJean Borotra36
9ePaul Rémy35
10eRobert Haillet30
% de victoires (+ de 20 matchs)
# Joueur Victoires Défaites Pourcentage
1erRené Lacoste401178,4 %
2eNicolas Escudé18578,3 %
3eGuy Forget381177,6 %
4eJo-Wilfried Tsonga24876,7 %
5eHenri Cochet441475,9 %
6eArnaud Boetsch16672,7 %
7eJacques Brugnon261170,3 %
8eRobert Haillet301369,8 %
9ePierre Darmon472169,1 %
10eMarcel Bernard291369,0 %


Historique des capitanats

Deux capitaines l'ont été sur trois périodes distinctes (Max Decugis et Yannick Noah) et deux autres sur deux périodes différentes (Allan Muhr et Jean-Paul Loth). Deux capitaines ont pris en main l'équipe de France durant plus de dix saisons : Guy Forget (14 ans) et Benny Berthet (11 ans). Années des campagnes joués et non pas de la nomination. Amélie Mauresmo devient la 1re capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis en 2019[83]. L'Ère Open en Coupe Davis débute en 1973.

Noms des joueurs français gravés sur la Coupe Davis

Sur la coupe, seuls figurent les joueurs ayant joué ou été sélectionnés en finale[85]. Dans la liste ci-dessous, est listé en premier le joueur no 1 de l'équipe, puis le second joueur de simple ensuite les joueurs remplaçant en simple et les joueurs de double. En italique, sont mentionnés les joueurs ayant été sélectionnés mais n'ayant pas joué en finale. Au début, les capitaines n'apparaissent pas encore sur la coupe. Le chiffre entre parenthèses est le nombre d'apparitions sur la coupe en tant que vainqueur, pour les finalistes uniquement ceux n'apparaissant pas en victorieux.

En gras les joueurs encore en activité.

Victoires :

Finales :

Au regard de la règle actuelle, 15 joueurs français peuvent être considérés comme vainqueurs de la Coupe Davis. Cette règle stipule que n'importe quel joueur sélectionné lors d'une des rencontres d'une année victorieuse est de fait vainqueur. Ainsi qu'il ait son nom gravé sur le saladier, qu'il ait rapporté un point ou n'ait pas joué n'entre pas en ligne de compte.

  • Sur ces 15 joueurs titrés, notons que Christian Boussus et Olivier Delaitre n'ont pas joué le moindre match lors des campagnes victorieuses où ils ont été sélectionnés.

Villes hôtes en France

La première ville hôte est Deauville en 1919 puis les rencontres ce sont toutes déroulées à Paris dès 1921 au Racing Club avant que le stade de Roland Garros en 1928 ne prenne le relais pour la quasi-totalité des rencontres hormis quelques villes : Bordeaux en 1923 et 1957, Lyon en 1923, Évian-les-Bains en 1924, Cabourg en 1926, Marseille en 1938, Dijon en 1964. À partir de 1980 jusqu'à aujourd'hui plusieurs autres villes accueillent l'équipe de France Montpellier et Toulouse d'abord puis en 1981 Lyon, 1982 pour de la terre battue ailleurs qu'à Roland Garros et enfin Grenoble pour une première finale hors de Paris. Roland Garros a reçu de nouveau des rencontres en 1982, 2002 et 2014. En 2016 pour la première fois une rencontre outre-mer à Baie-Mahault en Guadeloupe. En gras les villes qui ont accueilli une finale.

Aix-en-Provence, Bayonne, Besançon, Bordeaux, Cabourg, Cannes, Clermont-Ferrand, Deauville, Dijon, Évian-les-Bains, Fréjus, Grenoble, Limoges, Lyon, Marcq-en-Barœul, Marseille, Metz, Mouilleron-le-Captif, Moliets-et-Maa, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Paris (Roland Garros), Paris (POPB), Pau, Rennes, Roquebrune-Cap-Martin, Rouen, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Villeneuve-d'Ascq, Baie-Mahault .

