6 Heures de Fuji 2017

Les 6 Heures de Fuji 2017 est la septième manche du Championnat du monde d'endurance FIA 2017, du 13 au sur le Fuji Speedway à Oyama au Japon. La course est remportée par la Toyota TS050 Hybrid no 8 pilotée par Anthony Davidson, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima dans des conditions météorologiques difficiles.

6 Heures de Fuji 2017
Généralités
Sport Compétition automobile
Organisateur(s) Automobile Club de l'Ouest
FIA
Édition 15e
Lieu(x) Oyama
District de Suntō
Préfecture de Shizuoka
Japon
Date
Site(s) Fuji Speedway
Site web officiel fiawec-fuji.com/

Palmarès
Tenant du titre Toyota Gazoo Racing
Vainqueur Toyota Gazoo Racing
Deuxième Toyota Gazoo Racing
Troisième Porsche Team
Plus titré(s) -Constructeur: Porsche

Navigation

Contexte avant la course

Absent aux 6 Heures du Circuit des Amériques, Anthony Davidson a fait, comme prévu, son retour sur la Toyota TS050 Hybrid no 8. De son côté, Porsche a longuement hésité sur le kit à mettre en œuvre pour cette course. Après analyse des données et simulation, le kit ‘high downforce’ a été sélectionné[1].

En LM P2, Alex Lynn est absent sur l'Oreca 07 no 26 du G-Drive Racing et sera remplacé par son compatriote James Rossiter, qui connaît parfaitement le tracé de Fuji vu ses participations aux championnats Super GT et en Super Formula ses dernières saisons.

En GTE Pro, Daniel Serra n'a pas été de la partie sur l'Aston Martin Vantage no 97, absence prévu de longue date.

Enfin pour finir, en GTE Am, Michael Wainwright, patron-pilote du Gulf Racing, a cédé son baquet à l'Américain Michael Hedlund[2].

À noter qu'un Circuit Safari a été organisé le samedi de 9h45 à 9h55. Les fans ont pris place dans des bus alors que les concurrents du FIA WEC étaient en piste. Chaque équipe devait sortir au moins une voiture[3].

Essais libres

Première séance, le vendredi de 11 h 00 à 12 h 30

Temps réalisés par les trois premiers de chaque catégorie lors de la première séance d'essais libres (vainqueurs de catégorie en gras)[4]
Pos. Classe Équipe Temps Tours
1 LMP1 1 Porsche LMP Team 1 min 35 s 527 (au 19e tour) 34
2 LMP1 2 Porsche LMP Team 1 min 35 s 660 (au 6e tour) 35
3 LMP1 7 Toyota Gazoo Racing 1 min 36 s 010 (au 11e tour) 38
5 LMP2 37 Jackie Chan DC Racing 1 min 42 s 735 (au 14e tour) 40
6 LMP2 28 TDS Racing 1 min 43 s 225 (au 7e tour) 37
7 LMP2 38 Jackie Chan DC Racing 1 min 43 s 327 (au 28e tour) 38
14 LMGTE Pro 92 Porsche GT Team 1 min 47 s 365 (au 9e tour) 35
15 LMGTE Pro 91 Porsche GT Team 1 min 47 s 617 (au 5e tour) 35
16 LMGTE Pro 71 AF Corse 1 min 47 s 627 (au 3e tour) 32
17 LMGTE Am 54 Spirit of Race 1 min 47 s 655 (au 6e tour) 37
20 LMGTE Am 61 Clearwater Racing 1 min 48 s 246 (au 6e tour) 28
23 LMGTE Am 77 Dempsey-Proton Racing 1 min 49 s 042 (au 20e tour) 36

Au cours de cette première séance d'essais libres disputée sous la pluie, la marque allemande a monopolisé le haut de l'affiche. En effet, la Porsche Hybrid no 1 aux mains d'André Lotterer s'adjuge le meilleur temps en 1 min 35 s 527. Earl Bamber lui emboîte le pas avec 0 s 133 d'écart. De leur côté, les Toyota TS050 Hybrid du Toyota Gazoo Racing se sont montrées plus prudentes lors de cette séance.

