Adrien Thério

Adrien Thério (Saint-Modeste, - Montréal, ) est un écrivain québécois.

Pour les articles homonymes, voir Thério.
Adrien Thério
Naissance
Saint-Modeste, Bas-Saint-Laurent, Canada
Décès
Montréal, Canada
Nationalité Canadienne
Pays de résidence Canada
Diplôme
Doctorat en littérature française
Profession
Formation
Distinctions

Biographie

Romancier, conteur et dramaturge, Adrien Thério naît à Saint-Modeste, près de Rivière-du-Loup, le . Issu d'une famille nombreuse et doté d'une santé fragile, rien ne le destine en apparence au métier d'homme de lettres. Ce travailleur acharné produira cependant une œuvre abondante qui inclut plusieurs romans exprimant l'angoisse et la désillusion. Anticlérical et libre-penseur, il s'inspire des écrits de Louis-Antoine Dessaulles. Il est l'auteur de Mes beaux meurtres, paru en 1961 pendant la Révolution tranquille.

Il obtient son baccalauréat ès Arts à l’Université d’Ottawa en 1950, et termine sa maîtrise en 1951. C’est en 1953 qu’il devient le détenteur d’un doctorat en littérature française de l’Université Laval, sa thèse porte sur le journaliste Jules Fournier[1].

Récipiendaire d’une bourse d’étude Rockefeller, il part aux États-Unis étudier à l'Université Harvard de 1955 à 1956 avant de terminer sa maîtrise en science politique à l’université Notre-Dame en Indiana, où il enseigne de 1956 à 1959. Sa connaissance parfaite de l'anglais lui permettra ultérieurement de traduire en français Un Yankee au Canada (A Yankee in Canada) de Henry David Thoreau.

Il enseignera par la suite au University College de l’Université de Toronto (1959-1960) et au Royal Military College de Kingston en Ontario (1960-1969). À partir de 1969, il enseigne au département de lettres françaises de l’Université d’Ottawa.

Peu connu du grand public en tant qu'auteur, il apporte néanmoins une importante contribution à la diffusion et au rayonnement de la littérature québécoise. Il fonde en 1961 la revue Livres et Auteurs Québécois qu’il dirige jusqu’en 1973 avant de fonder Lettres québécoises ("LQ" depuis 2017) en 1976, dont la direction sera assurée jusqu'en 2016 par André Vanasse. Sa posture éditoriale lui permet d'être un allié discret mais sincère des luttes féministes de son époque[2] et de contribuer à la valorisation des contributions littéraires féminines magistrales de son époque (par exemple: Marie-Claire Blais, Anne Hébert).

Membre de la Société royale du Canada, il se méritera le Prix Arthur-Buies en 1991.

Il publie en 2000 une édition commentée du Discours sur la tolérance de Louis-Antoine Dessaulles, figure de proue de l'Institut canadien et "fervent défenseur des valeurs de liberté professées par les Lumières", suivi d'un discours d'un de ses farouches opposants, l'évêque Ignace Bourget[3].

Il s'éteint le à son appartement de Montréal, laissant inachevé son dernier projet, la publication de ses mémoires.

Le fonds d'archives d'Adrien Thério est conservé au centre d'archives de Gatineau de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Œuvre

Romans

  • 1952 : Les Brèves Années
  • 1960 : La Soif et le Mirage
  • 1965 : Le Mors aux flans
  • 1968 : Soliloque en hommage à une femme
  • 1973 : Les Fous d’amour
  • 1983 : Marie-Ève, Marie-Ève

Récits

  • 1962 : Le Journal d’un chien
  • 1962 : Le Printemps qui pleure
  • 1970 : Un païen chez les pingouins
  • 1974 : La Colère du père
  • (de) Der Hellseher, en: Erkundungen. 26 kanadische Erzähler. Trad. Adelheid Witt. Verlag Volk und Welt, Berlin 1986, pp 241 – 246 (=Le voyant, 1975)

Recueils de contes et nouvelles

  • 1958 : Contes des belles saisons
  • 1961 : Mes beaux meurtres
  • 1974 : Ceux du Chemin-Taché
  • 1975 : La Tête en fête, et autres histoires étranges

Essais et ouvrages documentaires

  • 1953 : Jules Fournier, homme de lettres
  • 1954 : Jules Fournier, journaliste de combat
  • 1957 : Jules Fournier
  • 1965 : Conteurs canadiens-français; époque contemporaine
  • 1969 : Livres et auteurs québécois
  • 1975 : Ignace Bourget, écrivain
  • 1988 : Conteurs québécois : 1900-1940
  • 2000 : Joseph Guibord : victime expiatoire de l’évêque Bourget : l’Institut canadien et l’affaire Guibord revisités

Traduction

  • 1962 : Traduction de A Yankee in Canada du philosophe américain Henry David Thoreau sous le titre Un Yankee au Canada ; réédition en 1992 sous le titre Un Yankee au Québec (Stanké)

Théâtre

  • 1964 : Les Renégats, pièce en trois actes et cinq tableaux
  • 1979 : Le Roi d’Aragon, drame en deux actes

Autres publications

  • 1961 : Flamberge au vent
  • 1975 : Des choses à dire : journal littéraire 1973-1974
  • 1978 : C’est ici que le monde a commencé, récit-reportage

Honneurs

Éponyme

  • Le prix Adrien-Thério - Lettres québécoises. Il est attribué en mémoire du fondateur de la revue, Adrien Thério. Doté d’un montant de 1000 C$, il est attribué chaque année à l’étudiant qui a écrit le meilleur mémoire ou la meilleure thèse en littérature québécoise, selon un jury composé de professeurs du Département d’études littéraires de l’UQAM[5].

Notes et références

  1. Michel Brunet, « THÉRIO, Adrien, Jules Fournier, journaliste de combat. Montréal : Editions Fides, 1954. 245 pages. $2.00. », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 9, no 1, , p. 136 (ISSN 0035-2357 et 1492-1383, DOI 10.7202/301702ar, lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  2. « Éditorial | Que sont les écrivaines devenues ? », sur Lettres québécoises (consulté le 8 mai 2019)
  3. Bordeleau, Francine. « Les intellectuels et le « Chef » / Louis-Antoine Dessaulles, Discours sur la tolérance suivi du Mémoire de l’évêque Bourget (présentation et notes par Adrien Thério), Montréal, XYZ éditeur, coll. « Documents », 2002, 104 p., 20 $. » Lettres québécoises, numéro 109, printemps 2003, p. 52–52.
  4. Fonds Adrien Thério (MSS395) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  5. e.g. Le prix 2010 a été remis à Véronique Lordpour son mémoire intitulé Une voix féminine contestataire des années 1930: Agentivité et écriture dans "Dans les ombres" d’Éva Senécal.

Liens externes

  • Portail du Québec
  • Portail du Canada
  • Portail de la littérature francophone
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.