BIPE

Le Bipe (Bureau d’informations et de prévisions économiques) est un cabinet de conseil en stratégie. Le nom complet est : Bdo Bipe Advisory.

BIPE

Création 1958
Dates clés 10 février 1989 : immatriculation RCS
Fondateurs François Bloch-Lainé
Personnages clés Claude Gruson, Henri Aujac, Jean Malsot, Bernard Vernier-Palliez, Didier Pineau-Valencienne, Pierre Blayau et Anne Duthilleul
Direction Pascal Le Merrer (depuis avril 2008)
Activité Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion
Produits Conseil en stratégie
Effectif 36 en 2017 (effectif moyen annuel)
SIREN 349 463 620

Chiffre d'affaires 5 558 800 € en 2017[1]
Résultat net 575 000 € en 2017

Histoire

Il a été créé en 1958 sous la forme d’une association, par l’État et de grandes entreprises françaises (EDF, Renault, Lafarge…). Son premier président fut François Bloch-Lainé[2] auquel succéda Claude Gruson de 1969 à 1989[3], date de la transformation du BIPE en société anonyme.

Parmi les fondateurs du BIPE figure également Henri Aujac, économiste nommé directeur général en 1959, à l’origine de la conception des « Tableaux des échanges interindustriels » (futurs Tableaux Entrées Sorties) de la Comptabilité Nationale française[4].

Le BIPE est actuellement[Quand ?] présidé depuis 2008 par Pascal Le Merrer. Depuis sa création, le BIPE a contribué à différents débats économiques et stratégiques en France[5].

Chronologie

Années 60

Le BIPE accompagne le lancement et la mise en œuvre de grands programmes industriels. L’État et les grandes entreprises ont la volonté de faire émerger de grands leaders dans les secteurs de l’énergie, de la construction aéronautique, de l’industrie automobile, de l’électronique. Les études et les prévisions du BIPE (à un an et à cinq ans) mettent l’accent sur l’offre et les marchés industriels avec la mise en évidence des interdépendances entre les secteurs de l’économie. Le BIPE pose le concept de filière industrielle[6],[7],[8].

Années 70

Le BIPE participe à la tertiarisation de l’économie en apportant une contribution au plan Calcul. Le choc pétrolier et le développement des énergies alternatives conduisent le BIPE à réaliser le premier tableau de bord de l’environnement à la demande du premier des ministres chargés de environnement.[réf. nécessaire]

Années 80

Le BIPE réalise à la demande de l’État des prévisions glissantes détaillées (PGD)[9] afin de permettre aux entreprises et à d’autres acteurs de mieux établir des prévisions à moyen terme. Les prévisions à 5 ans s’organisent autour de trois niveaux : une analyse macro économique d’ensemble, une analyse sectorielle au niveau 40, une analyse fine au niveau de 200 produits et ouvrages[10],[11]. Les PGD seront réalisées chaque année de 1980 à 1995 ; elles structurent l’activité d’études et de prévisions pendant la décennie[12].

Années 90

Dans les années 1990, Bernard Vernier-Palliez et Didier Pineau-Valencienne sont successivement présidents de BIPE Association, regroupant les clients privilégiés du BIPE.

L’aide au positionnement des entreprises devient largement majoritaire. Les missions se diversifient et couvrent un nombre de plus en plus importants d’entreprises et de secteurs[13]. Elles font appel aux modèles macroéconomiques et sectoriels développés par le BIPE[14],[15].

Années 2000 et XXIe siècle

Au cours des années 2000, Pierre Blayau et Anne Duthilleul sont successivement présidents de BIPE Association.

Un bureau est ouvert à Pékin en 2013.

Depuis 2015, le BIPE a développé l’offre BIPE Rating, outil numérique d'évaluation et d'analyse de la solidité financière des entreprises[16],[17].

En , BDO, le cinquième réseau mondial d’audit et de conseil, derrière Deloitte, PwC, EY et KPMG, acquiert 51 % de son capital[18].

Outils et méthodes

Le concept de filière est utilisé au BIPE à partir de 1960[19].

Dans un système productif où les services sont davantage présents, les études prospectives font appel aux méthodes de l’analyse sociétale. Ces méthodes ont été développées à partir de 1980 par Bernard Préel[20].

Dans les années 2000, André Babeau, conseiller scientifique au BIPE, a conduit des analyses du cycle de vie de l’épargne et des comportements financiers des ménages[21].

La démarche prospective est utilisée par le BIPE pour des missions avec l’horizon temporel de moyen et long terme le plus proche de l’horizon stratégique de l’acteur concerné[22]. Historiquement, la démarche prospective a été conduite pour des travaux commandés par l’État et les ministères, notamment dans le cadre des Plans (période 60 – 95). Aujourd’hui, ses méthodes, outils et modèles sont majoritairement mobilisés à la demande d’entreprises, de secteurs économiques en France et à l'international (à l'exemple de l'industrie automobile[23] ou dans l'aéronautique) et de territoires.

