Bacharach

Bacharach () est une petite ville de la moyenne vallée du Rhin dans l'arrondissement de Mayence-Bingen dans la Rhénanie-Palatinat (Allemagne).

Pour les articles homonymes, voir Bacharach (homonymie).

Bacharach
Bacarat

Bacharach avec Burg Stahleck

Héraldique
Administration
Pays Allemagne
Land  Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Mayence-Bingen
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Karl-Heinz Schleis
Code postal 55422
Démographie
Population 1 884 hab. (2013)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 03′ 40″ nord, 7° 46′ 10″ est
Altitude 70 m
Superficie 2 365 ha = 23,65 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Bacharach
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Bacharach
Liens
Site web www.bacharach.de

    Subdivisions

    Bacharach
    • Steeg
    • Henschhausen
    • Medenscheid
    • Neurath

    Histoire

    Bacharach est citée pour la première fois dans un texte daté de 923.

    De vieilles tours témoignent des fortifications du Moyen Âge.

    En 1794, les troupes révolutionnaires françaises occupent la rive gauche du Rhin et Bacharach devient française en 1802 dans le département Rhin-et-Moselle. Pendant la campagne d'Allemagne en 1813, le maréchal prussien Blücher se rend avec ses troupes vers la France, après avoir traversé le Rhin près de Kaub (la nuit du jour de l'an 1813/14). Il traverse Bacharach et la vallée de Steeg. Une stèle située en aval de Kaub rappelle cet événement.

    Victor Hugo s'est amusé à écrire un petit article sur Bacharach

    « "On dirait qu'un géant, marchand de bric a brac voulant tenir boutique sur le Rhin, a pris une montagne pour étagère, et y a déposé du haut en bas, avec son gout de géant, un tas de curiosités énormes : cela commence sous la surface du Rhin même. Il y a là à fleur d'eau un rocher volcanique selon les uns, un peulven celtique selon les autres, un autel romain selon les derniers. Puis, au bord du fleuve, deux ou trois vieilles coques de navires, coupées en deux et plantées debout en terre, qui servent de cahutes à des pêcheurs ; puis derrière ces cahutes, une enceinte jadis crénelée, contre-butée par quatre tours carrées les plus ébrêchées, les plus mitraillées, les plus croulantes qu'il y ait ; puis contre l'enceinte même, où les maisons sont percées de fenêtres et de galeries, et au-delà, sur le pied de la montagne, un indestructible pêle-mêle d'édifices amusants, masures-bijoux, tourelles fantastiques, façades bossues, pignons impossibles dont le double escalier porte un clocheton poussé comme une asperge sur chacun de ses degrés, lourdes poutres désignant sur des cabanes de délicates arabesques, greniers en volutes, balcons à jour, cheminées figurant des tiares et des couronnes philosophiquement pleines de fumée, girouettes extravagantes... " »

     revue magasin pittoresque 1855

    Avant même son arrivée à Paris, l'ambassadrice de l'Allemagne en France Susanne Wasum-Rainer fille de viticulteur, a commandé pour la cave de l'ambassade du vin blanc de Bacharach[1].

    Lieux et monuments

    Remarquables sont les ruines gothiques de la Wernerkapelle (chapelle Saint-Vernier), l'église des protestants, et au milieu du Rhin un ancien monument (ara Bacchi ou autel de Bacchus). Les ruines du Burg Stahleck. Les vins du crû des vallées Steeg, Manubach et Diebach sont excellents[2].

    Population

    AnnéeNombre d'habitants
    18151.794
    18352.342
    18712.511
    19052.859
    19392.746
    19503.091
    AnnéeNombre d'habitants
    19612 853
    19702 712
    19872 184
    19972 268
    20052 097
    20131 884
    Sankt Peter

    Personnalités

    Bacharach dans l'art

    • Heinrich Heine: Der Rabbi von Bacherach (sic) 1840[3].
    • Heinrich Heine: Poème „Ich weiß nicht, was soll es bedeuten...“[4]
    • Don Jaffé: Prologue au Rabbi de Bacherach d'après Heinrich Heine, pièce pour violoncelle et narrateur.
    • Clemens Brentano: Poème Loreley: „Zu Bacharach am Rheine …“
    • Gerd Hergen Lübben: „Der Textfund zu Bacherach [Vorsatz / »Vom Werner von Oberwesel und Pogrom in Bacherach am Rhein« / Nachklang]“. In: DIE BRÜCKE – Forum für antirassistische Politik und Kultur, cahier 140, 2/2006 (Saarbrücken), page 126-128
    • Guillaume Apollinaire: La Loreley In: Œuvres poétiques, Gallimard, Paris 1965, page 115 et suivantes[5] mis en musique par Dimitri Chostakovitch
    • Victor Hugo l'évoque dans ses lettres fictives de récit de voyage Le Rhin (1842).

    Notes et références

    1. Frédéric Lemaître, « Susanne Wasum-Rainer, de l'émotion dans le "franco-allemand" », sur Le Monde International, (consulté le 23 janvier 2013)
    2. Frères Avanzo, Guide des voyageurs sur le Rhin depuis Mayence jusqu'à Cologne: Nécessaire pour expliquer Le panorama du Rhin, p. 8
    3. Texte : hagalil.com
    4. Texte sur Wikisource
    5. page 48.

    Liens externes

    • Portail de la Rhénanie-Palatinat
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.