Bataille de Fachoda

La bataille de Fachoda est livrée le au Soudan, pendant la guerre des Mahdistes. Elle oppose une petite garnison française sous les ordres du capitaine Jean-Baptiste Marchand à quelques milliers de guerriers derviches, et prend fin par la défaite de ces derniers.

Bataille de Fachoda
Marchand à Fachoda
Informations générales
Date
Lieu Fachoda
Soudan
Issue Victoire française
Belligérants
 FranceMahdistes
Commandants
Capitaine Jean-Baptiste Marchand
Forces en présence
9 officiers et sous-officiers
120 tirailleurs sénégalais
Entre 2 000 et 3 000 hommes
Pertes
Environ 700 tués et blessés

Guerre des Mahdistes (1881-1899)

Batailles

Coordonnées 9° 49′ 55″ nord, 31° 58′ 43″ est
Géolocalisation sur la carte : Soudan

La bataille

Pour un article plus général, voir Crise de Fachoda.

Le , le capitaine Marchand qui commande une petite mission militaire française s'est installé dans le poste déserté de Fachoda sur le Nil, à 650 kilomètres au sud de Khartoum, la capitale du Soudan, alors aux mains des Mahdistes. Ceux-ci, informés de la présence française, décident d'y mettre fin et envoient une forte expédition de 2 000 ou 3 000 combattants qui embarquent à bord de deux vapeurs armés de canons, le Safieh et le Tewfikieh, et de sept chalands, pris en remorque par les vapeurs.

Le , les bâtiments soudanais arrivent en vue de Fachoda. Leur artillerie ouvre le feu mais elle est hors de portée. La garnison française composée de 9 officiers et sous-officiers (capitaine Albert Baratier, capitaine Charles Mangin, adjudant De Prat, sergent Bernard …) et de 120 tirailleurs sénégalais est solidement retranchée derrière les fortifications du poste qui ont été considérablement étayées. Lorsque les navires se présentent devant Fachoda, ils sont accueillis par des feux de salve précis et meurtriers (14 000 cartouches de carabines Lebel tuent 500 derviches [1]) qui empêchent le débarquement des Derviches. Le Safieh tombe en panne juste en face du poste et les chalands qu'il tracte demeurent immobiles à ses côtés offrant des cibles si parfaites que le capitaine Charles Mangin qualifie le tir des Français d'« exécution militaire »[2]. Le second vapeur vient au secours du premier et parvient à le dégager. Les navires battent en retraite et retournent vers Khartoum, poursuivis le long de la rive, sur quatre kilomètres, par Mangin et une section de tirailleurs afin de dissuader toute tentative de débarquement.

Notes et références

  1. Pierre Pellissier, Fachoda et la mission Marchand : 1896-1899, Paris, Perrin, , 380 p. (ISBN 978-2-262-03267-8 et 978-2-286-07368-8)
  2. « la mission Marchand », sur www.military-photos.com (consulté le 22 janvier 2020)
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail du monde colonial
  • Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail du Soudan du Sud
  • Portail des années 1890
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.