Alphonse Gosset

Alphonse Gosset est un architecte français, né à Reims le , décédé dans la même ville le .

Alphonse Gosset
Biographie
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Biographie

Né dans une famille d'architectes, il est formé par son père Pierre-Louis Gosset (1802-1875), qui fut aussi adjoint au maire de Reims, et Charles-Auguste Questel. Il intègre l'Ecole Nationale des Beaux-Arts à Paris de 1856-1861, où il obtient la Médaille de Construction et de Rendu.

En 1866, Il a trente ans quand il prend part au concours ouvert pour la construction du Grand Théâtre de Reims ; il avait vu les théâtres d'Italie, il connaissait les théâtres antiques, et il avait déjà beaucoup réfléchi. Son projet est préféré à ceux des concurrents français et étrangers. Il surmonte avec art des difficultés telles que celles qui résultaient de ce que la façade du théâtre devait être sur le même plan que les maisons voisines. Les lignes du monument sont simples et harmonieuses ; et, selon sa volonté, l'extérieur du théâtre exprime la destination intérieure en des volumes bien étudiés : la scène, la salle, le foyer apparaissent nettement sans que l'unité du monument soit brisée[1].

Avant la guerre de 1870, Gosset travaille à la construction d'usines textile et de chais pour les maisons de champagne, comme le grand cellier Carnot de la Maison Pommery dans les Hauts de Saint-Nicaise à Reims, qui fut sa première grande réalisation. Celui-ci est la réplique d'un château anglais de style Tudor, néo-élisabéthain, création résultant d'un voyage d'étude que Gosset effectua en Angleterre et en Écosse, à la demande de la veuve Pommery, propriétaire du domaine[2].

Après la guerre franco-prussienne, il travaille notamment pour des clients fortunés de Reims et la région champenoise, pour lesquels il construit de nombreux hôtels particuliers ou des châteaux :

Par la suite, outre le grand théâtre, il travailla à la réalisation d'autres bâtiments publics de Reims comme :

  • la Bourse de la Chambre de commerce (1877) ;
  • l’hôtel des postes et télégraphes ;
  • des cités ouvrières (1883) ;
  • le Cercle militaire (1892) ;
  • des crèches (1893) ;
  • l’Orphelinat Saint-Joseph (1884) ;
  • l’église Sainte-Clothilde (1899).

Il construit une église qui est une œuvre originale. Toute liberté lui avait été laissée pour réaliser un plan qu'il étudiait depuis longtemps ; se refusant à pasticher les monuments gothiques, il voulut une église à coupole et à autel central qui permettrait à tous les fidèles de prendre une part plus directe au sacrifice divin. Sur ce plan, il édifia l'église de Sainte-Clotilde, qui commémore le quatorzième centenaire du baptême de Clovis[1].

On lui doit également de nombreuses écoles et mairies en Champagne.

Alphonse Gosset fut aussi conseiller municipal de Reims de 1889 à 1896.

Marié à Augustine Francart, ils eurent une fille qui épousa l'architecte Max Sainsaulieu qui reprit le cabinet d'architecte de son beau-père et un fils son fils, qui lui-même architecte avec qui il collabora de 1906 à 1914.

Œuvres

Distinction

Chevalier de la Légion d'honneur [3]

Galerie

Références

Bibliographie

  • Alphonse Gosset, Traité de la construction des théâtres : historique de la construction des théâtres, principes généraux de la construction des théâtres modernes, Paris, Baudry, , 216 p. (lire en ligne).

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Reims
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.