Audi RS2

En 1993, la marque allemande Audi décide de créer l'Audi RS2, une version sportive de l'Audi S2. Il s'agit d'un break sportif conçu en collaboration avec Porsche. La RS2 fera date dans l'histoire de la marque et précédera les fameuses RS4 et RS6.

Audi RS2

Marque Audi
Années de production 1994 - 1996
Production 2 891 exemplaire(s)
Classe Sportive
Usine(s) d’assemblage Stuttgart, Allemagne
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence 5 cylindres, 20s
Puissance maximale 315 ch (232 kW)
Transmission Intégrale Quattro
Poids et performances
Poids à vide 1 650 kg
Vitesse maximale 262 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,4 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Avant (break)
Chronologie des modèles

Elle est dotée d'un moteur 5 cylindres 2,2L de 315 ch contre seulement 230 pour le modèle de base de la S2, ainsi que d'une transmission intégrale permanente avec différentiel de type Torsen. Malgré ses 1 650 kg, la RS2 peut effectuer le 0 à 100 km/h en seulement 5,4 s et sa vitesse maxi, bridée, atteint 260 km/h.

Historique

La M3 et la C36 AMG en ligne de mire

Désireuse de radicaliser son image de marque sportive face à ses compatriotes allemandes BMW et Mercedes, la marque d'Ingolstadt Audi rivalise d'idées pour sortir des modèles toujours plus affûtés. En ce début des années 1990, le modèle 80 S2 fait les beaux jours du haut de gamme de la marque, même si sa puissance de 231 ch reste inférieure à celle des BMW M3 e36 (286 ch) et Mercedes C36 AMG (280 ch), les références de la catégorie de l'époque. Plus tard, Mercedes sortira la C43 AMG en version Touring, en raison de succès de la RS2.

Conception

C'est alors que la marque décide de faire appel au « cousin » Porsche, alors en délicatesse financière, pour élaborer le modèle le plus exclusif de la gamme 80 B4. Pour cela la recette est a priori simple : prendre comme base la version S2 break et lui « greffer » le 5 cylindres en ligne turbocompressé préalablement modifié. La puissance est alors portée à 315 ch, le châssis est profondément remanié et divers éléments d'origine Porsche (jantes Cup, rétros « obus », boucliers façon 911 turbo) viennent compléter l'ensemble.

Pré-assemblé chez Audi, remonté chez Porsche à l'usine de Stuttgart, le nouveau modèle est présenté au salon de Francfort 1993. Sa carrière s'étale de 1994 à 1996 et 108 exemplaires, sur un total de 2 891 unités, trouvent un acquéreur en France.

Break, juste break

Audi RS2

De par sa conception (uniquement en break) et ses origines (collaboration de Porsche), elle constitue une alternative originale aux BMW M3 et autres Mercedes C36 AMG. Malgré son âge et les modèles plus aboutis qui lui ont succédé (RS4 et RS6), elle se revend plutôt bien en occasion, et reste l'un des modèles phares de la lignée RS.

Deux exemplaires de l'Audi RS2 ont été produits en version berline. L'un est conservé au musée de la marque en Allemagne (elle fut produite pour le PDG de l'époque, Ferdinand Piëch) ; l'autre exemplaire, vendu à un émir arabe, est conservé dans une collection privée au Moyen Orient. Cependant, beaucoup de fans de la marque créent leur propre "RS2 berline" à partir d'une Audi 80 et de pièces de la RS2 break...

L'intérieur respire la sportivité (sièges Recaro, compteurs et manos VDO, logos RS2, placages carbone...) et bénéficie des standards allemands en termes de finition. La RS2 est globalement fiable et ne semble pas souffrir de défauts majeurs (à quelques exceptions près), cependant la fiabilité dépend avant tout de la conduite et de l'entretien. Il conviendra donc de se pencher sur certains éléments sensibles tels que l'embrayage, qui souffre du couple et de la motricité de l'engin, le turbo (respect des temps de chauffe et de lubrification), le châssis, surtout sur les modèles en provenance d'Allemagne (où les produits de sablage sont très corrosifs), la consommation d'huile, plus élevée sur les moteurs turbo-compressés, et la distribution, dont le changement est préconisé par Audi tous les 100 000 km.

Annexes

Liens externes

Articles connexes

  • Portail de l’automobile
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.