Villes étrangère où la France a joué une finale (victoire en gras) : Philadelphie, Melbourne, Malmö, Belgrade.

Récompenses

  • Le "Award of Excellence" 2002 pour Pierre Darmon. Inauguré par l'ITF et l'International Tennis Hall of Fame en 2001, est décerné chaque année à un joueur qui représente le mieux les idéaux et l'esprit de la compétition.
  • Le "Commitment Award" créé en 2013 est décerné à tous les joueurs qui porte au moins 20 sélections : Jacques Brugnon, Jean Borotra, Henri Cochet, Rene Lacoste, Marcel Bernard, Bernard Destremau, Paul Remy, Robert Haillet, Pierre Darmon, Francois Jauffret, Yannick Noah, Henri Leconte, Guy Forget, Cedric Pioline, Michael Llodra, Richard Gasquet.

Club France Coupe Davis

Le Club France Coupe Davis a été créé pour soutenir ceux qui ont défendu la France en Coupe Davis mais également aux Jeux olympiques. Créé sous l'impulsion d'Arnaud Boetsch en 1996 à la suite de la victoire de la France en Coupe Davis cette association a d'abord pour but de réunir les joueurs puis plus particulièrement d'aider ceux en difficultés. Les critères actuellement définis concernent les joueurs ayant eu au moins une sélection en Coupe Davis et ceux médaillés aux Jeux olympiques. Arnaud Di Pasquale non sélectionné en Coupe Davis mais médaillé de bronze, est membre à part entière. On peut aussi citer Michel Leclercq, la fédération n'avait pas les moyens d'emmener le 4e joueur sélectionné, il est donc resté à Paris tout en faisant partie de l'équipe, il est membre du club. L'association a soulevé des fonds pour soutenir le membre Jérôme Golmard atteint de la maladie de Charcot en 2014. Le Club est aidé financièrement par la Fédération et se finance également en vendant des packs de relations publiques par exemple. Le président est Michaël Llodra aidé entre autres des membres Gilles Moretton, Lionel Roux, Julien Benneteau mais aussi de Stéphane Simian. Fin 2014 18 ans après sa création il y a 53 membres. Un peu plus d'une centaine de joueurs ont eu soit une sélection en Coupe Davis (80 environs) ou une médaille dans les tournois de tennis organisé par le comité international olympique (22 environs), la plupart sont décédés[86]. Gérard Pilet est le premier président pendant 10 ans puis Arnaud Boetsch pendant 2 ans.

