Alexandrine de Prusse (1842-1906)

La Princesse Frédérique Wilhelmine Louise Elisabeth Alexandrine de Prusse () est une membre de la Maison de Hohenzollern, fille du Prince Albert de Prusse et de son épouse, la Princesse Marianne d'Orange-Nassau[1].

Ne doit pas être confondu avec Alexandrine de Prusse.
Alexandrine de Prusse (1842–1906)
Titres de noblesse
Duchesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Alexandrine von Preußen
Nom de naissance
Friederike Wilhelmina Luise Elisabeth Alexandrine von Preußen
Activité
Aristocrate
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Guillaume de Mecklembourg (en)
Enfant
Charlotte de Mecklembourg-Schwerin (d)
Autres informations
Religion

Famille et enfance

Alexandrine avec sa sœur aînée, Charlotte, ca. 1853.

Alexandrine ('Addy') est la plus jeune enfant du Prince Albert de Prusse et de son épouse, la Princesse Marianne d'Orange-Nassau. Elle est nommée d'après sa tante (et, plus tard belle-mère) la Grande-Duchesse de Mecklembourg-Schwerin[2]. Elle a une sœur et un frère aîné, la Princesse Charlotte (plus tard, Princesse Héréditaire de Saxe-Meiningen), et le Prince Albert. Le mariage de ses parents est dissout le [3]. Son père se remarie en 1853, à l'une des demoiselles d'honneur de la cour, Rosalie von Rauch, qui devient Comtesse de Hohenau. Le couple a deux fils. Leur mère se remarie de façon morganatique à un ancien cocher.

En raison des difficultés dans le mariage de ses parents, Alexandrine est considérée comme la fille adoptive de son oncle et de sa tante sans enfants, le Roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse et la Reine Elisabeth Ludovika, et deviennent ses tuteurs[3]. Ils l'invitent à vivre avec eux, la considérant comme leur propre fille.

Mariage

Perspectives de mariage

Pendant son adolescence, Alexandrine est vue comme une épouse potentielle de Albert Edward, Prince de Galles (futur roi Édouard VII du royaume-Uni), mais n'est pas considéré comme assez « intelligente ou jolie » par la sœur de celui-ci, la Princesse héritière Victoria du Royaume-Uni[2],[4]. Le prince épouse Alexandra de Danemark à la place. En dépit de son commentaire, Victoria avait un penchant pour Alexandrine, et écrit à sa mère qu'elle est « une excellente fille, très admirée ici ». Il y a aussi des avantages financiers d'un mariage avec Alexandrine ; elle possède un million de dollars par l'entremise de sa mère, et encore plus lors de son mariage[2]. Par conséquent, Victoria essaie de nouveau  de la marier à un autre britannique, le Prince George, Duc de Cambridge sans succès.

Mariage

Le Duc Guillaume, le mari d'Alexandrine.

Le , Alexandrine épouse son cousin plus vieux qu'elle le Duc Guillaume de Mecklembourg-Schwerin (1827-1879). Il est un des plus jeunes fils de Paul-Frédéric, Grand-Duc de Mecklembourg et de la tante d'Alexandrine, la Princesse Alexandrine de Prusse. Bien que le mariage soit censé lui donner une sécurité financière pour l'avenir, ce n'est certainement pas une relation amoureuse; Alexandrine pleure pendant toute la cérémonie de mariage. Victoria décrit le mariage de sa mère :

« Le mariage a été célébré avec la plus grande pompe, mais il avait quelque chose de la solennité de funérailles – rien de gai, festif ou nuptial. La seule chose qui ait fait une agréable impression sur moi était cette chère Addy elle-même, qui même si elle a pleuré tout le temps, a eu une dignité et touchante apparence que je n'avait jamais vu dans son regard. Elle est allée au travers de tout cela avec la plus parfaite tenue – bien que je ne l'ai jamais vu sourire une seule fois. Elle n'a pas l'air d'une mariée, mais reste très élégante et distinguée... Le regard de son époux à semblé mauvais toute la durée de la cérémonie. J'ai cherché en vain une trace de douceur. »[2]

En outre, William avait la réputation d'être alcoolique et débauché, il est surprenant que la pieuse et récemment veuve reine Victoria ait accepté ce mariage. À deux reprises, William avait été privé de son commandement dans l'armée prussienne et avait demandé en mariage la célèbre ballerine Marie Taglioni;  par conséquent, il est généralement considéré comme le "mouton noir" de la famille[3]. Peu importe, la Reine a donné son autorisation, en dotant Alexandrine d'un trousseau de somptueux vêtements et bijoux[5]. Son autre oncle, l'Empereur Guillaume Ier lui donne un somptueux collier de diamants, tandis que sa mère, la Princesse Marianne lui donne un collier d'améthystes de Sibérie ainsi qu'un diadème d'émeraudes[5].

