Alfonso Alonso

Alfonso Alonso Aranegui, né le à Vitoria-Gasteiz, est un homme politique espagnol membre du Parti populaire (PP). Il est maire de Vitoria-Gasteiz entre 1999 et 2007, porte-parole du groupe PP au Congrès des députés entre 2011 et 2014, et ministre de la Santé entre le et le .

Alfonso Alonso

Alfonso Alonso en 2015.
Fonctions
Député au Parlement basque
En fonction depuis le
(3 ans, 5 mois et 7 jours)
Élection
Circonscription Alava
Législature XIe
Groupe politique Populaire
Ministre espagnol de la Santé, des Services sociaux et de l'Égalité

(1 an, 8 mois et 13 jours)
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Gouvernement Rajoy I
Prédécesseur Soraya Sáenz
de Santamaría
(intérim)
Ana Mato
Successeur Fátima Báñez (intérim)
Dolors Montserrat
Porte-parole du groupe populaire
au Congrès des députés

(2 ans, 11 mois et 27 jours)
Législature Xe
Prédécesseur Soraya Sáenz
de Santamaría
Successeur Rafael Hernando
Député aux Cortes Generales

(8 ans, 6 mois et 20 jours)
Élection
Réélection

Circonscription Alava
Législature IXe, Xe, XIe et XIIe
Groupe politique Populaire
Successeur Javier Maroto

(1 an, 9 mois et 7 jours)
Élection
Circonscription Alava
Législature VIIe
Groupe politique Populaire
Successeur María Teresa Sagarna
Alberdi
Maire de Vitoria-Gasteiz

(7 ans, 11 mois et 10 jours)
Élection 13 juin 1999
Réélection 25 mai 2003
Coalition PPPV
Prédécesseur José Ángel Cuerda
Successeur Patxi Lazcoz
Biographie
Nom de naissance Alfonso Alonso Aranegui
Date de naissance
Lieu de naissance Vitoria-Gasteiz (Espagne)
Parti politique PDP (1984-1989)
PP (depuis 1989)
Diplômé de Université du Pays basque
UNED
Profession Avocat

Ministres de la Santé espagnols
Maires de Vitoria-Gasteiz

Biographie

Un engagement politique précoce

Il s'engage à 17 ans dans les Jeunesses du Parti démocrate populaire (PDP). Après ses études secondaires, il s'inscrit à l'université du Pays basque où il étudie la philologie romane. Il suit parallèlement une licence de droit auprès de l'université nationale d'enseignement à distance (UNED).

Devenu avocat à l'issue de ses études, il intègre le Parti populaire (PP) lors de sa fondation en 1989. Il se présente en 1995 aux élections municipales dans sa ville natale, mais il doit attendre 1996 avant de pouvoir faire son entrée au conseil municipal.

Un jeune maire au Pays basque

Lors des élections municipales du , il mène la liste du Parti populaire du Pays basque (PPPV) à Vitoria-Gasteiz, qui remporte 34 847 suffrages, soit 30,8 % des suffrages exprimés et 9 sièges sur 27. Grâce à l'appui du Parti socialiste du Pays basque-Gauche basque-PSOE (PSE-EE-PSOE), Alfonso Alonso est investi maire à 32 ans, le suivant.

Il se présente ensuite aux élections législatives du 9 mars 2000 en tête de liste en Alava. Il prend ses fonctions trois semaines plus tard et siège à la commission du Règlement, à la commission bicamérale pour les Relations avec le Défenseur du peuple et à la commission bicamérale pour l'Étude du problème des drogues. Toutefois, souhaitant se concentrer sur la gestion municipale, il démissionne le .

Il est réélu à la suite des élections municipales du . Lors de ce scrutin, la liste du PPPV recueille 38 222 suffrages, ce qui correspond à 30,47 % des voix et 9 élus sur 27. Il est investi pour un second mandat avec l'appui des socialistes.

Il échoue cependant à se faire élire pour un troisième mandat. En perte de 6 100 voix à l'élection du , il se fait devancer par la liste du PSE-EE-PSOE que conduit Patxi Lazcoz. En vertu de l'accord liant les deux formations, le PPPV permet l'élection de ce dernier.

Une carrière au Congrès des députés

Il est de nouveau choisi pour mener la liste en Alava aux élections législatives du 12 mars 2008. Réélu au Congrès des députés, il est porte-parole suppléant du groupe parlementaire, membre de la commission de l'Éducation, de la commission du Logement et de la commission du Règlement. Il démissionne alors de son mandat de conseiller municipal.

À la suite des élections législatives anticipées du 20 novembre 2011, le président du PP Mariano Rajoy le choisit comme nouveau porte-parole du groupe parlementaire, les conservateurs étant revenus au pouvoir. Il prend officiellement son poste le suivant.

Ministre de la Santé

Le , Alfonso Alonso devient ministre de la Santé, des Services sociaux et de l'Égalité ; il prend ainsi la succession d'Ana Mato, démissionnaire depuis le à la suite de son implication dans un scandale de corruption.

Durant son passage au ministère, il a dû faire face à la réclamation de nouveaux traitements contre l'hépatite C et a réformé les droits primaires des étrangers en situation régulière en matière d'accès aux soins.

Candidat à la présidence du gouvernement du Pays basque

Le , Alfonso Alonso est désigné candidat à la présidence du gouvernement du Pays basque par la direction du Parti populaire pour les élections au Parlement basque du [1]. Il quitte son ministère le du fait de l'incompatibilité entre la fonction de ministre et celle de candidat à la présidence d'une communauté autonome. Il est remplacé par Fátima Báñez qui assure l'intérim jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement[2].

Le , il est évincé par Pablo Casado, président national du PP, comme candidat de la coalition PP+Cs aux élections basques du suivant après avoir refusé de contresigner un accord entre les deux partis qui a été négocié à Madrid en son absence[3],[4]. Il annonce le lendemain sa démission de la présidence du PP du Pays basque et quitter la politique[5].

Notes et références

  1. (es) Ediciones El País, « Alfonso Alonso será el candidato del PP a lehendakari », (consulté le 1er août 2016)
  2. « BOE.es - Documento BOE-A-2016-7911 », sur www.boe.es (consulté le 16 août 2016)
  3. (es) « Alfonso Alonso se niega a firmar el pacto PP-Cs por haber sido negociado en Madrid. », sur elespanol.com, (consulté le 21 février 2020).
  4. (es) « Alfonso Alonso no será el candidato del PP y Cs a las elecciones vascas. », sur elpais.com, (consulté le 23 février 2020).
  5. (es) « Alfonso Alonso dimite como líder del PP vasco y deja la política. », sur elpais.com, (consulté le 24 février 2020).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la politique en Espagne
  • Communauté autonome du Pays basque
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.