Amapá

L'Amapá (prononcé en portugais : /ɐ.mɐˈpa/) est un État fédéré du Brésil, situé sur la côte atlantique, dans l'extrême nord du pays. Il est bordé au nord par la Guyane (France), à l'est par l'océan Atlantique et au sud et à l'ouest par l'État du Pará. Il est délimité au sud par le delta de l'Amazone.

Pour les articles homonymes, voir Amapá (homonymie).

Amapá

Héraldique

Drapeau

Carte de l'État d'Amapá (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Administration
Pays Brésil
Capitale Macapá
Plus grande ville Macapá
Région Nord
Gouverneur Waldez Góes (PDT)
IDH 0,753 — moyen (2000)
Fuseau horaire UTC-3
ISO 3166-2 BR-AP
Démographie
Population 845 731 hab. (2019[1])
Densité 5,9 hab./km2
Rang classé 26e
Géographie
Superficie 142 816 km2
Rang classé 18e

    Il a une superficie de 140 276 km2 et compte 845 731 habitants en 2019[1].

    La capitale est Macapá.

    Les villes les plus peuplées sont Macapá (507 444 habitants) et Santana (113 854 habitants).

    Préhistoire

    Une équipe d'archéologues brésiliens a découvert à Calçoene, dans le bassin amazonien, près de la Guyane française, un observatoire astronomique datant probablement de 2 000 ans (étude des céramiques trouvées sur les lieux).

    Selon l’archéologue Mariana Petry Cabral, de l’Institut de recherche scientifique et technologique d’Amapá (IEPA), seule une société organisée a pu être en mesure d’ériger un tel monument mégalithique.

    L’observatoire est constitué de 127 blocs de granite, mesurant chacun m de hauteur, disposés en cercles réguliers dans une clairière de la forêt amazonienne.

    Histoire

    Par le Traité de Tordesillas, le territoire de l'actuel Amapá appartenait aux Espagnols. Pendant l'union des couronnes espagnole et portugaise, la région est érigée en capitainerie de Costa de Cabo Norte (Côte du Cap Nord) sous la direction de Bento Maciel Parente (pt). Cette décision, avait en vue sa protection contre les Français, les Hollandais et les Britanniques qui s'installent peu à peu dans la région.

    Bien que, selon le traité de Tordesillas, la région soit espagnole, elle n'a jamais été revendiquée par l'Espagne. Les adversaires des Portugais étaient les Français installés à Cayenne. Le Traité d'Utrecht, en 1713, reconnut définitivement le Portugal comme maître de la région. Jusqu'au XIXe siècle, l'Amapá ne sert que de rempart militaire sans activité économique. Lors de l'indépendance en 1822, il fait partie du Pará.

    La dispute avec la France continua jusqu'en 1900, pendant la période du Contesté franco-brésilien, quand les droits du Brésil furent reconnus par un arbitrage suisse. La fièvre du caoutchouc au XIXe siècle bénéficie à l'Amapá. En 1943, il est séparé du Pará et érigé en territoire.

    Dans les années 1940, des gisements de manganèse sont découverts et exploités par une filiale de Bethlehem Steel Company. En 1970, un industriel américain[Qui ?] implante un méga-projet, le Projet Jari. Il s'agissait de fabrication de cellulose, d'exploitation de bois et de culture de riz. Ce projet n'aboutit pas.

    En 1988, Amapá devient un État à l'occasion de la nouvelle constitution brésilienne.

    L'Amapá a rendu en 1999 obligatoire l'enseignement du français dans les écoles publiques, à la suite d'une loi fédérale de 1998 obligeant les écoles publiques du pays à enseigner au moins une langue étrangère[2].

    Le choix de l'Amapá pour le français s'explique par une volonté de rapprochement avec la Guyane française, limitrophe, voire d'une volonté de désenclavement, vu l'isolement pour des raisons géographiques de cet État par rapport au reste du Brésil. Les Garimperos, les chercheurs d'or brésiliens, qui prospectent et recherchent de l'or en Guyane Française, de manière illégale, viennent à plus de 90 % de l'État brésilien de l'Amapá. Le plus souvent, ils possèdent des rudiments de français, vu que c'est la langue étrangère surtout enseignée dans les écoles de cet état, ce qui fait que les relations avec l'administration et la gendarmerie de Guyane française sont alors facilités.