Du côté des LMP2, le Jackie Chan DC Racing a passé une bonne séance. Alex Brundle a placé la no 37 en première position et Ho-Pin Tung la no 38 en troisième position. Le TDS Racing a réussi à s'intercaler entre ces deux voitures.

En LMGTE Pro, tout comme pour le LMP1, Porsche a dominé la séance en s'emparant des deux premières places de la catégorie, la Ferrari d’AF Corse no 71 complétant le podium. La séance aura été difficile dans le camp d'Aston Martin Racing car les deux Vantage engagées occupent les deux dernières places au milieu des LMGTE Am.

En LMGTE Am, la Ferrari 488 no 54 de l'écurie suisse Spirit of Race s’est montrée très vite dans le rythme, en signant le meilleur temps de la catégorie et en s’immisçant entre plusieurs LMGTE Pro[5],[6].

Deuxième séance, le vendredi de 15 h 30 à 17 h 00

Temps réalisés par les trois premiers de chaque catégorie lors de la seconde séance d'essais libres (vainqueurs de catégorie en gras)[7]
Pos. Classe Équipe Temps Tours
1 LMP1 7 Toyota Gazoo Racing 1 min 39 s 202 (au 2e tour) 7
2 LMP1 1 Porsche LMP Team 1 min 40 s 523 (au 2e tour) 6
3 LMP1 8 Toyota Gazoo Racing 1 min 41 s 413 (au 5e tour) 6
5 LMP2 38 Jackie Chan DC Racing 1 min 47 s 437 (au 4e tour) 5
6 LMP2 31 Vaillante Rebellion 1 min 47 s 521 (au 3e tour) 8
7 LMP2 25 CEFC Manor TRS Racing 1 min 48 s 004 (au 7e tour) 8
13 LMGTE Pro 66 Ford Chip Ganassi Team UK 1 min 52 s 658 (au 6e tour) 16
14 LMGTE Pro 91 Porsche GT Team 1 min 52 s 710 (au 2e tour) 6
15 LMGTE Pro 92 Porsche GT Team 1 min 52 s 719 (au 3e tour) 7
16 LMGTE Am 61 Clearwater Racing 1 min 53 s 381 (au 2e tour) 7
17 LMGTE Am 54 Spirit of Race 1 min 53 s 407 (au 2e tour) 5
24 LMGTE Am 86 Gulf Racing 1 min 55 s 512 (au 2e tour) 4

Cette seconde séance d’essais libres aura connu une météo extrêmement difficiles pour cause de pluie. En effet, les officiels ont dû brandir le drapeau rouge à la suite de la sortie de piste de Vitaly Petrov, au volant de l’Oreca 07 no 25 de l'écurie CEFC Manor TRS Racing.

En LMP1, la Toyota TS050 Hybrid no 7 a pris les commandes aux mains de José María López. Porsche resta tout de même en embuscade grâce à la Porsche 919 Hybrid no 1. La Toyota TS050 Hybrid no 8 termine troisième.

En LMP2, l'écurie Jackie Chan DC Racing confirme ses performances de la première séance d'essai libre en plaçant la no 38 de l'équipage Ho-Pin Tung/Thomas Laurent/Oliver Jarvis en première position. La Vaillante Rebellion no 31 et la CEFC Manor TRS Racing no 25 complétèrent le podium.

En LMGTE Pro, l'équipage Stefan Mücke/Olivier Pla domine la séance et obtient le meilleur temps aux mains de la Ford GT no 66 devant les deux Porsche 911 RSR, pourtant très véloce sur ce circuit.

En LMGTE Am, les Ferrari no 61 et no 54 se sont montrées de nouveau les plus rapides, devançant de nouveau plusieurs autos de la catégorie Pro. La Porsche no 86 de Gulf Racing s'empare de la troisième place[8],[6].

