Berké

Berké ou Berke (mongol bičig : ᠪᠡᠷᠺᠠ ᠬᠠᠭᠠᠨ ; cyrillique : Бэрх хаан ; translittération : Berke Khan, venant de Berx : « difficile » ; arabe : بركة خان), né après 1205, mort en 1266 ou 1267, petit-fils de Gengis Khan, est le quatrième khan de la Horde d'or de 1257 à 1266, le premier à se convertir à l'islam.

Berké
Fonction
Khan
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Huolu (d)
Orda
Togatemur (d)
Batu
Chayban
Autres informations
Religions
Grade militaire

Biographie

Berké est le fils de Djötchi, fils aîné de Gengis Khan, et le frère de Batu (premier khan de la Horde), Orda et Chayban.

Il succède à son petit-neveu Ulaqtchi, fils de Sartaq Khan, à la tête de la Horde d'Or, alors appelée « Horde » ou « Horde bleue », dont la capitale est Saraï, sur la basse Volga.

C'est par l'intermédiaire du maître soufi Sayf al-Dîn Bâkharzî[1], membre de la confrérie Kubrawiyya, qu'il se convertit à l'islam.

Durant la guerre de succession (1259-1264) après la mort du Grand Khan des Mongols Möngke, il se range du côté d’Ariq Boqa contre Kubilai Khan et entre en guerre avec le djaghataïde Alghu (1262-1265). Vaincu, il perd le Khârezm, Otrar et les territoires à l’est de l’Aral.

En 1261, Saraï devient le siège d'un diocèse orthodoxe. Berké fonde Sarai Berke.

En 1262, Berké conclut une alliance avec le sultan mamelouk Baybars, d’origine kiptchak, et déclare la guerre à Houlagou Khan, Ilkhan de Perse, frère de Kubilai, à qui il reproche le massacre des musulmans à Bagdad en 1258. Houlagou intervient dans le Caucase mais est battu par Nogaï, général de l'armée de la Horde, sur les bords du Terek en janvier 1263.

Les accords commerciaux conclus avec l'empire byzantin autorisent le trafic d'esclaves turcs vers l'Égypte à travers les Détroits. Saraï est un important pôle commercial entre l’Orient et l’Occident. Des commerçants vénitiens et génois viennent y acheter des fourrures du Nord ainsi que des esclaves kiptchak qu’ils revendent aux Mamelouks d'Égypte.

En Russie, Berké doit lutter contre plusieurs révoltes contre l’occupation mongole, visant en particulier les fonctionnaires percevant les tributs (basmaks).

Au printemps 1266, Nogaï franchit à nouveau le passage de Derbent puis la Koura, menace l'Azerbaïdjan, mais est battu sur l'Aqsou par l'Ilkhan Abaqa. Berké franchit à son tour le Caucase et marche contre l’Iran pour le soutenir. Il meurt au passage de la Koura, probablement en janvier 1267.

Son petit-neveu Mengü Temür lui succède.

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

    • Christiane Tortel, L'ascète et le bouffon : qalandars, vrais et faux renonçants en islam, Arles, Actes Sud, , 439 p. (ISBN 978-2-7427-8055-6)
  • Portail de la Russie
  • Portail de la Mongolie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.