    Drapeau

    Le drapeau date de 1984 (décret no 008 du [réf. souhaitée]). La couleur bleue au sommet symbolise le ciel au-dessus de l'Amapá, aussi bien que la justice ; le vert au centre les forêts pluviales locales ; le jaune au-dessous est un symbole d'union et de richesses naturelles. Le noir des bandes étroites rappelle ceux qui sont morts pour le bien de l'État, et le blanc la volonté de ce dernier de vivre en paix dans la stabilité. Le symbole gauche rappelle la forteresse de São José, d'où est née la capitale Macapá.

    Politique

    L'État d'Amapá est un État du nord du Brésil très influencé par les préoccupations environnementales, et il est plutôt enclin à voter pour des progressistes issus du Parti des travailleurs.

    Élections présidentielles

    Depuis que l'Amapá est devenu État, il a toujours voté pour le candidat arrivé en tête au niveau national. À sa première participation lors des élections présidentielles de 1989, le candidat Fernando Collor de Mello du PRN y est arrivé en tête de justesse. À l'élection de 1994, Fernando Henrique Cardoso du Parti de la social-démocratie brésilienne s'y est imposé au premier tour avec 54,28 % des voix, et à nouveau en 1998 au premier tour avec 53 % des voix. En 2003 Luiz Inácio Lula da Silva du PT a obtenu plus de 60 % des voix au deuxième tour, en 2006 il a gagné l'État avec 60,83 % des voix, et lors de l'élection présidentielle de 2010, Dilma Rousseff s'est imposée avec un score inégalé dans l'histoire de l'État de 62,66 % des voix, soit 198 644 suffrages sur 338 553 exprimés.

    Politique locale

    Liste des gouverneurs successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1990 1991 José Gilton Pinto Garcia PTB  
    1991 1994 Annibal Barcellos PFL  
    1995 2002 João Capiberibe PSB  
    2002 2002 Dalva Figueiredo PT  
    2003 2010 Waldez Góes PDT  
    2010 2011 Pedro Paulo Dias PP  
    2011 2014 Camilo Capiberibe PSB  
    2015 en cours Waldez Góes PDT  

    L'actuel gouverneur est Waldez Góes du PDT, élu en 2014. Il avait déjà été gouverneur de 2003 à 2010. L'assemblée législative de l'État est composée de 24 députés d'État.

    Représentation fédérale

    Le Brésil étant une fédération, chaque État plus le district fédéral envoie, quelle que soit sa population, trois sénateurs au Sénat Fédéral.

    L'Amapá est représenté par l'éminent José Sarney du PMDB, élu sans discontinuer depuis 1989. Ancien Président de la République, il est actuellement président du Sénat fédéral jusqu'à 2012[Quand ?]. Le deuxième sénateur est Randolfe Rodrigues, le plus jeune sénateur du pays, qui a 37 ans et a été élu en 2010. Il siège comme indépendant au Sénat. Le troisième sénateur est João Capiberibe, élu en 2010 et père de l'actuel gouverneur. Ancien gouverneur et ancien maire de la capitale, il est membre du PSB comme son fils.

    À la chambre des députés, l'Amapa possède huit députés, le minimum prévu par la constitution pour les États faiblement peuplés. Ces députés sont :

    • Dalva Figueiredo - PT
    • Janete Capiberibe - PSB
    • Evandro Milhomen - PCdoB
    • Fátima Pelaes - PMDB
    • Luiz Carlos - PSDB
    • Vinícius Gurgel - PRTB
    • Davi Alcolumbre - DEM
    • Sebastião Bala Rocha - PDT

    Population

    Les habitants sont appelés amapaenses en portugais. Ils étaient 831 027 en (src. IBGE). L'émigration est assez importante avec des Brésiliens pauvres venant d'autres États principalement du Nordeste et notamment de garimpeiros (chercheurs d'or illégaux).

    Population des communes (municipios) par ordre décroissant selon l'institut brésilien de géographie et statistique pour 2018 publié au journal officiel :

    • Macapá, 507 444
    • Santana, 113 854
    • Laranjal do Jari, 46 639
    • Oiapoque, 24 892
    • Porto Grande, 20 143
    • Mazagão, 19 981
    • Tartarugalzinho, 15 665
    • Vitória do Jari, 14 680
    • Pedra branca do Amapari, 14 560
    • Calçoene, 10 345
    • Amapá, 8 690
    • Ferreira Gomes, 7 087
    • Cutias, 5 523
    • Itaubal, 5 061
    • Serra do Navio, 5 025
    • Pracuúba, 4 655

    La capitale, Macapá, concentre plus de la moitié de la population de l'État (507 444 habitants et 621 298 avec la conurbation). L'institut brésilien de géographie et statistique estime que l'État dépassera le million d'habitants en 2025.

