Adolphe de Nassau (1540-1568)

Adolphe de Nassau, né à Dillenburg le et mort à Heiligerlee le était le quatrième fils de Guillaume de Nassau-Dillenbourg et Juliana de Stolberg. C'était également le frère de Guillaume le Taciturne (Willem de Zwijger). Il étudia à Wittemberg. Adolphe combat en 1566 contre les invasions turques en Europe. En 1568, lorsque son frère Guillaume le Taciturne prend les armes contre Philippe II, il combat à ses côtés dans le Brabant. Adolphe combat ensuite à la Bataille de Heiligerlee. C'est une victoire militaire, mais il y trouve la mort.

Pour les articles homonymes, voir Adolphe de Nassau (homonymie).

Adolf van Nassau

Naissance 1540
Décès 23 mai 1568
Heiligerlee
Mort au combat
Allégeance Révoltés néerlandais
Conflits Guerre de Quatre-Vingts Ans
Famille Nassau-Dillembourg

Arbre généalogique

Arbre de la famille de Adolphe de Nassau-Dietz (1540-1568)
 Grands-parents

Johan V de Nassau-Dietz(1455-1516)

x 1482 Elisabeth de Hesse (1466-1523)

Botho de Stolberg

x Anna de Eppstein-Königstein

Parents

Guillaume de Nassau-Dietz (1487-1559) Guillaume le Riche

x Juliana de Stolberg (1506-1580)

Adolphe de Nassau-Dietz (1540-1568)

Enfants

-

Bataille de Heiligerlee

Adolf est mort dans la Bataille de Heiligerlee, remportée par son frère Louis. Après que les troupes néerlandaises ont pris au piège les troupes espagnoles, Adolphe lance la charge, et alors qu'il est au milieu des troupes espagnoles, Jean de Ligne le tue personnellement, ainsi que deux cavaliers qui s'étaient précipités pour l'aider. Jean de Ligne meurt peu après.

On ne sait pas ce qu'il est advenu du corps d'Adolphe de Nassau[1], il est possible qu'il ait été enterré en secret afin d'éviter que les Espagnols profanent sa sépulture.

Postérité

Monument de la Bataille de Heiligerlee.
L'église « Graad Adolf » de Heiligerlee.

Un monument en mémoire du comte Adolphe(graaf Adolf) a été élevé dans la ville d'Heiligerlee. C'était d'abord une colonne avec une urne, puis en 1826 un monument a été élevé, portant l'inscription « Den overwonnen held Graaf Adolf van Nassau hier ten plaatse voor ’s lands vrijheid gesneuveld den 23e Mei 1568 » (Au héros vaincu, le Comte Adolphe de Nassau, tué à cet endroit le pour la liberté du pays). Mal entretenu, celui-ci tombe en désuétude, et en 1868, pour le trois-centième anniversaire de la bataille d'Heiligerlee, un concours est organisé afin d'en élever un nouveau. Le peintre J.H. Egenberger et l'architecte P. Schenkenberg van Mierop remportent le concours, et avec l'aide du peintre belge Joseph Geefs est conçue la statue actuelle : Adolphe mourant est soutenu par la vierge néerlandaise.

Les princes Guillaume et Henri posent la première pierre le . Un différend apparaît : P. Schenkenberg van Mierop souhaite poser le monument sur une colline de pierre. Finalement, Geefs construit un socle de 8 pieds. L'inscription sur l'avant du socle est « 23 mei 1568 de eerste zege in de techtigjarige worsteling voor de vrijheid der nederlanden » ( la première victoire dans la lutte des Quatre-Vingts Ans pour la liberté des Pays-Bas) ; sur la droite du socle : « Graaf Adolf van Nassau bleef in den roemrijken slag » (le comte Adolphe de Nassau est resté dans la bataille glorieuse) ; sur la gauche : « Oranje met Nederland verbonden » (Orange et Pays-Bas liés) ; à l'arrière « 25 mei 1868. Door het nageslacht den vaderen gewijd » ( Consacré par la descendance des pères).

L'hymne national néerlandais, le Wilhelmus lui rend hommage dans le quatrième couplet : « Graef Adolff is ghebleven/In Vriesland in den slaech/Syn Siel int ewich Leven/Verwacht den Jongsten dach » (le comte Adolphe est tombé, en Frise au combat, son âme dans la vie éternelle attend le dernier jour).

Notes et références

  1. (nl) Arjan Brondijk, « Waar bleef graaf Adolf dan? », sur Het Streekblad, (consulté le 19 juin 2017)
  • Portail des Pays-Bas
  • Portail de l’histoire militaire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.