Troisième séance, le samedi de 10 h 30 à 11 h 30

Temps réalisés par les trois premiers de chaque catégorie lors de la troisième séance d'essais libres (vainqueurs de catégorie en gras)[9]
Pos. Classe Équipe Temps Tours
1 LMP1 8 Toyota Gazoo Racing 1 min 35 s 414 (au 4e tour) 28
2 LMP1 2 Porsche LMP Team 1 min 36 s 264 (au 10e tour) 26
3 LMP1 1 Porsche LMP Team 1 min 36 s 387 (au 9e tour) 31
5 LMP2 37 Jackie Chan DC Racing 1 min 43 s 745 (au 28e tour) 28
6 LMP2 13 Vaillante Rebellion 1 min 43 s 747 (au 28e tour) 28
7 LMP2 31 Vaillante Rebellion 1 min 44 s 065 (au 25e tour) 27
14 LMGTE Pro 91 Porsche GT Team 1 min 47 s 724 (au 17e tour) 25
15 LMGTE Pro 92 Porsche GT Team 1 min 48 s 358 (au 17e tour) 26
17 LMGTE Pro 67 Ford Chip Ganassi Team UK 1 min 48 s 770 (au 5e tour) 27
20 LMGTE Am 77 Dempsey-Proton Racing 1 min 49 s 387 (au 9e tour) 26
23 LMGTE Am 61 Clearwater Racing 1 min 50 s 078 (au 21e tour) 27
24 LMGTE Am 54 Spirit of Race 1 min 50 s 995 (au 5e tour) 26

Qualifications

Temps réalisés lors de la séance de qualification (vainqueurs de catégorie en gras)[10]
Pos. Classe Équipe Pilote Temps Grille
1 LMP1 2 Porsche LMP Team Brendon Hartley 1 min 35 s 160 1
2 LMP1 1 Porsche LMP Team Nick Tandy 1 min 35 s 231 2
3 LMP1 8 Toyota Gazoo Racing Kazuki Nakajima 1 min 35 s 355 3
4 LMP1 7 Toyota Gazoo Racing Kamui Kobayashi 1 min 36 s 630 4
5 LMP2 13 Vaillante Rebellion Nelson Piquet, Jr. 1 min 44 s 196 5
6 LMP2 31 Vaillante Rebellion Bruno Senna 1 min 44 s 925 6
7 LMP2 38 Jackie Chan DC Racing Ho-Pin Tung 1 min 45 s 078 7
8 LMP2 36 Signatech Alpine Matmut André Negrão 1 min 45 s 927 8
9 LMP2 37 Jackie Chan DC Racing Alex Brundle 1 min 46 s 109 9
10 LMP2 26 G-Drive Racing Roman Rusinov 1 min 46 s 205 10
11 LMP2 25 CEFC Manor TRS Racing Vitaly Petrov 1 min 47 s 354 11
12 LMP2 24 CEFC Manor TRS Racing Matthew Rao 1 min 47 s 411 12
13 LMGTE Pro 91 Porsche GT Team Frédéric Makowiecki 1 min 47 s 577 13
14 LMP2 28 TDS Racing François Perrodo 1 min 47 s 989 14
15 LMGTE Pro 67 Ford Chip Ganassi Team UK Harry Tincknell 1 min 48 s 018 15
16 LMGTE Pro 66 Ford Chip Ganassi Team UK Stefan Mücke 1 min 48 s 139 16
17 LMGTE Pro 71 AF Corse Sam Bird 1 min 48 s 195 17
18 LMGTE Pro 92 Porsche GT Team Kévin Estre 1 min 48 s 265 18
19 LMGTE Pro 95 Aston Martin Racing Marco Sørensen 1 min 48 s 578 19
20 LMGTE Pro 51 AF Corse James Calado 1 min 48 s 702 20
21 LMGTE Pro 97 Aston Martin Racing Jonathan Adam 1 min 49 s 125 21
22 LMGTE Am 61 Clearwater Racing Matt Griffin 1 min 49 s 408 22
23 LMGTE Am 77 Dempsey-Proton Racing Matteo Cairoli 1 min 49 s 734 23
24 LMGTE Am 98 Aston Martin Racing Pedro Lamy 1 min 49 s 784 24
25 LMGTE Am 86 Gulf Racing Ben Barker 1 min 49 s 866 25
26 LMGTE Am 54 Spirit of Race Thomas Flohr 1 min 50 s 797 26

En raison de forts risques de pluie prévu un peu plus tard dans la journée, la direction de course a décidé d’avancer de 30 minutes le début des qualifications. Les conditions de piste n’étaient toutefois pas idéales. Ces conditions météorologiques difficiles ayant été constante depuis le début des essais, les pilotes s'y sont habituées. En plus de l'avancement de la séance de qualification, la pause entre la session LMGTE et LMP a été raccourcie au maximum.

