Acanthaster

Acanthaster est un genre de la classe des étoiles de mer, l'unique de la famille des Acanthasteridae, de l'ordre des Valvatida, bien qu'elle ait longtemps été rangée dans l'ordre des spinulosida (qui n'ont pas de pédicellaires, contrairement aux acanthasteridae). Les espèces à inclure dans ce genre font l'objet d’un débat parmi les scientifiques.

Description et caractéristiques

L'espèce-type (et de loin la plus répandue) est Acanthaster planci (Linnaeus, 1758)[1].

Ce sont de grosses étoiles de mer (jusqu'à 80 cm de diamètre pour un poids de plusieurs kilos), avec un disque central large, rond et aplati, autour duquel rayonnent de nombreux bras (plus d'une dizaine), de section grossièrement triangulaire et plus ou moins longs et effilés suivant les espèces. La cuticule est entièrement couverte d'épines calcaires pointues et venimeuses. Les colorations sont extrêmement variables, y compris au sein d'une même espèce et même d'une population locale.

Les Acanthasters vivent à faible profondeur, principalement sur les récifs de corail (autant en lagon que sur les pentes externes des barrières), où elles se nourrissent des polypes et parfois d'autres animaux sessiles (éponges, mollusques...) et d'algues. On en trouve dans toute la ceinture tropicale de l'Indo-Pacifique de la Mer Rouge au Golfe de Californie, mais elles sont absentes de l'Atlantique[1].

Taxinomie

La famille des Acanthasteridae ne comporte que le genre Acanthaster. Elles font partie depuis 2011 de l'ordre des Valvatida, après avoir été longtemps rangées parmi les Spinulosida (ITIS (19 juil. 2011)[2] les range encore dans cet ordre). Les acanthasters se distinguent cependant de l'ordre des Spinulosida par la présence de pédicellaires, qui sont toujours absents chez les membres de cet ordre.

La famille génétiquement la plus proche serait celle des Oreasteridae (qui contient également de grosses étoiles tropicales, parfois corallivores), mais des affinités génétiques sont aussi notées avec la famille encore mal comprise des Asteropseidae, notamment le genre Petricia[3].

Le genre Acanthaster a été décrit par le zoologue français Paul Gervais en 1841, et la famille des Acanthasteridae par Walter Percy Sladen en 1889.

Liste d'espèces

Acanthaster brevispinus, une espèce apparemment rarissime et encore très énigmatique (ici aux Philippines).

Selon World Register of Marine Species (3 février 2018)[4] et NCBI (19 juil. 2011)[5] :

  • Acanthaster brevispinus Fisher, 1917[6]
    • Acanthaster brevispinus brevispinus Fisher, 1917 (océan Pacifique)
    • Acanthaster brevispinus seychellensis Jangoux & Aziz, 1984 (océan Indien)
  • Acanthaster planci (Linnaeus, 1758) (océan Indien)
  • Acanthaster solaris (Schreber, 1793) (océan Pacifique)

Selon ITIS (19 juil. 2011)[2] :

La séparation de ces espèces (notamment A. planci et A. ellisi) est remise en doute par certains génomiciens ; par ailleurs, il semblerait qu'Acanthaster planci soit en fait composé de 4 sous-espèces, distinctes géographiquement[7],[8]. Acanthaster ellisi n'en serait que la sous-espèce du Pacifique est.

Ainsi, selon P.J. Moran (1990)[9], le genre Acanthaster compterait deux espèces, A. planci et A. brevispinus, la première étant elle-même divisée en plusieurs sous-espèces, dont ellisi et les différentes variétés régionales de planci.

Haszprunar, Vogler et Wörheide (2017) proposent quant à eux de diviser A. planci en Acanthaster planci (Linnaeus, 1758) (nord de l'océan Indien, bleue et rouge), A. mauritiensis de Loriol, 1885 (sud de l'océan Indien), A. solaris (Schreber, 1795) (océan Pacifique, max. 23 bras) et une espèce encore non nommée endémique de Mer Rouge (max. 14 bras)[10].

À l'heure actuelle, les recherches ne suggèrent aucune différence comportementale entre ces différentes espèces[11].

Références taxinomiques

Famille Acanthasteridae

Genre Acanthaster

Notes et références

  1. World Register of Marine Species, consulté le 13 janvier 2014
  2. ITIS, consulté le 19 juil. 2011
  3. (en) Christopher Mah et David Foltz, « Molecular phylogeny of the Valvatacea (Asteroidea: Echinodermata) », Zoological Journal of the Linnean Society, no 161, , p. 769–788 (lire en ligne).
  4. World Register of Marine Species, consulté le 3 février 2018
  5. NCBI, consulté le 19 juil. 2011
  6. JS Lucas et Jones MM, « Hybrid crown-of-thorns starfish (Acanthaster planci X A. brevispinus) reared to maturity in the laboratory », Nature, vol. 263, , p. 409-412 & cover
  7. (en) John A.H. Benzie, « Major genetic differences between crown-of-thorns starfish (Acanthaster planci) populations in the Indian and Pacific Oceans », Evolution, no 53 (6), , p. 1782-1795.
  8. (en) C. Vogler, « A threat to coral reefs multiplied ? Four species of crown-of-thorns starfish », Biology Letters, (ISSN 1744-9561, lire en ligne).
  9. (en) P.J. Moran, « Acanthaster planci (L.) : biographical data », Coral Reefs, vol. 9, , p. 95-96 (ISSN 0722-4028, lire en ligne).
  10. (en) Gerhard Haszprunar, Catherine Vogler et Gert Wörheide, « Persistent Gaps of Knowledge for Naming and Distinguishing Multiple Species of Crown-of-Thorns-Seastar in the Acanthaster planci Species Complex », Diversity, (www.mdpi.com/1424-2818/9/2/22/pdf).
  11. (en) Deborah Burn, Samuel Matthews, Ciemon F. Caballes, Josie F. Chandler, Morgan S. Pratchett, « Biogeographical variation in diurnal behaviour of Acanthaster planci versus Acanthaster cf. solaris », PLoS One, (DOI 10.1371/journal.pone.0228796, lire en ligne).
  • Portail de la biologie marine
  • Portail des échinodermes
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.