Bataille du cap Saint-Vincent (1833)

La bataille du cap Saint-Vincent est un combat naval livré le 5 juillet 1833 au large des côtes portugaises, pendant la guerre civile portugaise (1828-1834). Une escadre libérale, commandée par l'officier britannique Charles Napier, y défait la flotte de l'usurpateur Dom Miguel.

Pour les articles homonymes, voir Bataille du cap Saint-Vincent.
Bataille du cap Saint-Vincent
Bataille du cap Saint-Vincent (Léon Morel-Fatio).
Informations générales
Date 5 juillet 1833
Lieu Au large du cap Saint-Vincent, au Portugal
Issue Victoire des libéraux décisive
Belligérants
LibérauxAbsolutistes
Commandants
Charles NapierManuel António Marreiros
Forces en présence
3 frégates
une corvette
un brick
plusieurs navires auxiliaires
3 vaisseaux de lignes
une frégate
un xébéc
3 corvettes
2 brigs
Pertes
30 morts et 60 blessésentre 200 et 300 hommes blessés ou tués, 6 navires capturés

Guerre civile portugaise

Batailles

Prélude

Depuis déjà plusieurs années, la guerre civile portugaise a lieu. Après la fin du régime absolutiste en 1820, Michel Ier prend le pouvoir et remet en vigueur l'absolutisme. Les libéraux conduits par Pierre Ier se réfugient aux Açores. Ils ont le soutien des Anglais. Charles Napier reçoit des libéraux le commandement de leurs petites flottes comprenant des petits navires dont certains achetés à l'East Indiamen. C'est en février 1833 que Napier succède à George Rose Sartorius (en), autre officier britannique qui dirigeait la flotte libérale portugaise. Napier utilise alors le nom de Carlos Da Ponza pour échapper à l'amende que l'État britannique donnait à ceux qui servaient dans une armée étrangère. Le nom Carlos da Ponza (Charles Da Ponza) vient d'un des exploits de Charles Napier lors des guerres napoléoniennes lorsqu'en 1813, il captura l'île italienne de Ponza. Charles Napier prend le commandement de la flotte libérale alors que les libéraux sont assiégés à Porto. Le tempérament inflexible de l'amiral britannique permet de restaurer l'ordre dans une flotte proche de la mutinerie. Il installe son pavillon sur le navire Rainha de Portugal 46 commandé par le capitaine F.G. MacDonough avec comme chef d'état-major son propre beau-fils, Charles Napier-Elers. Le 20 juin, il appareille de Porto. Sa flotte transporte le duc de Terceira ainsi que la moitié de l'armée de l'Algarve avec pour but d'ouvrir un second front dans le sud du pays d'où les libéraux pourraient marcher sur Lisbonne. Après avoir réussi le débarquement, il croise sur le chemin du retour la flotte de Michel Ier largement supérieure en nombre au large du cap Saint-Vincent le 3 juillet 1833. Après deux jours de manœuvres par temps calme, Charles Napier passe à l'action.

La bataille

La flotte de Napier était constituée de six navires (trois frégates, une corvette, un brick et une goélette). Le tout transportant 176 canons. Il a aussi sous son commandement quelques navires à vapeur dont il espère se servir comme remorqueurs. Espoir déçu par la fuite des navires le 4 juillet. De son côté, la flotte absolutiste compte trois vaisseaux de ligne, une frégate, un xebec, trois corvettes et deux brigs. Ce qui fait un total de 372 canons. Le 5 juillet à 4h du matin, le vent se lève pour se calmer peu après. Napier attaque alors son adversaire tout en ayant à l'esprit l'impossibilité qu'il a de pouvoir soutenir une longue canonnade. Grâce à une habile navigation, il empêche son adversaire de se servir de ses canons et monte à l'abordage, la décision se fera au corps à corps. Durant ce combat, les libéraux capturent trois vaisseaux de ligne, une frégate et une corvette dont les équipages acceptent de combattre pour Marie II. Un autre navire se joindra ensuite aux libéraux. Vaincu, le reste de la flotte de Michel se replie sur Lisbonne. Les pertes des forces de Napier se sont élevées à seulement trente morts dont le commandant du Rainho de Portugal ainsi que deux autres capitaines. Les libéraux eurent aussi 60 blessés dont le beau-fils de Charles Napier. Les absolutistes eurent eux entre 200 et 300 pertes dont la mort du commandant, Manuel António Marreiros. Le 6 juillet, apprenant la victoire, Pierre nomme Napier vicomte du cap Saint-Vincent. Peu de temps après, la flotte libérale fut ravagée par le choléra qui faisait rage à l'époque sur le territoire portugais. Il réussit à mettre le reste en sécurité à Lisbonne récemment reconquise par les libéraux. À la suite de la libération du sud du pays avec notamment la bataille d'Almada, Napier rendit visite à l'amiral Sir William Parker qui le reçut comme un amiral (au vu de son grade portugais). Bien que les Français insistèrent pour que Charles Napier soit radié des listes de la Royal Navy, il sera plus tard rétabli dans son grade à la Royal Navy et avec lui tous les officiers britanniques qui combattirent au côté des Portugais. Ce combat fut considéré par la marine britannique comme un haut fait d'armes. Pour les Portugais, la bataille du cap Saint-Vincent permit en partie la capture de Lisbonne et donc le renversement de Michel Ier.

  • Rainha de Portugal 46 (capitaine MacDonough)
  • Dona Maria 42 (Peake)
  • Dom Pedro 50 (Thomas Goble)
  • Vila Flor 18 (Ruxton)
  • Portuense 20 (Blackstone)
  • Faro 6

Un petit nombre de remorqueurs à vapeur et de transports.

  • Nau Rainha 74 (Barradas) – capturé par Rainha de Portugal
  • Dom João 74 – capturé par Dom João 74
  • Martinho de Freitas 50, capturé
  • Duquesa da Bragança 56, capturé
  • Isabel Maria 22 (corvette), capturé
  • Princesa Real 24 (corvette)
  • Tejo 20 (corvette)
  • Sybille 20 (corvette)
  • Audaz 18 (brig)
  • Activa (xebec)
  • Plusieurs autres brigs.

Sources

  • Récit tiré des mémoires de Charles Napier sur la bataille.
  • Portail du monde maritime
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Portugal
  • Portail des années 1830
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.