Aafje Heynis

Aafje Heynis, née à Krommenie, aux Pays-Bas, le et morte le à Huizen (Pays-Bas), est une contralto néerlandaise[1].

Aafje Heynis
Aafje Heynis vers 1960.

Naissance
Krommenie ( Pays-Bas)
Décès (à 91 ans)
Huizen ( Pays-Bas)
Activité principale artiste lyrique
contralto
Aafje Heynis en 2008.

L'anecdote de ses débuts est célèbre : en 1945, libérés de l'occupation allemande, les habitants du Zaan viennent la chercher - presque de force - pour l'amener à chanter avec eux : elle interprète alors de manière inoubliable Dank sei Dir de Haendel. Elle a par ailleurs été présentée comme la rivale de Kathleen Ferrier.

Biographie

C'est accompagnée de son père à l'harmonium, qu'Aafje Heynis commence le chant dans un chœur d'enfants. Sur l'avis de Jan Mienes, le chef de chœur de sa ville natale, elle auditionne pour suivre l'enseignement de Jo Immink à Amsterdam. De 1946 à 1949 elle suit les cours d'Aaltje Noordewier-Reddingius. Elle se perfectionne jusqu'en 1955 avec Laurens Bogtman et Roy Henderson. Elle gagne très vite une bonne réputation grâce à son interprétation de la Rhapsodie pour alto de Brahms avec l'Orchestre royal du Concertgebouw, sous la direction d'Eduard van Beinum. S'ensuivent de nombreux concerts dans des églises, des récitals de lieder et l'interprétation de la Passion selon saint Matthieu de Bach. C'est avec le label Philips qu'elle enregistre l'intégralité de ses œuvres, dont Brahms, Bach, Haendel et Mendelssohn. Avec l'Orchestre royal du Concertgebouw, sous la direction de Bernard Haitink elle crée un enregistrement de légende de la Symphonie nº 2 de Gustav Mahler.

Discographie

  • Bach, Haendel : Airs sacrés, avec Pierre Polla, Wolfgang Schneider, Nikolaus Hubner, Meindert Boekel ; Orchestre symphonique de Vienne, Orchestre de chambre d'Amsterdam, Prop Musica Choir, dir. Hans Gillesberger, Marinus Voorberg, Lex Karsemeijer.
  • Bach : Cantates BWV 170 & 169, Chants sacrés, avec Albert de Klerk, Simon Jansen ; Netherlands Chamber Orchestra, Netherlands Bach Society Choir, dir. Szymon Goldberg.
  • Brahms : Œuvres chorales & ouvertures, Vienna Singverein, Orchestre symphonique de Vienne, dir. Wolfgang Sawallisch.
  • Brahms : Rhapsodie pour alto, chœur d'hommes et orchestre op. 53 avec le Chœur Apollo, l'Orchestre royal du Concertgebouw, dir. Eduard Van Beinum (1958).
  • Brahms : Quatre chants sérieux (Vier ernste Gesänge) op. 121, piano : Johan van den Boogert (1958).
  • Mahler : Symphonie n° 2 "Résurrection", avec Elly Ameling, Orchestre royal du Concertgebouw, Netherlands Radio Chorus, dir. Bernard Haitink, 1968.
  • Bach • Händel • Brahms : un florilège d'œuvres de Johann Sebastian Bach, Georg Friedrich Haendel, Franz Schubert, Johannes Brahms, Cesar Franck, Antonín Dvořák et Charles Gounod enregistrées de 1955 à 1962 (1 CD 1989 Philips Legendary Classics)
  • Schubert : Rosamunde, Orchestre royal du Concertgebouw, dir. Bernard Haitink.
  • Les rarissimes de Aafje Heinis : Gluck, Haydn, Dvorak, Franck, Caplet, Brahms, Schubert, R. Strauss, Wolf, Mahler, Emi 2005 (2 CD)

Références

Liens externes

  • Portail de la musique classique
  • Portail des Pays-Bas
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.