Brychan

Brychan Brycheiniog, roi de Brycheiniog, est réputé être le fils du roi irlandais nommé Anlach, fils de Coronac, et de Marchell ferch Dewdrig du sud du Pays de Galles. Il est le fondateur légendaire et éponyme du premier royaume de Brycheiniog (Brecknockshire) dans le sud du Pays de Galles et de la maison de Bréhant en Bretagne. On ne sait rien d'historique sur sa vie ni sur son règne bien que des récits postérieurs hagiographiques et généalogiques suggèrent qu'il règne à la fin du Ve siècle ou au début du Vie siècle[1].

Brychan
Biographie
Naissance

Talgarth (en)
Décès
Période d'activité
Ve siècle
Activité
Enfants
Cynog ap Brychan
Marchell (d)
Rhiangar (d)
Tangwystl fille de Brychan (d)
Clydai ach Brychan (d)
Gwawr ach Brychan (d)
Arianwen (d)
Nectan de Hartland
Menefrida (en)
Clyther (d)
Dyfnan (en)
Keyne (d)
Lluan (d)
Cynon (d)
Ilud (d)
Nefyn ach Brychan (d)
Cynheiddon (d)
Dwynwen
Eluned (en)
Cain/Keyne (en)
Dingad de Llandingat (en)
Gladys du Pays de Galles
Tutglud ach Brychan (d)
Tydfil (en)
Q4223189
Belyau (d)
Tybïe ach Brychan (d)
Meleri ach Brychan (d)
Gwen of Talgarth (d)
Tudwen (d)
Autres informations
Étape de canonisation

Biographie légendaire

Selon la légende fondatrice de la dynastie, Brychan est le fils de Marchell, une fille d'un petit roi local nommé Tewdrig. Marchell est envoyée en Irlande pour épouser le roi Anlach, fils de Coronac (peut-être Cormac ?), sous la réserve que si un fils naissait de cette union il devait revenir au Pays de Galles pour régner sur le royaume[1]. De ce fait après la naissance de Brychan, le couple revient avec son enfant. Dans sa jeunesse il aurait été envoyé comme otage dans le royaume de Powys où il viole Banhadlwedd ferch Banadl, la fille du roi qui donne ensuite naissance à Cynog, le futur Saint Cynog. Brychan reste très célèbre pour sa vaste progéniture potentielle née de ses trois épouses Eurbrawst, Rhybrawst et Proestri ; évaluée à douze fils et vingt quatre filles selon les listes, nombre de ses enfants apparaissent dans les récits postérieurs[1].

Culte

Différentes autres traditions celtiques lui attribuent un grand nombre d'enfants, entre douze et soixante-dix selon les sources, dont plusieurs sont considérés comme des saints, notamment en Cornouailles où plusieurs villages sont nommés d'après eux. En revanche, lui-même est toujours présenté comme un patriarche et jamais comme un saint ; cependant, dans son étude des saints de Cornouailles, Nicholas Roscarrock lui attribue une fête au 6 avril[2].

Au Pays de Galles

Dans la tradition galloise, Brychan est le fils de la princesse Marchell de Garthmadrun, royaume du sud-est du pays de Galles, qui se rend en Irlande pour y épouser le prince Anlach. Brychan hérite du royaume de son grand-père maternel Tewdrig, et le Garthmadrun est rebaptisé Brycheiniog, « pays de Brychan ». Il a trois femmes (Prawst fille de Tudwal, Ribraust et Proistri) qui lui donnent onze fils et vingt-cinq filles[3].

En Cornouailles

Une Vie de saint Nectan, rédigée au XIIe siècle à l'abbaye de Hartland, lui attribue une seule femme, Gwladys, et vingt-quatre enfants : douze fils (dont Nectan) et douze filles, dont plusieurs donnent leur nom à des églises dans le nord-ouest des Cornouailles[4].

En Bretagne

Brychan apparaît sous le nom Broccann dans la Vitam Sancta Ninnocæ rédigée au XIIe siècle à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé. Il y est l'époux de Meneduc, fille du roi écossais Constantin, et le père de sainte Ninnoc.

Descendance

Les fils de Brychan incluent :

Les filles de Brychan incluent :

Références

  1. (en) David E. Thornton, « Brychan Brycheiniog (fl. c.500), king of Brycheiniog » Oxford Dictionary of National Biography Oxford University Press 2004
  2. (en) David Hugh Farmer, « Brychan - The Oxford Dictionary of Saints », Oxford Reference Online, (consulté en 20 août 2012 (inscription requise)).
  3. Koch, p. 300-301.
  4. Orme, p. 76-77.

Annexes

Bibliographie

  • (en) John T. Koch, Celtic Culture : A Historical Encyclopedia, ABC-CLIO, , 2128 p. (ISBN 978-1-85109-440-0)
  • (en) Nicholas Orme, The Saints of Cornwall, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-820765-8)

Liens externes

    • Portail du pays de Galles
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.