Adagio en sol mineur

L'Adagio d'Albinoni ou Adagio en sol mineur ou Adagio pour orchestre à cordes et orgue en sol mineur est un célèbre adagio néo-baroque contemporain pour orgue, instruments à cordes, et basse continue, composé en 1945 par le musicologue compositeur italien Remo Giazotto (1910-1998)[1] (spécialiste de l'œuvre baroque du XVIIIe siècle de Tomaso Albinoni (1671-1751) pour lequel il réutilise, en particulier, deux idées thématiques et une ligne de basse empruntées à des fragments retrouvés d'une sonate en trio baroque de ce dernier. Baptisée du nom d'Albinoni, et publiée avec succès pour la première fois en 1958 par la maison d'édition italienne Casa Ricordi, cette composition est depuis une des œuvres les plus célèbres et populaires de la musique classique contemporaine.[2],[3].

Pour les articles homonymes, voir Adagio (homonymie) et Albinoni (homonymie).

Adagio d'Albinoni
Œuvres de Tomaso Albinoni
Adagio pour orchestre à cordes et orgue en sol mineur

Tomaso Albinoni (1671-1751)

Genre Adagio, musique classique, néo-baroque contemporain
Musique Remo Giazotto, Tomaso Albinoni (présumé)
Dates de composition 1945
Création 1958 par la maison d'édition italienne Casa Ricordi

Historique

C’est en 1958[4] que les éditions Ricordi de Milan publièrent la partition sous l’intitulé « Adagio in sol minore per archi e organo di R. Giazotto su due spunti tematici e su un basso numerato di T. Albinoni ». Dans la préface, il était indiqué que, pour composer son adagio, Giazotto s’était appuyé sur un fragment contenant la basse chiffrée et l’amorce de quelques mesures d’une ligne de violon, l’ensemble de ces éléments appartenant au mouvement lent d’une œuvre orchestrale d'Albinoni. D'après Giazotto, qui fut l’un des grands spécialistes d'Albinoni alors que celui-ci était totalement oublié[4], il pourrait s’agir d’un fragment d’une sonate d’église (sonata da chiesa) — une des deux formes standard des sonates en trio — appartenant à l’opus 4 d’Albinoni datant de 1708.

Les éléments auraient été trouvés dans les ruines de la bibliothèque de Dresde détruite en partie par les bombardements alliés de la Seconde Guerre mondiale de février-mars 1945, alors qu’il effectuait des recherches sur Albinoni afin de dresser le premier catalogue complet de ses œuvres, un feuillet qu'il aurait identifié comme un fragment d'une sonate d'église appartenant à l'opus 4 d'Albinoni, datant de 1708, Ce point qui n'a jamais été confirmé car il n'existe aucune trace officielle n'ayant été trouvée qui prouverait sa provenance de la collection de la bibliothèque de Dresde[4].

Giazotto construit l'équilibre de l'œuvre complète en simple mouvement basée sur ce thème fragmentaire. Il déposa ses droits d'auteur et publia en 1958.

La genèse de cet adagio reste donc mystérieuse. Si l'apport réel d'Albinoni dans cette composition ne laisse aucun doute, en revanche les éléments exacts provenant de ce dernier, utilisés dans l'écriture de cette œuvre, restent un sujet à discussion pour lequel plusieurs hypothèses s’affrontent sans apporter de preuves ou de conclusions définitives. Giazotto étant décédé en 1998, il est possible que la vérité ne soit jamais découverte sur ces éléments de composition dus à Albinoni à l'origine de ce pastiche universellement connu.

Contrairement à de nombreuses présentations fantaisistes de cette œuvre, il ne s’agit pas d’un adagio dont l'éditeur aurait essayé d’attribuer la paternité à T. Albinoni, pas plus qu’une œuvre d’Albinoni qui aurait été reconstruite ou arrangée par Giazotto. Il s’agit bien, comme l’indiquait dès le début l’éditeur Ricordi lors de la première publication de la partition en 1958, d’une œuvre originale, composée par Remo Giazotto lui-même, celui-ci ayant seulement utilisé pour sa composition des éléments thématiques et la basse chiffrée d’une œuvre perdue d’Albinoni. Une confusion entre le compositeur de cette œuvre – Remo Giazotto – et son inspirateur – Tomaso Albinoni – est encore largement entretenue aujourd’hui, notamment par les nombreux producteurs d’arrangements de cet adagio célébrissime, sans doute par intérêt commercial, le nom d’Albinoni étant bien plus vendeur et plus connu que celui de Giazotto.

La pièce est le plus souvent orchestrée pour ensemble à cordes et orgue ou orchestre à cordes seul, mais avec sa notoriété grandissante a été transcrite pour d'autres instruments. Le chef d'orchestre italien Ino Savini (1904-1995) a transcrit l'Adagio pour un grand orchestre et a dirigé lui-même la pièce à Ostrava en 1967 avec l'Orchestre philharmonique de Janáček. Cette oeuvre est à ce jour une des œuvres musicales les plus populaires et les plus enregistrées. Elle fait l’objet de nombreux arrangements, réorchestrations et interprétations dans tous les styles musicaux (symphonique, variété, flamenco, jazz, pop, rock, techno, etc.) et est utilisée plusieurs fois pour le cinéma et des séries télévisées[5].

Reprises et cinéma

Cet Adagio très populaire a été repris pour de nombreuses musiques de films, de séries télévisées, de publicités, et interprètes, dont :

Droits d'auteur

Remo Giazotto étant mort en 1998, l'Adagio d'Albinoni entrera dans le domaine public en 2068 pour les Etats membres de l'Union européenne et en 2048 pour les autres Etats.

L'œuvre n'étant pas dans le domaine public, son téléchargement est illégal et a été supprimé de l'International Music Score Library Project[6].

Notes et références

  1. Patrick Boucheron et Sylvain Venayre, L'Histoire au conditionnel : textes et documents à l'usage de l'étudiant, Éditions Mille et Une Nuits, , 128 p. (lire en ligne), p. 49.
  2. « Adagio d'Albinoni », sur www.revuepierre.fr
  3. [vidéo] Adagio en sol mineur - Orchestre philharmonique de Londres de David Parry sur YouTube
  4. Alain Duault, « Albinoni n'a pas composé l'adagio qui a fait sa gloire », sur Le Figaro.fr, (consulté le 18 juillet 2017).
  5. (en) « Adagio in G minor », BBC Music Magazine, .
  6. Page de l'IMSLP sur l'Adagio d'Albinoni.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la musique classique
  • Portail du baroque
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.