Notes et références

  1. « 1927-1932 : Le règne des mousquetaires »
  2. [vidéo] Visionner la vidéo sur YouTube
  3. « La France de retour au sommet »
  4. « La France et la relégation », sur http://www.eurosport.fr/
  5. « Les trésors cachés de l'épopée de 1991 », sur http://www.eurosport.fr/
  6. « Noah le magicien »
  7. « Le Top 5 des pires défaites du sport français », sur https://www.20minutes.fr/
  8. « Yannick Noah reprend du service », sur https://www.humanite.fr/
  9. « la France se fait corriger par les Américains », sur http://liberation.fr/
  10. « 1996, un dimanche hors du temps », sur http://www.eurosport.fr/
  11. La finale de la Coupe Davis 1996 sur le site vivaguadalajara.fr
  12. « La Belgique rétrograde le tennis français », sur http://www.liberation.fr
  13. « Il inaugure son rôle de capitaine, ce week-end à Nîmes, en Coupe Davis. », sur http://www.liberation.fr/
  14. « 1999: Le roc Philippoussis », sur http://www.eurosport.fr.
  15. « Coupe Davis: 1999, défaite pour la première de capitaine Forget », sur http://fr.reuters.com/.
  16. « Les vraies raisons de la défaite en 1999 », sur http://www.leparisien.fr/
  17. « L'équipe de Forget éliminée de la Coupe Davis. La France dans les cordes. », sur http://www.liberation.fr/
  18. « Des jeunes pour faire barrage... », sur https://www.ladepeche.fr/
  19. « Cette équipe peut aller loin », sur http://www.leparisien.fr/
  20. « Les Français mettent le feu au lac », sur http://www.leparisien.fr/
  21. « Coupe Davis : Ouf ! », sur http://www.sport.fr/
  22. « L'Australie et la France en finale de la Coupe Davis », sur http://www.liberation.fr/
  23. « 2001, par Nicolas Escudé », sur http://www.canalplus.fr/
  24. « 2001 : la 9e, symphonie d'Escudé », sur http://www.eurosport.fr/
  25. « Nos héros du bout du monde »
  26. « France - Pays-Bas »
  27. « Santoro, ce héros »
  28. « France - Etats-Unis »
  29. « Clément-Mathieu, destins croisés »
  30. « Du suspense et des larmes »
  31. « 2002, la roulette russe », sur http://www.eurosport.fr/
  32. « Grosjean : "Je risquais la blessure" », sur http://www.eurosport.fr/
  33. « Santoro n'était pas au rendez-vous », sur http://www.leparisien.fr/
  34. « Forget dur avec Llodra », sur http://www.eurosport.fr/
  35. « Federer achève son chef-d'œuvre »
  36. « Les raisons d'un échec », sur http://www.leparisien.fr/
  37. « «l'électrochoc» Santoro », sur http://www.liberation.fr/
  38. « La porte n'est pas fermée pour Fabrice », sur http://www.leparisien.fr/
  39. « France - Suisse »
  40. « Les Bleus mordent la poussière espagnole », sur https://www.humanite.fr/
  41. « Logique la défaite... », sur http://www.leparisien.fr/
  42. « Gasquet : "Un rêve de gosse" », sur http://www.eurosport.fr//
  43. « Dans la glaise à Moscou », sur http://www.eurosport.fr/
  44. « Safin, point final », sur http://www.eurosport.fr/
  45. « Coupe Davis : Gaël Monfils battu », sur https://www.ouest-france.fr/
  46. « La France battue par la Serbie en finale », sur http://www.liberation.fr/
  47. « Forget défend ses choix », sur https://www.lemonde.fr/
  48. « L'Espagne était trop forte pour la France », sur http://www.sudouest.fr/
  49. « Tsonga, battu, la France éliminée en quart par les Etats-Unis », sur https://www.20minutes.fr/
  50. « Guy Forget tire sa révérence », sur http://www.rtl.fr/
  51. « Forget ou l'usure du pouvoir », sur http://www.eurosport.fr/
  52. « Clément succède à Forget », sur http://www.eurosport.fr/
  53. « La France mord la poussière contre l'Argentine », sur http://www.lepoint.fr/
  54. « Coupe Davis : contre l'Allemagne, remontée fantastique de la France », sur https://www.huffingtonpost.fr/
  55. « Coupe Davis, France - République tchèque (3-0) », sur http://www.eurosport.fr/
  56. « Coupe Davis - Monfils étouffe Federer », sur http://www.francetvsport.fr/
  57. « Arnaud Clément «savait» pour Tsonga », sur lequipe.fr
  58. « Yannick Noah se verrait bien capitaine », sur lequipe.fr
  59. « Yannick Noah ne veut plus être capitaine des Bleus », sur Eurosport.fr
  60. « le double Mahut-Benneteau emmène la France en quarts », sur LeMonde.fr
