Aphisit Wetchachiwa

Aphisit Wetchachiwa, né le à Newcastle-upon-Tyne (Royaume-Uni), est une personnalité politique thaïlandaise.

Aphisit Wetchachiwa
อภิสิทธิ์ เวชชาชีวะ

Abhisit Vejjajiva, en 2010.
Fonctions
Premier ministre de Thaïlande

(2 ans, 7 mois et 22 jours)
Monarque Rama IX
Prédécesseur Chaovarat Chanweerakul (intérim)
Somchai Wongsawat
Successeur Yingluck Shinawatra
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance  Newcastle-upon-Tyne
(Royaume-Uni)
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université d'Oxford
Université Ramkhamhaeng
Profession Économiste
Religion Bouddhisme


Premiers ministres de Thaïlande

Premier ministre

Chef du Parti démocrate depuis février 2005, il est élu, le , 27e Premier ministre de Thaïlande, après avoir remporté 235 voix lors d'un scrutin à la Chambre des représentants (chambre basse de l'Assemblée nationale thaïlandaise), face à Pracha Promnog, candidat présenté par l'opposition (jusque-là le PPP était au pouvoir. Ce parti a été dissous par la Cour constitutionnelle mise en place par la junte militaire), soutenu par 198 députés[1].

Un renversement d'alliance a été rendu possible par la Cour constitutionnelle qui a dissous le le Parti du Pouvoir du Peuple, alors que des manifestants antigouvernementaux royalistes (Chemises jaunes) occupaient depuis plus d'une semaine les aéroports de Bangkok et que l'armée soutenant Aphisit eut refusé d'intervenir.

Le Parti démocrate est arrivé loin derrière le PPP aux législatives de ayant mis fin à quinze mois de gouvernement direct des militaires auteurs coup d'État de .

Il succède à Somchai Wongsawat, issu du Parti du pouvoir du peuple, contraint à la démission le après un arrêt de la Cour constitutionnelle lui interdisant toute activité politique pendant une durée de cinq ans, et à Chaovarat Chanweerakul, vice-Premier ministre et ministre de la Santé publique, qui assurait l'intérim des fonctions de Premier ministre depuis le .

Corruption du Parti démocrate

La Commission électorale thaïlandaise a décidé le , de recommander la dissolution du parti démocrate au pouvoir en Thaïlande, pour avoir reçu une donation illégale de 258 millions de baht et pour une utilisation inappropriée d’un fonds de développement politique de 29 millions de baht. La Cour constitutionnelle a accepté d'examiner cette recommandation le .

La justice thaïlandaise a décidé de ne pas sanctionner le parti démocrate pour une raison technique : la commission électorale n'a pas soumis son dossier dans le délai de 15 jours requis par la législation.

« Samedi noir » (10 avril 2010)

Le , l'armée dégage les manifestants du Front national uni pour la démocratie et contre la dictature (UDD) qui bloquait depuis près d'un mois certains quartiers de Bangkok. Des échanges de tirs ont eu lieu de part et d'autre. Le bilan s'élève à 91 morts et plus de 1000 blessés. Le le Premier ministre Aphisit Wetchachiwa a exprimé ses regrets pour les victimes.

Élections législatives de 2019

Le , peu après les élections législatives thaïlandaises de 2019, Prayut Chan-o-cha est réélu Premier ministre par le Parlement, après avoir obtenu le ralliement du Parti démocrate, initialement membre de la coalition d'opposition. En réaction, Wetchachiwa a démissionné de son poste de député[2].

Notes et références

  1. Source : (en) « New Thai prime minister elected » (15 décembre 2008), sur le site bbcnews.co.uk.
  2. « En Thaïlande, le chef de la junte militaire conserve son poste de premier ministre », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2019)
  • Portail de la politique
  • Portail de la Thaïlande
  • Portail du XXIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.