Mariage et vie de couple

Le frère aîné de William, Frédéric-François a déjà de nombreux enfants de ses deux mariages, il n'y a donc aucune chance que William et Alexandrine accèdent  au trône de Mecklembourg-Schwerin. Pendant leur mariage, le couple vit au château de Bellevue à Berlin ; Alexandrine peu vu le Mecklembourg, le pays de son mari[3]. Le mariage est malheureux, et elle essaie de s'échapper plusieurs fois, restant seulement sous la pression de sa tante Alexandrine[2]. William réussi avec difficulté à obtenir un peu d'importance dans le commandement de l'armée Prussienne pendant la Guerre franco-prussienne[3]. Il est grièvement blessé par une explosion au cours de la guerre, mais survit jusqu'en 1879. Le couple a une seule fille survivante :

  • Charlotte de Mecklembourg-Schwerin ( - ) ; épouse le Prince Heinrich XVIII Reuss de Köstritz.

Après la mort de son mari, Alexandrine consacre sa vie à sa fille, et joue un très petit rôle dans la vie publique[2]. Alexandrine meure le au château de Marley, près de Potsdam, Brandebourg, Allemagne[6]. Le Palace Bellevue est ensuite été occupé par le Prince Eitel Friedrich de Prusse et sa nouvelle épouse, la Duchesse Sophie-Charlotte de Oldenburg.

Ascendance

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Auguste-Guillaume de Prusse (= 26, 28)
 
 
 
 
 
 
 
8. Frédéric-Guillaume II de Prusse (= 14)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Louise-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel (= 27, 29)
 
 
 
 
 
 
 
4. Frédéric-Guillaume III de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Louis IX de Hesse-Darmstadt (= 30)
 
 
 
 
 
 
 
9. Frédérique-Louise de Hesse-Darmstadt (= 15)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Caroline de Palatinat-Deux-Ponts-Birkenfeld (= 31)
 
 
 
 
 
 
 
2. Albert de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Charles-Louis-Frédéric de Mecklembourg-Strelitz
 
 
 
 
 
 
 
10. Charles II de Mecklembourg-Strelitz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Élisabeth-Albertine de Saxe-Hildburghausen
 
 
 
 
 
 
 
5. Louise de Mecklembourg-Strelitz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Georges-Guillaume de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
11. Frédérique de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Maria Louise de Leiningen-Dagsbourg-Falkenbourg
 
 
 
 
 
 
 
1. Princess Alexandrine of Prussia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Guillaume IV d'Orange-Nassau
 
 
 
 
 
 
 
12. Guillaume V d'Orange-Nassau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Anne de Hanovre
 
 
 
 
 
 
 
6. Guillaume Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Auguste-Guillaume de Prusse (= 16, 28)
 
 
 
 
 
 
 
13. Wilhelmine de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Louise-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel (= 17, 29)
 
 
 
 
 
 
 
3. Marianne d'Orange-Nassau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Auguste-Guillaume de Prusse (= 16, 26)
 
 
 
 
 
 
 
14. Frédéric-Guillaume II de Prusse (= 8)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Louise-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel (= 17, 27)
 
 
 
 
 
 
 
7. Wilhelmine de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Louis IX de Hesse-Darmstadt (= 18)
 
 
 
 
 
 
 
15.Frédérique-Louise de Hesse-Darmstadt (= 9)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Caroline de Palatinat-Deux-Ponts-Birkenfeld (= 19)
 
 
 
 
 
 

Références

  1. Darryl Lundy, « The Peerage: Alexandrine Prinzessin von Preußen » (consulté le 18 août 2010)
  2. The Royal Forums, « Alexandrine » (consulté le 6 septembre 2010)
  3. "Romances of a Royal House", The Washington Post, 20 April 1906
  4. Christopher Hibbert, Edward VII: The Last Victorian King, New York, Palgrave Macmillan, , p. 41
  5. "A Princess's Trousseau", The Manchester Guardian, 20 December 1865
  6. "The Duchess of Mecklenburg", The Irish Times, 26 March 1906
  • Portail du XIXe siècle
  • Portail du XXe siècle
  • Portail de l'Empire allemand
  • Portail de la monarchie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.