Alberto Asor Rosa

Alberto Asor Rosa (né le à Rome) est un critique littéraire, écrivain, universitaire et penseur politique italien.

Biographie

De formation marxiste, proche de l'opéraïsme de Mario Tronti, il collabore aux revues Quaderni rossi, Classe operaia, Laboratorio politico et Mondo nuovo. Il a été directeur de la revue Contropiano et, à partir de 1990, de l'hebdomadaire du Parti communiste italien, Rinascita. Il a conçu et dirigé les volumes Letteratura italiana chez Einaudi.

En 1956, à la suite de l'insurrection de Budapest de 1956, il a été parmi les signataires du « manifeste des 101 » qui déplorait l'intervention soviétique.

En 1965, dans l'imposante étude Scrittori e popolo (Écrivains et peuple), il identifie et soumet à la critique le populisme présent dans la littérature italienne contemporaine, critiquant entre autres Cuore de Edmondo De Amicis, ou encore le roman de Pier Paolo Pasolini, I Ragazzi[1], qui traite de la prostitution masculine dans des tons néoréalistes et sans moralisme[2].

À partir de 1972, il a été professeur de Littérature italienne à l'Université La Sapienza de Rome.

Il abandonne l'enseignement en 2003, une fois atteint l'âge de la retraite. Il commence des récits, en publiant les romans L'alba di un mondo nuovo (Einaudi, 2002), Storie di animali e altri viventi (Einaudi, 2005) et Assunta e Alessandro (Einaudi, 2010).

En 2002, il est fait citoyen honoraire d'Artena, un bourg où il passait les étés dans son enfance.

En 2004, il recommence à animer la revue Bollettino di italianistica, semestriel de critique, d'histoire littéraire, de philologie et de linguistique, en en prenant la direction[3].

Il reprend l'enseignement en 2006 à l'Université La Sapienza de Rome.

En 2011, il défraie la chronique avec un article dans Il Manifesto, dans lequel il plaide pour un « état d'urgence » qui suspendrait les immunités parlementaires, redonnerait le pouvoir à la justice et résoudrait une fois pour toutes le problème des conflits d'intérêt[4].

Bibliographie

Critique littéraire

  • Scrittori e popolo, Samonà e Savelli, 1965
  • La cultura della Controriforma, Laterza, 1974
  • La cultura, in Storia d'Italia, vol. IV: Dall'Unità ad oggi, t. II, Einaudi, 1975
  • Genus Italicum, Einaudi, 1977
  • Sintesi di storia della letteratura italiana, La Nuova Italia, 1979
  • Intellettuali, in Enciclopedia Einaudi, vol. VII, Einaudi, 1979
  • Letteratura Italiana Einaudi (a cura di), Einaudi, 1982-2000
  • Ungaretti e la cultura romana écrit avec L. De Nardis, L. Piccioni et Luigi Silori, Bulzoni, 1983
  • Un altro Novecento, La Nuova Italia, 1999
  • Letteratura italiana del Novecento. Bilancio di un secolo, Einaudi, 2000
  • Stile Calvino: cinque studi, Einaudi, 2001
  • Storia europea della letteratura italiana, Einaudi, 2009

Essais politiques

  • Le due società, Einaudi, 1977
  • L'ultimo paradosso, Einaudi, 1985
  • Fuori dall'Occidente, Einaudi, 1992
  • La sinistra alla prova, Einaudi, 1996
  • L'alba di un mondo nuovo, Einaudi, 2002
  • Il grande silenzio. Intervista sugli intellettuali, a cura di Simonetta Fiori, Laterza, 2009

Récits

  • Storie di animali e altri viventi, Einaudi, 2005
  • Assunta e Alessandro. Storie di formiche, Einaudi, 2010

Notes et références

  1. (it) Alberto Asor Rosa, Scrittori e popolo, Roma, Savelli, pages 413-435
  2. (en) Pia Freidrich, Pier Paolo Pasolini, Twayne publishers, 1982, (ISBN 978-0805765007), page 14.
  3. (it) Bollettino di italianistica sur le site de l'éditeur romain Carocci.
  4. (it) Texte de l'article polémique

Annexes

Source

Liens externes


  • Portail de la littérature
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.