1926 en France

Cette page concerne l'année 1926 du calendrier grégorien.

Chronologies
Années :
1923 1924 1925  1926  1927 1928 1929
Décennies :
1890 1900 1910  1920  1930 1940 1950
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Événements

  • 2 mars : création à Paris de l'Étoile nord-africaine, association de travailleurs immigrés algériens.
  • 6 mars : chute du gouvernement du président du Conseil Aristide Briand.
  • 9 mars : Aristide Briand président du Conseil (9).
  • 30 mars[1]: fondation à Paris du Comité de Défense de la Race Nègre par Lamine Senghor et lancement de La Voix des Nègres (1er numéro le ).
  • 4 avril : loi fiscale créant une taxe sur le chiffre d'affaires des entreprises.
  • 28 avril : adoption du budget par le parlement.
    • Majoration de la taxe sur le chiffre d'affaires qui passe de 1,3 à 2 %, création d'un impôt exceptionnel ("taxe civique") sur les hauts revenus.
  • 29 avril : accord de Washington sur les dettes de guerre.
  • 5 juin : inauguration du barrage hydroélectrique d'Éguzon.
  • 10 juin: traité d’amitié entre la Roumanie et la France[2].
  • 14 juin : départ de Robert Sexé et Henri Andrieux, à la Porte Maillot de Paris, pour le 1er tour du monde à moto (arrivé le à Bruxelles)
  • 24 juin : Aristide Briand président du Conseil (10).
  • 12 juillet : accords franco-britanniques sur les dettes de guerre.
  • 15 juillet : inauguration de la mosquée de Paris[3].
  • 17 juillet : le gouvernement demande les pleins pouvoirs financiers, mais l'intervention du président de la chambre (Édouard Herriot) contre ce projet provoque la chute du président du Conseil Aristide Briand.
  • 19-21 juillet : Édouard Herriot président du Conseil (2), dans un « gouvernement d'union nationale »[4].
  • 21 juillet : crise des changes (1 livre = 243 francs), le soir même Herriot est renversé par les radicaux qui basculent à droite
  • 23 juillet : rappel de Raymond Poincaré à la présidence du Conseil (4)[4]. Il prend le portefeuille des finances. Son retour ramène la confiance et apaise aussitôt la crise financière.
  • Août :
  • 3 août : réforme fiscale. Le président du conseil Poincaré fait entériner par la chambre des députés une hausse de la fiscalité de 11 milliards de francs.
    • hausse des droits de douane (par décret)
    • majoration des droits sur les boissons et le tabac
    • taxe de 7 % surt la revente d'un bien immobilier sur le capital immobilier
    • impôt unifié de 6 % sur le chiffre d'affaires
    • Majoration de 50 % de la taxe sur les revenus mobiliers
    • Suppression de l'impôt sur le capital
    • Réduction de l'impôt général sur le revenu qui passe à 30 % du revenu moyen.
  • 7 août : loi portant création de la « Caisse autonome de gestion des bons de la défense nationale et d'amortissement de la dette publique »[5]. Cet organisme public se voit confier la direction générale des manufactures de l'État. Les bénéfices liés à l'exploitation du monopole des tabacs et des allumettes seront affectés à l'amortissement des bons de la défense nationale, ainsi qu'au remboursement anticipé ou à la conversion des anciens fonds de rentes.
  • 11 août : loi instituant la carte d'identité de travailleur étranger[6].
  • 17 septembre : rencontre entre Aristide Briand et Gustav Stresemann à Thoiry, près de Genève, qui scelle le début de la réconciliation franco-allemande. Les conversations de Thoiry, connues à la suite d’indiscrétions, provoquent en France une vague d’indignation. Poincaré doit déclarer, fin septembre, que le gouvernement ne sacrifiera pas les droits donnés à la France par les traités.
  • Octobre :
    • redressement du franc, avec la collaboration des banques françaises et étrangères (1 livre = 243 francs en décembre). Poincaré estime, à la différence de Briand, que les concessions politiques à l’Allemagne deviennent inutiles.
    • Coco Chanel présente sa petite robe noire dans le magazine Vogue.
  • 29 décembre : l’Église condamne le mouvement des Camelots du roi. Les catholiques qui liront l’Action française seront excommuniés.
  • Création de l'AFNOR (Association française pour la normalisation).
  • Création de la société « Schlumberger » (Instrumentation pour la recherche pétrolière).
  • La population française est de 40,6 millions de personnes.

Économie

  • PIB à 280 milliards de francs.
  • Forte hausse de l'inflation à 31,6 %.
  • Le retour de Poincaré amorce une période de désinflation en France.
  • Stagnation du chômage, du PIB et de la dette à 81 % du PIB..
  • Le budget redevient excédentaire, une première depuis 1907.

Culture

Littérature

Cinéma

Films français sortis en 1926

  • x

Autres films sortis en France en 1926

  • x

Naissances en 1926

Décès en 1926

Notes et références

  1. Google books - Des tranchées de Verdun à l'église Saint-Bernard : 80 000 combattants maliens…, Bakari Kamian
  2. http://untreaty.un.org/unts/60001_120000/15/24/00029177.pdf
  3. Yves Bruley, La laïcité française, Éditions du Cerf, (ISBN 9782204116800, présentation en ligne)
  4. Dominique Borne, Hubert Néant, La politique en France - XIXe - XXe siècles, Hachette Éducation, (ISBN 9782013201100, présentation en ligne)
  5. Olivier Feiertag, Michel Margairaz, Les banques centrales pendant la grande guerre, Presses de Sciences Po (ISBN 9782724622874, présentation en ligne)
  6. Chao-King Li, Le mouvement de la main-d’œuvre étrangère en France depuis la Grande guerre: 1914-1918, Langres, Imprimerie moderne, (présentation en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de l’histoire
  • Portail de l’entre-deux-guerres
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.