En LMP1, nous avons pu assister à une lutte très serrée entre le Toyota Gazzo Racing et le Porsche LMP Team. Cette dernière remporte la lutte et place ses deux voitures sur la première ligne avec une différence de seulement 71 millièmes entre celles-ci. C'est l’équipage Brendon Hartley/Earl Bamber/Timo Bernhard, pour la deuxième fois de l’année, qui décrocha la pole. Il est également a noté un incident entre Sébastien Buemi et Brendon Hartley lors de ces qualifications car le premier estime que le second l'a bloqué et ainsi privé de pole position[11].

En LMP2, l'écurie suisse Vaillante Rebellion, comme pour le Porsche LMP Team en LMP1, n’a pas raté sa qualification japonaise en trustant la première ligne de la catégorie en plaçant l'équipage no 13 David Heinemeier Hansson/Neslon Piquet Jr/ Mathias Beche en pole position. La Vaillante Rebellion no 31 les suit et l'actuel leader du championnat, l’Oreca 07 no 38 du Jackie Chan DC Racing complète le podium.

En LMGTE Pro, les Porsche 911 RSR, particulièrement à leur avantage lors des essais libres, ont confirmé durant cette séance de qualification. L'équipage Richard Lietz/Frédéric Makowiecki établie la référence de la catégorie devant les deux Ford GT no 67 et no 66.

En LMGTE Am, La pole est revenue est l’équipage de la Ferrari 488 GTE no 61 du Clearwater Racing, une première pour cette écurie cette saison. Dans les dernières minutes, la Porsche 911 RSR no 77 du Dempsey-Proton Racing a pu améliorer son temps pour se placer sur la première ligne de la catégorie devant l'Aston Martin Vantage no 98[12],[13].

La course

Toyota TS050 Hybrid no 8

Comme pour l'édition 2013, les 6 Heures de Fuji ont été interrompues avant leur terme, la faute au brouillard. Les conditions météorologiques difficiles avaient d'ailleurs poussé la direction de course à donner Le départ sous Safety Car avant de laisser les différents acteurs se livrer bataille.

En LMP1, Earl Bamber a réussi un très bon envole au volant de la Porsche 919 Hybrid no 2. Pour la Porsche 919 Hybrid no 1, aux mains d'André Lotterer, le départ fut plus difficile car à la suite d'un duel viril avec la Toyota TS050 Hybrid no 8, aux mains de Sébastien Buemi, la Toyota TS050 Hybrid gagna la deuxième place. Ce duel aura également comme effet un arrêt au stand pour la Porsche 919 Hybrid no 1 afin de changer son capot. La Porsche Porsche 919 Hybrid no 2, des leaders du championnat, rencontra quant à elle des problèmes de manque de grip à l’arrière et ne pu suivre le rythme imposé par le Toyota Gazoo Racing. Au fil des heures, des arrêts aux stands et des neutralisations, les Toyota TS050 Hybrid se sont montrées très à l’aise dans ces conditions météorologiques délicates et s'imposèrent au pied du Mont Fuji avec un deuxième doublé de l’année. Grâce à cette victoire, l’équipage de la no 8, Sébastien Buemi/Kazuki Nakajima entretiennent le suspense pour le titre pilotes face au trio de la Porsche no 2. l'équipage Mike Conway/Kamui Kobayashi/José María López terminèrent quant à eux sur la deuxième marche du podium, devant les hommes de la Porsche 919 Hybrid no 1.

Vaillante Rebellion no 31

En LMP2, le départ a également été très délicat avec Nelson Piquet Jr, aux mains de l’Oreca 07 no 13 de l'écurie Vaillante Rebellion, il effectua un tête à queue au premier virage. Dans cette mésaventure, le brésilien a eu la chance de ne pas se faire percuter par un autre concurrent dans le feu de l’action. La course a pu suivre son cours avec son lot de manœuvres. L'une d'elles marqua particulièrement les esprits. En effet, l'accrochage entre Mathias Beche et Jean-Éric Vergne a eu comme conséquence la perte de contrôle de l'Oreca 07 no 13 de l'écurie Vaillante Rebellion et une sortie de piste qui se fini violemment contre le mur[14]. L’autre Oreca 07 de l'écurie suisse a connu une course parfaite pour rallier le damier en tête. Bruno Senna a pu ainsi fêter dignement son anniversaire. Avec cette deuxième victoire, l'équipage Nicolas Prost/ Julien Canal/Bruno Senna a marqué de gros points dans le championnat et revient à 5 points de l’équipage de la no 38.