    Langue française

    Historiquement, une partie de l'État parle une sorte de créole français, le karipúna (appelé lanc'patua Louço-Francés par les locuteurs), qui fait de cette zone le seul espace francophone du Brésil. Cette langue est aujourd'hui peu parlée, les estimations les plus généralement admises parlant de 500 à 1 000 personnes[3] ; certaines montent cependant jusqu'à 20 000 personnes.

    Depuis 1999, l'État d'Amapá a rendu obligatoire l'enseignement du français dans les écoles publiques[4]. Le français a un certain succès, car la Guyane française est toute proche, et les pays anglophones sont très éloignés (le Guyana est le pays anglophone le plus proche). Les pays où l'on parle l'espagnol sont tous aussi hors d'atteintes, pour une population globalement assez pauvre, et modeste, ou les longs voyages sont coûteux. Les déplacements de la population, assez jeune, vers la Guyane française, sont très importants, où les emplois visés sont : garimperos (chercheurs d'or), dockers à Cayenne, travail dans le BTP (bâtiment), travaux agricoles, etc. L'Amapá est le seul État brésilien où la première langue étrangère apprise n'est pas l'espagnol, ni l'anglais, mais le français. Les institutions fédérales Brésiliennes encouragent cette ouverture vers la Francophonie, vue comme un « tremplin » et un « pont » en direction des pays francophones.

    Le Brésil souhaite maintenir l'usage du français dans cet État, car il ouvre des perspectives économiques et culturelles vers le marché et le monde francophones, alors que l'anglais et l'espagnol sont largement utilisés dans les autres États. Ainsi, cette démarche politique va en direction du monde francophone, qui n'est pas négligeable, surtout pour ce qui concerne des échanges avec la France, et un grand nombre d'États africains francophones. L'Amapá est donc vu comme une « fenêtre » expérimentale.

    Géographie

    Le relief est peu accidenté ; l'altitude est en général inférieure à 300 m. Les rivières les plus importantes sont l'Amazone, le Jari, l'Oyapock (ou Oiapoque), l'Araguari, le Calçoene et le Rio Maracá.

    Économie

    L'économie se base sur l'extraction de la noix du Brésil (castanha-do-Pará), du bois et l'exploitation du manganèse.

    Transport

    Un autobus à Macapá.

    L'Amapa est l'unique État fédéral à n'être relié par la route à aucun autre État. Il existe deux routes fédérales :

    • la BR-156, qui coupe l'État de nord en sud, commence au Pont sur l'Oyapock sur la frontière avec la Guyane et se termine sur les berges du fleuve Jari, à la limite avec l'État du Parà.
    • La BR-210, couramment appelée Perimetral Norte, devait relier Macapà à l'État du Roraima mais sa construction a été abandonnée. Aujourd'hui ce sont 250 km de boue. Les quelques kilomètres qui ont été asphaltés l'ont été par des sociétés étrangères afin d'acheminer les énormes quantités de manganèse produites dans la région.

    L'Amapà possède un port fluvial très compétitif qui reçoit des marchandises du monde entier et exporte ses produits. Il se situe à 30 km de Macapà, dans la commune de Santana. L’aéroport international de Macapá (en), situé presque en centre-ville, a déjà passé le quota espéré de passagers par an. Le gouvernement fédéral a ordonné la construction d'un nouvel aéroport, qui devrait sortir de terre fin 2007[réf. souhaitée].

    Municipalités

    L'État compte seize municipalités : Amapá, Calçoene, Cutias, Ferreira Gomes, Itaubal, Laranjal do Jari, Macapá, Mazagão, Oiapoque, Pedra Branca do Amapari, Porto Grande, Pracuúba, Santana, Serra do Navio, Tartarugalzinho et Vitória do Jari.

    Notes et références

    1. « Amapá », sur cidades.ibge.gov.br (consulté le 25 février 2020)
    2. « f3e.asso.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), sur f3e.asso.fr
    3. (en) John A. Holm,, Pidgins and Creoles Volume2, Reference Survey, Cambridge University Press, , 476 p. (ISBN 9780521359405, lire en ligne), p. 381, consulté le 28 décembre 2011.
    4. « Le français en Amapa », sur lefrancaisenpartage.over-blog.com.

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de l'Amapá
    • Portail du Brésil
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.