AMC 35

L'AMC 35 (de Automitrailleuse de combat Renault modèle 1935), aussi connu sous le nom de Renault ACG-1, était un char moyen français développé dans les années 1930, soit vers la fin de l'entre-deux-guerres. Il servit durant la Seconde Guerre mondiale.

AMC 35

Automitrailleuse de Combat Renault modèle 1935
Production
Concepteur Renault
Année de conception 1932
Caractéristiques générales
Équipage 3 personnes :
  • Pilote
  • Chef d'engin, chargeur
  • Pointeur, tireur
Longueur 4,572 m (caisse)
Largeur 2,235 m
Hauteur 2,336 m
Masse au combat 14.5 tonnes
Armement
Armement principal 1 canon de 47 mm SA35 L/32 ou FRC 47 mm
Armement secondaire 1 mitrailleuse de 7,5 mm Reibel ou 7,65 mm Hotchkiss
Mobilité
Moteur Renault 4 cylindres
Puissance 180 ch
Vitesse sur route
Puissance massique
Réservoir 300 ℓ
Autonomie 161 km
Ligne de production de chars AMC 35 en 1935 dans l’atelier de construction d'Issy-les-Moulineaux, alors encore propriété de Renault.

Il a été produit dans l'usine Renault d'Issy-les-Moulineaux et a été développé en raison du changement des spécifications qui avaient mené à la conception de l'AMC 34 (en), exigeant un véhicule non seulement bien armé mais également bien blindé.

Du fait de problèmes financiers et économiques, la production a été retardée et limitée. La Belgique fut la seule utilisatrice de ce char dans des unités actives avant la guerre. L'AMC 35 était l'un des seuls chars français de l'époque comportant une tourelle pour deux hommes[1].

Développement

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Renault a développé l'AMC 34 (en) selon les caractéristiques du plan de 1931. Le , ceux-ci ont été changés : on exige maintenant que le véhicule atteigne une vitesse maximale de 50 km/h et qu'il soit immunisé contre les armes à feu antichars. Le , un nouveau prototype a été fourni par Renault, qui a demandé que le véhicule soit accepté s'il répondait aux nouvelles caractéristiques. Après tout, l'AMC 34 avait été accepté pour la production alors qu'il ne présentait que de légers changements. L'institution faisant alors autorité en la matière, la Commission de Vincennes, s'est montrée méfiante cependant, du fait du changement de l'appellation d'usine, passant de Renault YR à Renault ACG. Quand la commission a inspecté le prototype le , les représentants du constructeur précisent que le prototype est d'une conception complètement nouvelle. En conséquence, un programme d'essais est lancé, et il s'achève le . À cette date, la commission a jugé que, en dépit de nombreux changements, le modèle était encore inadapté pour le service à cause de son manque de fiabilité mécanique. Toutefois, au printemps suivant, inquiétée par la remilitarisation de la Rhénanie, la commission passe une première commande de dix-sept véhicules. Plus tard, elle passe à 50 unités. Pour des raisons politiques, la commission n'a pas osé décommander, elle a accepté le modèle ; notant tout de même qu'il serait fortement recommandé d'examiner les modèles et de les tester avant de les recommander. Le premier véhicule de la cavalerie française a été reçu le .

Description

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'AMC 35 a des dimensions à peu près identiques à celles de l'AMC 34. Cependant, la coque est plus longue, atteignant 4 572 mm, ce qui lui permet d'accueillir un moteur V-4 de 11,08 litres développant 180 chevaux, version raccourcie du moteur V-6 équipant le char B1. L'AMC 35 a cinq roues de route. La suspension utilisée est faite de ressorts horizontaux cylindriques en caoutchouc. N'atteignant que 42 km/h, le véhicule était plus lent que la vitesse exigée par le cahier des charges de la Commission de Vincennes. Un réservoir de carburant de 300 L lui permettait de parcourir environ 160 km. Il pouvait franchir un gué n’excédant pas 60 cm, et sa capacité de franchissement est de m. Son blindage, en plaques de tôle rivetées et boulonnées, n'atteint que 25 mm, la protection offerte étant là encore en deçà de l'exigence au cahier des charges.

Le prototype avait une tourelle APX2 pour deux hommes, avec le commandant, chargeur du côté gauche, et l'artilleur du côté droit. La tourelle est composée de deux pièces de métal moulé, soudées et rivetées ensemble.

La tourelle hébergeait initialement un canon antichar SA de type « région fortifiée » de 25 mm jumelé à une mitrailleuse de 7,5 mm Reibel. Les canons antichars de 25 ayant tous été livrés dans les ouvrages de la ligne Maginot, c'est finalement le canon SA modèle 35 de 47 mm qui est mis en œuvre dans la tourelle[1]. Le char emporte 120 obus pour le canon et 5 250 coups pour la mitrailleuse. La variante belge emporte un canon FRC de 47 mm[2].

Production et exportation

L'armée belge passe commande pour vingt-cinq caisses d'AMC 34 à Renault le , à un prix unitaire de 360 000 francs français, et aussi pour des tourelles APX2 à livrer à Batignolles-Châtillon. Le montant total de la commande atteint 18,5 millions de francs belges. Les caisses livrées sont définies comme étant des coques « de deuxième série », c'est-à-dire des caisses d'AMC 35, par opposition à l'AMC 34. Leur livraison était censée débuter en [3]. Cependant, c'est lors de ce mois-ci que Renault a commencé la production de l'AMC 34 d'origine ; jusqu'à présent il ne pouvait pas fabriquer la version améliorée[réf. nécessaire]. En , la division militaire de Renault est nationalisée et restructurée, devenant la nouvelle usine AMX. Des problèmes technologiques, financiers et sociaux ont donné lieu à des retards de livraison lors de la même année. Comme les commandes militaires importantes étaient devenus rares, le projet est devenu secondaire. Une seule automitrailleuse est livrée le et est testé par les chasseurs ardennais[4].