Ford GT no 66

En LMGTE Pro, les Ferrari 488 GTE, qui n'avaient pas particulièrement brillées durant les qualifications, ont tirés leurs épingles du jeux dans les conditions de pistes difficiles. À la régulière, l'équipage Alessandro Pier Guidi/James Calado ont su se frayer un chemin vers la plus haute marche du podium mais ont tout de même dû lutter avec la concurrence, notamment les Porsche particulièrement a l'aise sur ce circuit. Nous avons également pu assister à un tournant dans cette même catégorie avec l’accrochage d’Andy Priaulx sur la Ford GT no 67 et de Kévin Estre sur la Porsche no 92; en dépit d'un tour de retard du à une pénalité pour ne pas avoir respecté le feu rouge à la sortie des stands, le pilote de la Ford no 67 s'accroche avec le pilote en tête de la catégorie dans le virage Dunlop, quelques secondes plus tard Andy Priaulx sort de la piste au bout de la ligne droite des stands et s'échoue dans les graviers du à une crevaison consécutive à l'accrochage. L'équipage de la no 67, qui se trouvait aux commandes du championnat, ont en effet perdu gros à ce moment-là. Ferrari n’est pas le seul constructeur à faire la bonne opération avec la première place, puisque Porsche passe du quatrième au deuxième rang du championnat du monde des constructeurs GT, à 47 longueurs de la firme italienne.

En LMGTE Am, comme aux 6 Heures du circuit des Amériques, les Ferrari 488 GTE ont animé la catégorie mais cette fois-ci, la domination est allée au bout. La victoire est revenue à Miguel Molina/Thomas Flohr/Francesco Castellacci pour le compte de la Ferrari no 54 de l'écurie Spirit of Race, devant la Ferrari no 61 de l'écurie Clearwater Racing[15],[16].

Résultats

Voici le classement officiel au terme de la course[17].

