Belgrave Square

Belgrave Square est une place de la ville de Londres, Royaume-Uni.

Belgrave Square

Vue de Belgrave Square.
Situation
Coordonnées 51° 29′ 56″ nord, 0° 09′ 13″ ouest
Pays Royaume-Uni
Ville Londres
Quartier(s) Belgravia
Morphologie
Type Place
Superficie 40 000 m2
Histoire
Création 1825
Géolocalisation sur la carte : Londres

Situation et accès

La place est le point central du quartier de Belgravia, dans la Cité de Westminster.

Le quartier est desservi par la ligne Piccadilly, à la station Knightsbridge.

Origine du nom

La famille Grosvenor, propriétaire du quartier, lui a donné le nom d’un domaine lui appartenant dans le Leicestershire, Belgrave[1].

Historique

Buste de l’architecte George Basevi (1794-1845).

Aménagée en 1825 par l’entrepreneur Thomas Cubitt, la place se compose de quatre terraces[2] dessinées par l’architecte George Basevi, toutes construites sur le même modèle : trois étages avec un attique en retrait au-dessus de la corniche. Les entrées sont individuelles[3]. Les maisons situées aux quatre coins de la place sont l’œuvre de quatre architectes différents (Robert Smirke, H. E. Kendall, Philip Hardwick et George Basevi) et ont été construites entre 1826 et 1842.

En , le « comte de Chambord » y reçoit des légitimistes venus de France, parmi lesquels figure Chateaubriand.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

No 38.

Enclave résidentielle, autrefois refuge attitré de la haute société britannique, la place abrite aujourd'hui de nombreuses représentations diplomatiques, installées depuis le XIXe siècle. Treize pays y ont leur ambassade : l'Allemagne, l'Autriche, le Bahreïn, le Brunei, l'Espagne, le Ghana, la Malaisie, la Norvège, le Portugal, la Serbie, la Syrie, la Turquie et Trinité-et-Tobago. Deux autres pays y ont leur institut culturel : l'Italie et la Roumanie.

Au centre de la place s'élèvent les statues de Simón Bolívar, José de San Martín, Christophe Colomb et Henri le Navigateur.

  • No 5 : résidence appartenant à l'industriel russe Oleg Deripaska, roi de l’aluminium[4].
  • No 10 : en 2009, cette propriété est mise en vente au prix record de 100 millions de livres ; appartenant alors au magnat de l’immobilier libanais Musa Salem, elle compte six étages et offre 2 000 mètres carrés de surface habitable[5].

Dans la littérature

  • Anne Perry, Belgrave Square, 10-18, Collection « Grands détectives », 2002.
  • Auguste Johanet, Souvenirs de Belgrave Square, dédiés à tous les flétris et à tous ceux qui regrettent de ne pas l’être, Paris, 1844.

Galerie

Notes et références

  1. (en)S. Fairfield, The Streets of London: a dictionary of the names and their origins, Pappermac, 1983 (ISBN 0 333 28649 9).
  2. Une terrace est une rangée de maisons individuelles alignées et accolées les unes aux autres, de même hauteur et de style uniforme, de façon à constituer un ensemble harmonieux.
  3. (en)Edward Jones et Christopher Woodward, Guide to the Architecture of London, Phoenix, 2013 (ISBN 978-1780224930).
  4. Éric Albert, « À Londres, l’argent sale trouve demeure », Le Monde, 3 mai 2016.
  5. « Londres : une maison à vendre à 110 millions d’euros », Le Figaro, 15 avril 2009.
  6. (en) « 38-48, Belgrave Square », Historic England.
  7. (en) William D. Cohan, The Last Tycoons: The Secret History of Lazard Frères & Co., Doubleday, 2007.
  • Portail de Londres
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.