At-Ta'i

Abû Bakr `Abd al-Karîm at-Tâ'i`bi-llah[1], surnommé At-Tâ'i`[2], est né en 932. Il a succédé comme calife abbasside de Bagdad à son père Al-Muti`, contraint d’abdiquer pour cause de paralysie, en 974. Il est amené à abdiquer en 991. Les vizirs bouyides mettent sur le trône son cousin Al-Qadir, fils d'Al-Muttaqi. At-Tâ'i` est mort dix ans plus tard en 1001.

Biographie

On ne sait pas grand-chose de la vie d’At-Ta’i`.

Les Byzantins en Syrie et au Nord de l’Irak

En 974, l’empereur Byzantin Jean Ier Tzimiskès a mené une campagne victorieuse en Anatolie, il s’est emparé à l'automne d'Amida[3] et le 12 octobre de Nisibe[4] évacuée par sa population. L'émir Hamdanide de Mossoul, Abû Taghlib a fait sa soumission. Il semble que Jean Ier a été tenté par une expédition sur Bagdad mais il y a renoncé.

Au printemps 975, l'empereur a entamé une campagne plus sérieuse en Syrie. Il est pari d'Antioche en avril, s'est emparé de Émèse[5] qui a payé tribut sans résistance, puis d’Apamée, et Baalbek laquelle a été durement châtiée pour avoir voulu résister. Il a contraint le gouverneur de Damas à lui payer un tribut. Ensuite, il s’est dirigé vers la Palestine. Il s’est rendu maître de Tibériade, de Beyrouth, de Nazareth, d’Acre, de Césarée et du mont Thabor. Jérusalem lui a semblé à portée de main cependant il y a renoncé. La domination musulmane sur la Syrie n’était plus qu’un souvenir.

La présence des garnisons Fatimides dans les villes littorales (Tripoli) obligeait l’empereur à maintenir de fortes troupes sur place et a en assurer le ravitaillement. La fidélité plus que fluctuante des émirs musulmans de Syrie dont beaucoup restent en place montrent les limites des résultats de cette expédition. La mort rapide de Jean Ier n’a pas permis la consolidation les résultats obtenus (976).

L’empire divisé

La Syrie est divisée entre les Fatimides, les Turcs, les Qarmates. Les Bouyides étaient eux-mêmes divisés et de faisaient la guerre. En 977, à la mort de Rukn ad-Dawla, il se constitue deux états Bouyides distinct : l'un centré sur Ray dirigé par Fakhr ad-Dawla l'autre centré sur Hamadān et le Fars dirigé par Mu'ayyad ad-Dawla.

Fin du règne

Après dix-sept ans de règne At-Ta’i` est démis de ses fonctions et emprisonné. Ses biens accaparés par les vizirs.

À sa place, on rappela de son exil Al-Qadir fils d'Al-Muttaqi et petit-fils d’Al-Muqtadir qui convoitait depuis longtemps la place de calife (991).

Notes

  1. arabe : abū bakr ʿabd al-karīm aṭ-ṭāʾiʿ bi-llāh,
    أبو بكر عبد الكريم الطائع بالله
  2. arabe : aṭ-ṭāʾiʿ, الطائع, celui qui obéit (à Dieu)
  3. Amida : actuellement Diyarbakir dans la province turque éponyme
  4. Nisibe : actuellement Nusaybin en Turquie dans la province de Mardin à la frontière avec la Syrie
  5. Émèse : actuellement Homs en Syrie (arabe : ḥimṣ, حمص)

Voir aussi

Articles connexes

Documentation externe

  • Portail de l’histoire
  • Portail du monde arabo-musulman
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.