  • Les premiers de chaque catégorie du championnat du monde sont signalés par un fond jaune.
  • Pour la colonne Pneus, il faut passer le curseur au-dessus du modèle pour connaître le manufacturier de pneumatiques.
Pos Classe no  Équipe Pilotes Châssis Pneus Tours Temps
Moteur
1 LMP1 8 Toyota Gazoo Racing Anthony Davidson
Sébastien Buemi
Kazuki Nakajima
Toyota TS050 Hybrid M 113 4 h 24 min 50 s 950
Toyota 2.4 L Turbo V6
2 LMP1 7 Toyota Gazoo Racing Mike Conway
Kamui Kobayashi
José María López
Toyota TS050 Hybrid M 113 +1 s 498
Toyota 2.4 L Turbo V6
3 LMP1 1 Porsche LMP Team Neel Jani
Nick Tandy
André Lotterer
Porsche 919 Hybrid M 113 +2 s 272
Porsche 2.0 L Turbo V4
4 LMP1 2 Porsche LMP Team Timo Bernhard
Earl Bamber
Brendon Hartley
Porsche 919 Hybrid M 112 +1 tour
Porsche 2.0 L Turbo V4
5 LMP2 31 Vaillante Rebellion Julien Canal
Nicolas Prost
Bruno Senna
Oreca 07 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
6 LMP2 36 Signatech Alpine Matmut Nicolas Lapierre
Gustavo Menezes
André Negrão
Alpine A470 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
7 LMP2 38 Jackie Chan DC Racing Ho-Pin Tung
Oliver Jarvis
Thomas Laurent
Oreca 07 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
8 LMP2 28 TDS Racing François Perrodo
Matthieu Vaxiviere
Emmanuel Collard
Oreca 07 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
9 LMP2 24 CEFC Manor TRS Racing Matthew Rao
Ben Hanley
Jean-Éric Vergne
Oreca 07 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
10 LMP2 26 G-Drive Racing Roman Rusinov
Pierre Thiriet
James Rossiter
Oreca 07 D 110 +3 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
11 LMGTE
Pro
51 AF Corse James Calado
Alessandro Pier Guidi
Ferrari 488 GTE M 109 +4 tours
Ferrari F154CB 3.9 L Turbo V8
12 LMGTE
Pro
91 Porsche GT Team Richard Lietz
Frédéric Makowiecki
Porsche 911 RSR M 109 +4 tours
Porsche 4.0 L Flat-6
13 LMP2 25 CEFC Manor TRS Racing Roberto González
Simon Trummer
Vitaly Petrov
Oreca 07 D 109 +4 tours
Gibson GK428 4.2 L V8
14 LMGTE
Pro
92 Porsche GT Team Michael Christensen
Kévin Estre
Porsche 911 RSR M 109 +4 tours
Porsche 4.0 L Flat-6
15 LMGTE
Pro
66 Ford Chip Ganassi Team UK Stefan Mücke
Olivier Pla
Ford GT M 109 +4 tours
Ford EcoBoost 3.5 L Turbo V6
16 LMGTE
Pro
71 AF Corse Davide Rigon
Sam Bird
Ferrari 488 GTE M 109 +4 tours
Ferrari F154CB 3.9 L Turbo V8
17 LMGTE
Pro
97 Aston Martin Racing Darren Turner
Jonathan Adam
Aston Martin V8 Vantage GTE D 109 +4 tours
Aston Martin 4.5 L V8
18 LMGTE
Pro
95 Aston Martin Racing Nicki Thiim
Marco Sørensen
Aston Martin V8 Vantage GTE D 108 +5 tours
Aston Martin 4.5 L V8
19 LMGTE
Am
54 Spirit of Race Thomas Flohr
Francesco Castellacci
Miguel Molina
Ferrari 488 GTE M 107 +6 tours
Ferrari F154CB 3.9 L Turbo V8
20 LMGTE
Am
61 Clearwater Racing Weng Sun Mok
Keita Sawa
Matt Griffin
Ferrari 488 GTE M 107 +6 tours
Ferrari F154CB 3.9 L Turbo V8
21 LMGTE
Am
77 Dempsey-Proton Racing Christian Ried
Matteo Cairoli
Marvin Dienst (de)
Porsche 911 RSR (991) D 107 +6 tours
Porsche 4.0 L Flat-6
22 LMGTE
Am
86 Gulf Racing Mike Hedlund
Ben Barker
Nick Foster
Porsche 911 RSR (991) D 106 +7 tours
Porsche 4.0 L Flat-6
23 LMGTE
Am
98 Aston Martin Racing Paul Dalla Lana
Pedro Lamy
Mathias Lauda
Aston Martin V8 Vantage GTE D 105 +8 tours
Aston Martin 4.5 L V8
24 LMGTE
Pro
67 Ford Chip Ganassi Team UK Andy Priaulx
Harry Tincknell
Ford GT M 96 +17 tours
Ford EcoBoost 3.5 L Turbo V6
Abd LMP2 37 Jackie Chan DC Racing David Cheng
Alex Brundle
Tristan Gommendy
Oreca 07 D 52
Gibson GK428 4.2 L V8
Dsq LMP2 13 Vaillante Rebellion Mathias Beche
David Heinemeier Hansson
Nelson Piquet Jr
Oreca 07 D 85
Gibson GK428 4.2 L V8

Après-course

Catégorie LMP1

Sans réelle concurrence pour la super saison 2018/2019, le Toyota Gazoo Racing pourrait décider de tirer sa révérence en fin de saison même si la décision finale n’a pas encore été prise. Cette décision se prendra sur la base de la publication des futurs règlements[18].

Judd et AIM annoncent leur retour dans la catégorie LMP1 pour la Super Saison 2018/2019 avec la mise à disposition pour les écuries privées d'un V10 de 5,5 litres atmosphérique qui développera 700 chevaux[19],[20].

Catégorie LMP2

Catégorie GTE Pro

Il a été entendu dans le paddock que le pilote britannique Alex Lynn, roulant jusqu'à présent pour le G-Drive Racing, se rapprocherait d'Aston Martin Racing. En effet, la marque britannique le ferait rouler pour la prochaine saison sur sa nouvelle Vantage GTE. Si cela se confirme, Alex Lynn ferait ses débuts au volant d’une GTE en parallèle de son programme en Formule E[21].

