Alain Montpetit

Alain Montpetit (né le , décédé le ) était un animateur de radio et de télévision également acteur québécois.

Pour les articles homonymes, voir Montpetit.
Alain Montpetit
Naissance
Westmount, Québec, Canada
Décès
Washington[1], États-Unis
Profession
animateur, acteur

Biographie

Alain Montpetit est natif de Westmount, il est le fils d'André Montpetit, avocat de base, il est notamment juge à la cour supérieure du Québec, commissaire pour la commission royale d'enquête sur les conditions de travail au ministère des Postes en 1966[2], mais également président du conseil d'administration de l'Institut de recherches cliniques de Montréal. Son grand-père est Édouard Montpetit, fondateur de la faculté de science sociale à l'Université de Montréal.

Au cours de ses études, Monpetit fréquente l'école nationale de théâtre du Canada et l'Université de Californie à Los Angeles. Au cours de son séjour aux États-Unis, il a travaillé à la station de radio KMET et une radio pirate proche de la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Carrière

De retour à Montréal au début des années 1970, il est engagé à CKGM pour animer une émission style top 40. Plus tard, il décroche un emplois d'animateur à CKMF-FM, alors que la station s'oriente vers la musique disco.

En plus d'animer à la radio, il sera à la barre d'une émission de danse disco diffusée à Télé-Métropole.

Montpetit a également été acteur à l'écran autant qu'au théâtre[3].

Meurtre de Marie-Josée Saint-Antoine & décès

En 1982, il est impliqué dans l'affaire du meurtre du mannequin Marie-Josée Saint-Antoine, poignardée dans sa demeure à New York. Dans son témoignage livré à la police, Montpetit donne un alibi, autre témoignage dont celui de l'actrice américaine Kim Delaney qui affirme avoir vu Saint-Antoine accompagnée par un homme. La police n'écarte pas que l'homme en question soit Alain Montpetit, mais ils n'ont jamais été en mesure de l'accuser[4].

La nouvelle fait écho jusqu'à Montréal où son ami et collègue à CKMF-FM Douglas Leopold l'accuse du meurtre en direct à la radio. Montpetit poursuit Leopold pour diffamation et l'affaire fût conclue de façon amicale.

En comme auparavant, Montpetit animait souvent sous influence de la drogue. Cette fois, le responsable de la station de radio lui conseilla d'aller chercher de l'aide tout en gardant son emploi. Il met fin à ses jours le par surdose de drogue dans sa chambre d'hôtel à Washington[1]. Il avait prévu d'aller en cure de désintoxication deux jours avant son décès.

15 ans après sa mort, les policiers et les enquêteurs considèrent Alain Montpetit comme le principal suspect dans l'assassinat de Marie-Josée Saint-Antoine.

Vie privée

Montpetit fut marié à Nanci Moretti et eurent deux enfants.

Il a eu de nombreauses relations extra-conjugales dont l'une d'entre elle avec Paule Charbonneau. La fin de leur relation a conduit au meurtre de Marie-Josée Saint-Antoine, amie de Charbonneau.

Filmographie[5]

Cinéma

Année Titre Rôle Réalisateur
1977 La Notte Dell'alta Marea Photographe Luigi Scattini
1979 Au revoir... à lundi Jack Davis Maurice Dugowson

Télévision

Année Titre Rôle Diffuseur
1978 Le Clan Beaulieu Bob Villeneuve Télé-Métropole

Hommage

Dans le film Funkytown de Daniel Roby, le personnage principal interprété par Patrick Huard est inspiré de la vie d'Alain Montpetit[1],[6].

Références

  1. Isabelle Hontebeyrie, « Sur le plateau de Funkytown avec Patrick Huard », Le Journal de Québec, (lire en ligne)
  2. Direction générale des services intégrés Services publics et Approvisionnement Canada, « Commission royale d'enquête sur les conditions de travail au ministère des Postes / André Montpetit, commissaire. : Z1-1965/2F-PDF - Publications du gouvernement du Canada - Canada.ca », sur publications.gc.ca, (consulté le 2 mai 2019)
  3. « Côtoyer une étoile filante », sur Le Nouvelliste, (consulté le 2 mai 2019)
  4. Michele McPhee, « Model Murder Mystery Solved: TV anchorman killed beauty », New York Daily News, (lire en ligne)
  5. « Alain Montpetit », sur IMDb (consulté le 2 mai 2019)
  6. (en) Patrick White, « Début du tournage du film « Funkytown », mettant en vedette Patrick Huard », (consulté le 11 août 2010)
  • Portail du Québec
  • Portail de la radio
  • Portail de la télévision
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.