Allegro (Satie)

L'Allegro est une courte pièce pour piano composée par Erik Satie. Datée du , lorsque Satie avait 18 ans, c'est sa première composition connue. C'est la première fois avec cette pièce qu'il signe Erik au lieu de Éric[1],[2].

Pour les articles homonymes, voir Allegro.

Description

Lieu de naissance de Satie dans Honfleur, maintenant un musée

En 1884, Satie bataillait avec des études qu'il n'aimait pas (1879-1886) au Conservatoire de Paris qu'il a décrira plus tard comme un « pénitencier[3]. » De manière significative il composa l’Allegro - sa première tentative apparente de composition - non comme un exercice scolaire mais de sa propre volonté durant des vacances d'été en visite dans sa ville natale de Honfleur en Normandie. C'était la seule œuvre qu'il aura composé dans sa ville natale[4].

La légèreté et l'ironie sans optimisme des neufs mesures d'Allegro est inhabituel par rapport au futur postérieur de Satie[5]. C'est une carte postale musicale, citant la célèbre chanson Ma Normandie (1836) de Frédéric Bérat. Une bribe de la ritournelle, les paroles de j'irai revoir ma Normandie, est discrètement travaillée dans le milieu de la pièce. Le biographe Marie E. Davis voit dans ce premier exemple d'emprunt musical « surprenant aperçu du futur style de composition de Satie » et ajoute que « la référence musicale, assez claire pour être audible par toute personne familière avec la mélodie, crée une allusion à la fois à la chanson et au lieu, renforçant ainsi l'expérience au-delà du domaine purement sonore vers le domaine de la mémoire et de la nostalgie[2]. » Dans son livre Satie le Bohème (1999), Steven Moore Merlan affirme que cette petite œuvre de jeunesse « ne révèle une quelconque précocité... un cas isolé d'allusion au répertoire populaire et une absence totale de prise de conscience de la façon de procéder au-delà d'un début prometteur[6]. » Le Pianiste et musicologue Olof Höjer, d'autre part, trouvé cette œuvre plus techniquement intéressante, notant comment Satie a délibérément compressé une pièce déjà minuscule pièce grâce à l'utilisation d'un pont[7].

L'existence de l' Allegro a été inconnue pendant près d'un siècle avant que l'on découvre des documents de Satie à la Bibliothèque nationale de France. Des fac-similés du manuscrit ont été d'abord publiés par Alan M. Gillmor (1972)[8] et Nigel Wilkins (1980)[9]. Trois versions, éditées par Robert Orledge, ont été publiées par Salabert entre 1995 et 1998[10]. La première en concert de l’Allegro a été donnée par le pianiste Giancarlo Carlini au Teatro di Porta Romana à Milan, en Italie, le [11]. Il a été enregistré la première fois par Jean-Pierre Armengaud chez Le Chant Du Monde en 1986.

Notes et références

  1. Steven Moore Whiting, "Satie the Bohemian: From Cabaret to Concert Hall", Clarendon Press, 1999, p. 64, note 10.
  2. Mary E. Davis, "Erik Satie", Reaktion Books, 2007, p. 20.
  3. Pierre-Daniel Templier, "Erik Satie", MIT Press, 1969, p. 7-8.
  4. Robert Orledge, "Satie the Composer", Cambridge University Press, 1990, p. 11.
  5. Olof Höjer, notes to "Erik Satie: The Complete Piano Music, Vol. 1", p. 12, Swedish Society Discofil, 1996.
  6. Steven Moore Whiting, "Satie the Bohemian: From Cabaret to Concert Hall", Clarendon Press, 1999, p. 63-65.
  7. Höjer, notes to "Erik Satie: The Complete Piano Music, Vol. 1", p. 12.
  8. Alan M. Gillmor, "Erik Satie and the Concept of the Avant-Garde", Ph.D thesis for the University of Toronto, 1972.
  9. (en) Nigel Wilkins, ed., The Writings of Erik Satie, Londres, 1980.
  10. http://www.worldcat.org/title/allegro-pour-piano-1884-oeuvre-posthume/oclc/658865476/editions?referer=di&editionsView=true
  11. Orledge, "Satie the Composer", p. 268.

Liens externes

  • Portail de la musique classique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.