Catégorie GTE Am

Il a été noté que le Dempsey-Proton Racing s'engage dans la lutte contre le cancer du sein. En effet, la livrée de la Porsche 911 RSR a reçu une touche de rose afin de soutenir la Pink Ribbon Foundation, fondation soutenu par Patrick Dempsey [22].

Classements généraux à l'issue de la course

Notes et références

  1. Laurent Mercier, « Fuji : Porsche LMP Team opte pour le kit ‘high downforce’ », sur endurance-info.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  2. « James Rossiter chez G-Drive à Fuji », sur autohebdo.fr, (consulté le 1er octobre 2017).
  3. Laurent Mercier, « Fuji : Un Circuit Safari organisé le samedi matin… », sur endurance-info.com, (consulté le 1er octobre 2017).
  4. (en) « 6 Hours of Fuji Free Practice 1 » [PDF], sur fiawec.alkamelsystems.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  5. Laurent Mercier, « Fuji, Libres 1 : Les Porsche donnent le ton », sur endurance-info.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  6. Samuel Gremaud, « 6H Fuji : Meilleur temps pour Porsche aux EL1, Toyota riposte aux EL2 », sur fanswec.org, (consulté le 15 octobre 2017).
  7. (en) « 6 Hours of Fuji Free Practice 2 » [PDF], sur fiawec.alkamelsystems.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  8. Laurent Mercier, « Fuji, Libres 2 : Toyota prend l’avantage sous la pluie », sur endurance-info.com, (consulté le 21 octobre 2017).
  9. (en) « 6 Hours of Juji Free Practice 3 » [PDF], sur fiawec.alkamelsystems.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  10. (en) « 6 Hours of Fuji Qualifying » [PDF], sur fiawec.alkamelsystems.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  11. Basile Davoine, « Buemi accuse Hartley de l'avoir bloqué et privé de pole », sur .motorsport.com, (consulté le 21 octobre 2017).
  12. Florian Defet, « 6H Fuji, Qualifs : Les Porsche 919 Hybrid raflent la première ligne sous la pluie », sur fanswec.org, (consulté le 21 octobre 2017).
  13. Laurent Mercier, « Fuji, Qualifs : Une nouvelle 1ère ligne 100 % Porsche », sur endurance-info.com, (consulté le 21 octobre 2017).
  14. Florian Defet, « 6H Fuji : Les suites du litige entre Mathias Beche et Jean-Eric Vergne », sur fanswec.org, (consulté le 21 octobre 2017).
  15. Florian Defet, « 6H Fuji : Le brouillard a raison de la course, doublé des Toyota TS050 Hybrid ! », sur fanswec.org, (consulté le 21 octobre 2017).
  16. Laurent Mercier, « Fuji : Doublé du Toyota Gazoo Racing dans le brouillard », sur endurance-info.com, (consulté le 21 octobre 2017).
  17. (en) FIA, « FIA WEC 6 Hours of Fuji Race Final Classification » [PDF], sur fiawec.alkamelsystems.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  18. Laurent Mercier, « Pascal Vasselon (Toyota Gazoo Racing) : « Nous devons savoir exactement ce qui va se passer » », sur fanswec.org, (consulté le 21 octobre 2017).
  19. Florian Defet, « Un nouveau moteur AIM-JUDD LMP1 pour les équipes privées en 2018 », sur fanswec.org, (consulté le 21 octobre 2017).
  20. Laurent Mercier, « Judd et AIM proposent un moteur LMP1 », sur endurance-info.com, (consulté le 21 octobre 2017).
  21. Laurent Mercier, « Alex Lynn proche d’Aston Martin Racing », sur endurance-info.com, (consulté le 15 octobre 2017).
  22. Laurent Mercier, « Fuji : La Porsche/Dempsey Proton Racing aux couleurs de la Pink Ribbon Foundation », sur endurance-info.com, (consulté le 15 octobre 2017).

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l'endurance automobile
  • Portail des années 2010
  • Portail de la préfecture de Shizuoka
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.