Récemment, le BIPE a appliqué une démarche innovante, de prospective et d'analyse stratégique de filière, dans le cadre du plan de lutte contre les dépérissements du vignoble[24].

Le BIPE a aussi développé une méthode d’évaluation d’Impact Économique et Social (IES), mise en œuvre pour de grandes infrastructures, territoires et filières[25],[26],[27],[28], ainsi qu’une méthode d’évaluation des services écosystémiques et environnementaux[29].

Le BIPE a mis en œuvre ses outils prospectifs, afin d’anticiper les besoins en emplois et en compétences de la banque de demain à horizon 2020-2025[30].

Par ailleurs, l’outil « Migrations résidentielles » permet de prévoir les dynamiques démographiques locales, sur la base des derniers recensements de l’INSEE[31].

Parmi les prévisions mondiales actuelles du BIPE, une étude pour la filière automobile anticipe la demande en énergie des véhicules routiers à l’horizon 2030[32]. Le BIPE propose également des analyses des comportements mondiaux de mobilité[33].

Contentieux

En 2014 puis en 2016, un conseil de prud'hommes a jugé que le BIPE avait procédé à des licenciements abusifs[34],[35].

Notes et références

  1. infogreffe
  2. L'État, l'économie et la société française XIXe et XXe siècle, André Gueslin,
  3. « L'Insee et la statistique publique - Insee », sur www.insee.fr
  4. Henri Aujac, « La hiérarchie des industries dans un tableau des échanges interindustriels », Revue Economique, vol. 11-2, , p. 169-238
  5. Les comptes de la puissance par François Fourquet éditions Recherches Encres 1980
  6. Filières et Effets de domination dans le système productif par Jean Malsot Annales des mines janvier 1980
  7. Une prévision technologique utile par Henri Aujac, Futuribles 1983
  8. https://www.erudit.org/revue/ae/1987/v63/n1/601403ar.pdf
  9. « Insee − Institut national de la statistique et des études économiques - Insee », sur www.insee.fr
  10. Les Prévisions glissantes détaillées par Jean Cheval, Analyse financière no 39, 1979
  11. La prévision des marchés nouveaux par Jean Philippe Dauvin, Analyse financière no 39, 1979
  12. L’Économie de la France à l’horizon 2000 par le BIPE, éditions Economica 1984
  13. Compétitivité et Stratégies françaises par Jean Malsot et Hervé Passeron, éditions Economica 1996
  14. Le Choc des générations par Bernard Préel, éditions La découverte 2000
  15. Les Générations mutantes par Bernard Préel, éditions La découverte 2005
  16. « Le BIPE va lancer un outil innovant d’évaluation financière », Option Finance,
  17. Frédérique Garrouste, « L’analyse financière franchit un saut qualitatif avec le big data », L'Agefi Hebdo,
  18. « A 60 ans, le BIPE renonce à son indépendance », Le Monde.fr, (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2018)
  19. http://blogs.upmf-grenoble.fr/vincentplauchu/files/2013/03/FILIERE-et-DEVELOPPEMENT-TERRITORIAL.pdf p. 4
  20. Bernard Préel, « Générations : la drôle de guerre », Informations sociales, no 134, , p. 6–15 (lire en ligne)
  21. André Babeau, « Le cycle de vie au travers des comptes nationaux », Revue économique, vol. 56/4,
  22. Prospective de la France en 2035, les trois scénarios du BIPE, Elizabeth Waelbroeck-Rocha et Pierre Grapin, Population et Avenir no 685, 2007
  23. http://www.observatoire-metallurgie.fr/sites/default/files/uimm_documents/Etude_automobile.pdf
  24. « Plan National Dépérissement du Vignoble »
  25. « Impact économique, social et environnemental de la filière chasse française, BIPE/FNC 2015 »
  26. « Poids économique du golf en 2007 »
  27. « Impact économique de la normalisation BIPE/AFNOR 2016 »
  28. « Impact économique et social des aéroports d’ Occitanie 2017 »
  29. « L’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques »,
  30. « La Banque à 2020-2025, Observatoire des Métiers de la Banque »,
  31. Pierre Grapin, « Les migrations internes en France : un marqueur essentiel de l'attractivité des territoires », Population & Avenir,
  32. « Demande en énergie des véhicules routiers Vision 2030 Monde - Atelier technique PFA »,
  33. « 75% des urbains dans le monde ont recours aux applications mobiles pour organiser leurs déplacements »,
  34. « Un salarié, cadre dirigeant d'une société de Conseil obtient 132.000 euros pour licenciement abusif aux prud'hommes », sur www.chhum-avocats.fr (consulté le 1er mai 2019)
  35. « Le licenciement d’un Senior Manager du BIPE, société de conseils, déclaré sans réelle et sérieuse (CPH Boulogne-Billancourt, encadr. 16 juin 2016) », sur www.chhum-avocats.fr (consulté le 1er mai 2019)

Lien externe

  • Portail des entreprises
  • Portail de l’économie
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.