Ambon de Henri II

L'ambon de Henri II (en allemand Ambo Heinrichs II.), aussi connu sous le nom de chaire d'Henri (Heinrichskanzel)[1]:7,[1]:7 est un ambon sous forme de chaire que Henri II a fait fabriquer entre 1002 et 1014 pour la chapelle palatine du palais d'Aix-la-Chapelle, maintenant la Cathédrale d'Aix-la-Chapelle. C'est une des œuvres d'art les plus importante de l'époque ottonienne.

Ambon de Henri II dans la cathédrale d'Aix-la-Chapelle.

À l'origine, la chaire se trouvait probablement dans l'axe médian de l'octogone devant le maître-autel. Après l'achèvement de l'extension du chœur de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle en 1414, l'ambon est déplacé et monté au côté sud de la première travée. L'escalier en bois a été construit en 1782. Dans les années 1816-1817 et de 1924 à 1939, l'ambon a été largement restauré[1]:18-31.

Lors de fêtes importantes, la chaire d'Henri II continue à être utilisé en usage liturgique.

Description

Côté gauche de l'ambon.
Côté droit de l'ambon.

L'ambon a un plan en forme de trilobe. La partie centrale est divisée en neuf rectangles avec bordures en filigrane serties de pierres précieuses. Des matériaux coûteux décorent ces panneaux - trois sont originaux, deux sont postérieurs à la construction. Cinq de ces rectangles contiennent des coupes, les quatre autres des reliefs des quatre évangélistes. Les trois rectangles de la rangée centrale comportent des coupes, deux ovales et une ronde. La hauteur de l'ensembl est de 146 cm, les deux parties latérales ont une largeur de 22 et 21 cm, la partie centrale une largeur de 115 cm[2]. Les plaques en cuivre sont fixés sur un bâti en chêne.

Une des pièces originales est une ancienne coupe en agate, sur le panneau central, qui date probablement du troisième ou quatrième siècle[1]:47. On ne sait pas comment Henry II est entré en possession de cette coupe en agate, mais des sources indiquent que des délégations byzantines lui ont apporté des cadeaux[1]:48. Selon une étude, la coupe faisait partie de la dot de Théophano Skleraina, l'épouse d'Otton II. Il y a également une coupe en cristal de roche et un bol qui sont probablement des œuvres orientales de la fin du Xe ou XIe siècle. Des objets en cristal de roche ont été très populaires au nord des Alpes et ont été importés en grande quantité depuis la méditerranée orientale[1]:69. Un bol à nervures vertes (au centre) et un autre bol en agate entouré de pièces d'un jeu d'échec proéminantes (au milieu de la rangée du bas) sont des ajouts ultérieurs. 27 figurines de pièces d’échecs en agate et calcédoine sont posées sur les côtés des quatre plaques de cuivre centrales et fixés avec des crochets dorés. D'après Michael Altman[3], les pièces sont disposées symétriquement sur les côtés, à gauche à droite de la gemme centrale ; ce sont

  • roi, pion, valet (plaque supérieure)
  • pion, pion, cavalier (les deux plaques du milieu)
  • valet, pion , valet et roi (plaque inférieure).

Dans les quatre autres panneaux, on trouve des reliefs en cuivre repoussé représentant les quatre évangélistes écrivant les évangiles. Seul le panneau montrant Matthieu (apôtre) (en haut à gauche) est original ; les trois autres reliefs ont été moulés à partir de modèles en plâtre dans les années 1870. Le panneau central et les renflements des colonnes de chaque côté sont décorés de bandeaux de bronze ornés de motifs de feuillage.

Les parties latérales présentent une décoration inhabituelle : ce sont six tablettes convexes en ivoire de style d'Alexandrie ou d'Égypte byzantine du VIe siècle[4]. Les deux tablettes supérieures de chaque côté montrent des guerriers. Sur chacune d'elles, deux génies couronnent la figure centrale. Dans le panneau de droite, le guerrier en armure romaine se tient prêt pour la bataille ; dans le panneau de gauche, le guerrier est à cheval et enfonce une lance dans un animal qui semble un félin. Les deux tablettes de la rangée du milieu montrent à gauche des néréides chevauchant des animaux marins,et à droite une déesse couronnée ; la personne finement vêtue, tient un navire dans sa main droite et, dans sa main gauche, une corne d'abondance dont sort un petit temple contenant un enfant. Le dôme de ce temple est décoré d'anges jouant de la musique. Plusieurs interprétation ont été proposées ; la déesse pourrait être considérée comme une personnification de la ville d'Alexandrie ou de Tyché, fille de Zeus et déesse du destin, qui contrôlerait le vaisseau de la vie[4],[1]:158–159. Sa couronne et l'enfant permettent également une identification avec Isis, la déesse de l'amour et de la mer, qui est souvent représentée comme une déesse mère, tenant son fils dans ses mains[1]:155-158. Au pieds de la déesse des ménades dansent au son des aulos et un pan jouant de la flûte ; des deux côté, les panneaux du bas représentent Dionysos, le dieu grec du vin. Dans celui de droite, appuyé à une colonne, les jambes croisées, il saisit la feuille de vigne qui l'entoure et, en levant un pot sur la tête, verse en un large arc du vin dans la gorge d'un lion. Un petit ange et d'autres créatures fantastiques virevoltent dans la scène. Le dieu ivre se retrouve dans des circonstances très similaires sur l'autre des six tablettes, côté opposé.

