Abbaye Notre-Dame des Gardes

L'abbaye Notre-Dame des Gardes se trouve dans le département de Maine-et-Loire, dans l'ancienne commune de Saint-Georges-des-Gardes (aujourd'hui intégrée à Chemillé-en-Anjou). La communauté de Notre Dame des Gardes appartient à l'Ordre cistercien.

Abbaye Notre-Dame des Gardes

L'abbatiale.
Présentation
Culte Catholique romain
Site web www.abbayedesgardes.fr
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Ville Saint-Georges-des-Gardes
Coordonnées 47° 09′ 13″ nord, 0° 44′ 13″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Géolocalisation sur la carte : France

Historique

Une chapelle se dresse sur le puy des Gardes au Moyen Âge. Au XVIIe siècle, des Augustins s'installent près d'elle et constituent une communauté. Ils sont chassés par la Révolution.

Les premières moniales arrivent en 1818, bien après la tourmente révolutionnaire. Elles s'installent alors dans les ruines d'un couvent de chanoines augustins près d'un ancien pèlerinage marial. En , Dom Augustin de Lestrange installe près de l’abbaye de La Trappe une partie des moniales qui l’avaient accompagnées à travers l’Europe, à Forges dans l'Orne. Le , Dom Augustin déplace dix religieuses de Forges à Saint-Georges-des-Gardes, non loin de l'abbaye Notre-Dame de Bellefontaine. En , les religieuses de la fondation de Bégrolles-en-Mauges (1817) viennent rejoindre également la Trappe des Gardes[1]. En 1821, Dom Augustin transfère toute cette communauté à Saint-Georges-des-Gardes afin de la soustraire à la juridiction de l’évêque de Sées qui s’opposait à l’usage des Règlements de La Valsainte pour les moniales.

Le , la duchesse de Berry visite le monastère. Le , la statue est inaugurée et le , Mgr Freppel obtient de Pie IX le bref accordant le couronnement de Notre-Dame des Gardes. Le , Mgr Rumeau bénit et pose la première pierre du sanctuaire actuel[1].

En 1904, a lieu l'inventaire et la saisie du monastère ainsi que ses biens. Du 22 au , le tribunal de Cholet procède à la vente des fermes et en 1911 à la vente aux enchères de l'abbaye, rachetée par un bienfaiteur. En 1924, les travaux sont poursuivis et la communauté de Notre-Dame de Bellefontaine reprend la gestion de l'abbaye[1].

Les trappistines sont gardiennes du sanctuaire de Notre-Dame des Gardes, lieu de pèlerinage très ancien et fréquenté[2]. La communauté comprend une trentaine de religieuses cisterciennes. En 2010, son abbesse est Mère Andrée Grollier.

Annexes

Notes et références

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du catholicisme
  • Portail du monachisme
  • Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.