  61. « La France éliminée par la Grande-Bretagne en quart de finale », sur Lequipe.fr
  62. « Clément et le nœud du problème nommés Tsonga », sur sport24.lefigaro.fr
  63. « Les coulisses de la lutte pour le capitanat », sur http://rmcsport.bfmtv.com/,
  64. « Simon tacle la FFT », sur http://www.sports.fr/,
  65. « France-Canada, un match qui coûte cher »
  66. « Grosjean au Figaro : « Je suis impatient de découvrir le nouveau format de la Coupe Davis » - Coupe Davis - Tennis », sur Sport24, 2019-11-18cet17:23:31+0100 (consulté le 19 novembre 2019)
  67. « Davis Cup - Historic Davis Cup reforms approved at AGM », sur www.daviscup.com (consulté le 19 novembre 2019)
  68. « Coupe Davis: les supporters français passent leur tour à Madrid - Coupe Davis - Tennis », sur Sport24, 2019-11-18cet17:33:52+0100 (consulté le 19 novembre 2019)
  69. « Coupe Davis : le capitaine Sébastien Grosjean veut « passer du temps avec les joueurs et leur staff » - Coupe Davis », sur L'Équipe (consulté le 19 novembre 2019)
  70. Ouest-France, « Tennis. Coupe Davis : découvrez les compositions des équipes », sur Ouest-France.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  71. « Coupe Davis : Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert rapportent le point du double à la France qui s'incline 2-1 face à la Serbie », sur lequipe.fr, .
  72. (en) « Davis Cup Trophy virtual tour », sur daviscup.com (consulté le 7 décembre 2011)
  73. Thierry Pham et Éric Winogradsky jouent contre la Turquie leurs seul rencontre de Coupe Davis, ils demeurent les seuls joueurs français à ne pas avoir joué dans le Groupe Mondial (1981)
  74. Arnaud Boestch et Jérôme Golmard ne jouent que la rencontre de barrage.
  75. Fabrice Santoro et Lionel Roux ne jouent que la rencontre de barrage.
  76. Royaume des serbes croates et slovènes en 1927 et 1928, Yougoslavie entre 1929 et 2003, Serbie-et-Monténégro entre 2004 et 2006, Serbie depuis 2007
  77. Les matchs non terminés ne sont pas comptabilisés par la Coupe Davis (moins de 10 depuis 1904).
  78. Une Rencontre est l'ensemble des matchs joués lors d'un 1/4 ou d'une 1/2 etc ; 4 simples et 1 double sur 3 jours vendredi samedi et dimanche
  79. Une Campagne de Coupe Davis est l'ensemble des tours sur une année 1/8, 1/4, 1/2 et finale.
  80. Plusieurs joueurs débute lors de la même année ils sont classées par ordre d'apparitions ; Contet et Renavand débute en même temps en double.
  81. Certains joueurs ayant ou ayant eu la nationalité française sont répertoriés dans la liste des joueurs français du site officiel de la Coupe Davis mais n'ont jamais joué pour la France : Christian Collange ( Monaco), Valentin Rahmine ( Algérie) et Reza Nakhai ( Iran).
  82. Thierry Pham gagne deux simples contre la Turquie en quart de finale de la zone Europe de 1986 (à la suite de la défaite de la France dans le match de barrage de 1985) la France gagne ensuite la demi et la finale pour jouer dans le groupe mondial de 1987.
  83. « Tennis : Amélie Mauresmo est nommée capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis et devient la première femme à occuper ce poste », Franceinfo, (lire en ligne, consulté le 23 juin 2018)
  84. « Coupe Davis : Sébastien Grosjean nommé capitaine des Bleus », sur www.republicain-lorrain.fr (consulté le 17 décembre 2018)
  85. Ce qui signifie qu'il peut y avoir mention sur la Coupe d'un joueur uniquement sélectionné lors d'une finale perdue même s'il n'a joué aucun match de la campagne, tandis que n'y figurera pas le nom d'un joueur qui a joué un match (avec ou sans enjeu) durant les tours précédents mais n'a pas été sélectionné lors de la finale. Par exemple, durant la saison 1991, Fabrice Santoro a joué durant les tours précédents et n'a pas été sélectionné en finale, donc son nom n'est pas inscrit sur la coupe, alors qu'inversement, Olivier Delaitre n'a pas joué un seul match de cette même campagne 1991 mais a été sélectionné en finale, son nom apparaissant donc sur la coupe.
  86. welovetennis.fr : interview de Llodra

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du tennis
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.