L'utilisation de motifs et d'éléments anciens dans l'art est caractéristique de la renaissance ottonienne dont l'ambon, par son design unique, fait partie.

Inscriptions

Sur les bords supérieurs et inférieurs de l'ambon, allant de gauche à droite, se trouve une inscription de dédicace en vers qui identifie Henri II (appelé le « Pieux Roi Henri ») comme le donateur, dans un poème quatre vers léonins destinés à la Vierge Marie. Seuls des fragments du texte original subsistent, mais lors des restaurations en 1939, il a été possible de les restaurer à l'aide de sources écrites[5],[2]. Elle se lit comme suit :

[HOC] OPVS AMBONIS AVRO [GEMMISQVE MICANTIS
REX PI]VS HEINRICVS CELAE[STIS HONORIS ANHELVS
DAPSILIS EX PROPRIO TIBI DAT SANCTISSIMA VIRGO
QVO PRE]CE SVMMA TVA SIBI [MERCES FIAT VSIA]

Notes et références

  1. Schomburg 1998
  2. Giersiepen 1992, p. 17-18.
  3. Michael Altmann, « Der Ambo Heinrichs II – ein Höhepunkt mittelalterlicher Goldschmiedekunst und Ausdruck der kosmopolitischen Haltung ottonischer Herrschaft », Advanced seminar "Renaissancen", J.W.Goethe-Universität Frankfurt/Main., Institut für Kunstgeschichte, 2015 url = https://www.academia.edu/31707251/.
  4. Lepie Minkenberg1995, p. 38.
  5. Strecker et Fickermann 1937.

Bibliographie

  • Horst Appuhn, « Das Mittelstück vom Ambo König Heinrichs II. in Aachen », Aachener Kunstblätter, vol. 32, , p. 70–73.
  • Wolfgang Cortjaens, « Die Evangelistenreliefs vom Ambo Heinrichs II. ein „Modell-Fall“ des 19. Jahrhunderts », Aachener Kunstblätter, vol. 61, 1995/97 (1998), p. 429–447.
  • Erika Doberer, « Studien zu dem Ambo Kaiser Heinrichs II. im Dom zu Aachen », dans Karolingische und ottonische Kunst. Werden, Wesen, Wirkung, Wiesbaden, Steiner, , p. 308–359
  • (de) Helga Giersiepen, Die Inschriften des Aachener Doms, Wiesbaden, Reichert, coll. « Die Deutschen Inschriften » (no 31), (ISBN 3-88226-511-6, lire en ligne), Nr. 19.
  • (de) Ernst Günther Grimme, Der Aachener Domschatz, Düsseldorf, Schwann, coll. « Aachener Kunstblätter » (no 42), , 2e éd., p. 38–45, n° 27 et 28.
  • (de) Ernst Günther Grimme (texte) et Ann Münchow (photographies), Der Dom zu Aachen : Architektur und Ausstattung, Aix-la-Chapelle, Einhard, (ISBN 978-3-920284-87-3), p. 107–114 et 133.
  • (de) Ernst Günther Grimme, Der Dom zu Aachen, Aix-la-Chapelle, Einhard, (ISBN 978-3-930701-75-9), p. 56–58.
  • (de) Ernst Günther Grimme, Der goldene Dom der Ottonen, Aix-la-Chapelle, Einhard, (ISBN 3-930701-90-1), p. 69, 72–80.
  • (de) Herta Lepie et Georg Minkenberg, Die Schatzkammer des Aachener Domes, Aix-la-Chapelle, Brimberg, (ISBN 3-923773-16-1), p. 38-39.
  • (de) Herta Lepie et Ann Münchow, Elfenbeinkunst aus dem Aachener Domschatz, Petersberg, Imhof, (ISBN 3-86568-000-3), p. 26–58.
  • (de) Herta Lepie, « Der Domschatz zu Aachen », dans Clemens M. M. Bayer, Dominik Meiering, Martin Seidler et Martin Struck (éditeurs), Schatzkunst in Rheinischen Kirchen und Museen, Ratisbonne, Schnell & Steiner, (ISBN 978-3-7954-2445-9), p. 121–137.
  • (de) Walter Maas et Pit Siebigs, Der Aachener Dom, Ratisbonne, Schnell & Steiner, (ISBN 978-3-7954-2445-9), p. 109–116.
  • Silke Schomburg, Der Ambo Heinrichs II. im Aachener Dom, Aix-la-Chapelle, Technische Hochschule Aachen, .
  • Karl Strecker et Norbert Fickermann (coll.), « Die Ottonenzeit », dans Monumenta Germaniae Historica Poetae Latini, vol. 5, Leipzig, Hiersemann, (lire en ligne), chap. 2, p. 357.

Liens externes

  • Ambon de Henri II dans le Bildindex der Kunst und Architektur ; contient des photographies très précises en noir et blanc
  • Portail du christianisme
  • Portail des arts
  • Portail de l’Allemagne
  • Portail de l'or
  • Portail du christianisme
  • Portail de l’Allemagne
  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail des arts
  • Portail du Haut Moyen Âge
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.