Ce résultat embarrassait cependant le gouvernement français puisqu'il mettait Renault sous pression afin d'accepter un nouvel arrangement. Au milieu des années 1930, l'usine Renault disposait des matériels nécessaires pour construire 75 chars ; elle en construit d'abord 50[5]. Il a ensuite été accepté le d'achever les 25 véhicules possibles restants, dont 9 sont livrés à la Belgique (en plus de celui déjà livré). La Belgique devait également recevoir cinq jeux de pièces de rechange et huit lots de plaques de blindage. Le nouveau contrat est signé le et stipule que les chars seraient livrés avant le [6].

Historique opérationnel

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Belgique

Un des véhicules belges brûlant en mai 1940

Quand chacune des neuf coques est enfin arrivée en Belgique, on a bientôt découvert que l'usage de moteur, de transmission et de suspension était excessif. En les deux chars qui étaient en plus mauvaise condition ont été sélectionnés pour le transport à l'arsenal d'Etterbeek, afin d'être cannibalisés et garder les autres en fonction; l'un des deux a été employé pour la formation des conducteurs.

Les huit autres chars ont été concentrés dans l'Escadron d'Auto Blindés du Corps de Cavalerie qui a été créé le à Watermael-Boitsfort. Le terme de véhicule blindé lourd ou Zware Pantserwagen, a été employé pour éviter le terme politiquement sensible de char. L'unité s'est ensuite déplacée à Gand pour sa première formation, recevant plus de véhicules de Carels. Plus tard, elle s'est déplacée de nouveau à Bruxelles. L'escadron a eu trois pelotons : un peloton « personnel et services » et deux pelotons de quatre chars chacun. Le personnel était un mélange des soldats du 2e régiment de Lancers et le premier régiment de guide francophone, les deux unités partageant la même caserne (Caserne de Witte-De Haelen) à Etterbeek.

Quand la guerre a éclaté le , le char de formation des conducteurs a été uni aux sept autres pour rapporter à l'escadron à sa force de huit. Ceux-ci ont lutté contre les forces terrestres de l'Allemagne entre les et . Quatre ont été détruits par des armes à feu PAK de 37 mm en contre-attaquant, deux ont été décomposés et deux ont été rendus à l'armée allemande le quand l'armée belge a déposé ses armes.

Le musée de l'armée à Bruxelles montre une tourelle simple prise d'une des deux qui ont défendu l'entrée du port de Zeebrugge. La tourelle est propriété de la ville de Bruges qui l'a prêtée au musée d'armée de Bruxelles pendant 99 ans.

France

Au début les chars français n'ont équipé aucune unité ; aucun équipage n'a été formé pour utiliser ce type de char. Après la percée allemande à Sedan, il a été décidé d'envoyer au front toute la réserve de matériel de char. Plusieurs unités ont été formées à la hâte. Douze premiers AMC 35 ont été employés pour équiper le 11e Groupement de Cavalerie; alors cinq Corps-francs motorisés ont été formés, chacun a été équipé de sept chars, mais seulement cinq AMC 35 pourraient d'abord être préparés pour eux ; sept autres ont été livrés plus tard. Les équipages ont rapporté que le matériel était peu fiable, et qu'ils ont extrêmement souffert de leur courte portée en terrain accidenté. Le CFM a livré une bataille retardatrice entre les rivières de la Seine et de la Loire.

Dans la littérature anglophone AMC 35 est souvent dépeint comme une occasion manquée importante pour les Français qui auraient pu retourner la situation avec l'Allemagne. La tourelle pour deux hommes de l'AMC 35 est vue comme mieux adaptée aux exigences de la guerre moderne de manœuvre.

Ce type de char peut cependant également être interprété comme un exemple des contraintes de conception de la France.

Une épave d'AMC 35 a été récupérée et restaurée au musée des blindés de Saumur, où elle est exposée depuis 2006[7].

Allemagne

Des véhicules capturés par l'Allemagne pendant la chute de la France ont été employés par le Wehrmacht comme PzKpfw AMC 738 ou pour la formation des conducteurs.

Projets

Un prototype d'un véhicule avec une couche de fumée a été établi ; une caisse d'AMC 35 a été reconstruite et équipée de dix-neuf conteneurs, chacun avec 165 litres de fluide de fumée, qui pourraient être pulvérisés dans l'air par un compresseur.

Une caisse d'AMC 35 a été utilisée pour un chasseur de chars avec un canon de 75 millimètres, Renault ACG-2. L'AMC 35 original était, dans des sources françaises de l'époque, souvent appelée Renault ACG-1.

Notes et références

  1. Antoine MISNER, « 1935 AMC 35 ACG 1 », sur Chars Français (consulté le 21 mars 2017)
  2. Mazy 2008, p. 23.
  3. Mazy 2008, p. 19.
  4. Mazy 2008, p. 20.
  5. Mazy 2008, p. 21.
  6. Mazy 2008, p. 22.
  7. « Le forum des resistants :: AMC-35 », sur lesffi.vraiforum.com (consulté le 21 mars 2017)

Annexes

Bibliographie

  • Georges E. Mazy, « Les autos blindés lourds du corps de cavalerie belge 1940 », Histoire de Guerre, Blindés & Matériel, no 84, , p. 18–29

Lien externe

  • Portail des chars de combat
  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.