Bataille de San Matteo

La bataille de San Matteo eut lieu à la fin de l'été 1918 sur la pointe San Matteo (3 678 mètres) en Italie du nord durant la Première Guerre mondiale. Elle fut considérée comme la bataille à la plus haute altitude de l'histoire avant d'être surpassée en 1999 par le conflit de Kargil à 5 600 mètres.

Bataille de San Matteo
Monument italien en mémoire des victimes de la bataille, sur la route vers le col de Gavia
Informations générales
Date 13 août-3 septembre 1918
Lieu Pointe de San Matteo
Issue Victoire austro-hongroise
Belligérants
Royaume d'Italie Empire austro-hongrois
Commandants
Arnaldo Berni † Inconnu
Forces en présence
Une compagnie d'alpins (307e Compagnie, Battaillon d'Ortles)150 Kaiserschützen (en) (3e régiment impérial et royal de Kaiserjäger (en))
Pertes
10 tués17 tués

Batailles

Front italien


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Coordonnées 46° 22′ 44″ nord, 10° 34′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Lombardie
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Géolocalisation sur la carte : Italie

Contexte

Au début de l'année 1918, les troupes austro-hongroises installèrent une position fortifiée de pièce d'artillerie sur le sommet du pic de San Matteo, duquel ils étaient capables de tirer sur la route du col de Gavia et ainsi harceler les convois de renforts italiens vers la ligne de front.

Déroulement

Le 13 août 1918, un petit groupe d'alpins (307e compagnie, bataillon d'Ortles) conduisit une attaque surprise pour prendre la position fortifiée, la moitié des soldats austro-hongrois furent faits prisonniers et l'autre moitié s'enfuirent vers une position moins élevée.

La perte du pic de San Matteo fit perdre la face à l'empire d'Autriche, et des renforts furent immédiatement envoyés pour la région, tandis que les Italiens continuaient d'organiser leur défense au sommet de la pointe.

Le 3 septembre 1918, les Austro-hongrois commencèrent l'opération « Gemse », une attaque qui avait pour but de reprendre la montagne. Une grande série de bombardement d'artillerie, suivie par un assaut d'au moins 150 Kaiserschützen (it) (du 3e régiment impérial et royal Kaiserjäger (it) de Dimaro) amena à la reprise de la position. Les Italiens, qui avaient considéré la position comme perdue commencèrent un contre-bombardement « à l'aveugle » sur les positions fortifiées, causant de nombreuses victimes sans faire de différence entre Italiens et Austro-hongrois.

La base du pic est située à 2 800 mètres d'altitude et il faut escalader un glacier pendant quatre heures, pour atteindre le sommet.

Les Austro-hongrois perdirent dix-sept hommes dans la batailles et les Italiens dix. Ce fut la dernière victoire austro-hongroise de la Grande Guerre. L'armistice de Villa Giusti, conclu le 3 novembre 1918 à 15 heures à la villa Giusti, (près de Padoue), mit fin à la Guerre des Alpes dans ces montagnes le à la même heure.

À l'été 2004, les corps de trois Kaiserschützen furent trouvés dans la glace à 3 400 mètres, près du pic[1],[2].

Notes et références

  1. (en) « WWI bodies are found on glacier », BBC News, (lire en ligne)
  2. (it) Roberto Bianchin, « Il ghiacciaio dei soldati-mummia Corpi intatti dopo 86 anni », La Republica.it, (lire en ligne)

Source de la traduction

Liens externes

  • (it)"Un Capitano sepolto nel ghiaccio" une collection de lettres écrites par Arnaldo Berni (it), le capitaine italien qui a mené la conquête de la pointe San Matteo, qui fut blessé par le premier bombardement autrichien et finalement tué par un bombardement italien. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Pour aller plus loin

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Première Guerre mondiale
  • Portail de l’Autriche-Hongrie
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.