Camille De Taeye

Camille De Taeye est un artiste belge né à Uccle le et mort à Bruxelles le . Il a produit une œuvre de peintures, dessins et gravures, empreinte, dans un premier temps, de poésie, d'allusions burlesque ou picaresque, de belgitude et d'ironie et, à partir des années 1990, d'épisodes dramatiques de son existence. Son œuvre Le Cheval d'octobre, retenue en 2000 pour les murs de la station de métro Eddy Merckx à Anderlecht, est très représentative de cette seconde période.

Camille De Taeye
Au Botanique (Bruxelles), novembre 2009
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Bruxelles
Nationalité
Activité
Formation
Maître
A influencé
Anne Desobry
Distinctions
Prix Gaston Bertrand (2012)
Œuvres principales
Cheval d'octobre (2000)

Biographie

De 1958 à 1962, Camille De Taeye suit les cours de Gaston Bertrand à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles.

Il expose pour la première fois en 1960, à Rome. Ses œuvres seront dès lors présentées de nombreux pays : en Belgique, surtout, son pays d'origine, Italie, France, Allemagne, Suisse, Espagne, Grèce, Norvège, Estonie, au Japon, Brésil, Canada, Maroc, etc.

Dès 1976, ses œuvres entrent dans les collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles.

Durant les années 1980, il collabore avec le Nouveau théâtre de Belgique à la conception de costumes et de décors.

En 1984, les Musées royaux des beaux-arts de Bruxelles acquièrent quatre œuvres supplémentaires. La même année, le critique d’art Jacques Meuris publie la première monographie au sujet de l'artiste. Danielle Gillemon, autre critique belge, lui consacre un second livre en 1992 et, par la suite, de nombreux articles dans la presse belge.

Le Musée communal des Beaux-Arts d'Ixelles organise une première exposition rétrospective en 1987.

En 2000, une de ses œuvres, le Cheval d'octobre, est retenue pour la station de métro Eddy Merckx, à Anderlecht.

Camille De Taeye meurt le à Bruxelles[1],[2],[3].

L’œuvre

« Camille De Taeye ne décrit pas ses rêves. Il les visualise picturalement et matérialise la vision qu'il en a. Les images qu'il voit s'enchâssent les unes dans les autres. »

 Patrick Roegiers[4]

« Un tableau est un imbroglio structuré. »

 Camille De Taeye[5]

Cette phrase de l'artiste souligne l'importance qu'il donne à la composition. Si les rêves fournissent les images, les idées, le rôle du peintre est de les assembler pour composer le tableau.

Première période

Seconde période

« Quand les êtres qu'on aime ont disparu, il reste les choses qu'ils ont touchées. »

 Patrick Roegiers[4]

À partir[6] des années 1990, l’œuvre de Camille De Taeye est marquée des drames personnels qu'il a traversés[7].

Pour cette période, les peintures sont figuratives, mais les compositions, très construites, sont irréalistes, basées sur le rapprochement d'objets et de matières. Les contours des objets sont flous, l'ambiance semble souvent nuageuse ou ouatée et contraste avec la dureté des thèmes désormais récurrents : la mélancolie, la mort - violente -, l'isolement ou l'absence, signifiés par des objets au sens incontestable : squelette, objet contondant, scie, clou, ciseaux, aiguilles, pieux acérés... Sur la toile, ils côtoient des objets du quotidien moins connotés (un canapé, un billard, des toiles - retournées -, un piano) pour montrer le tourment ne quitte pas l'artiste un seul instant.

Naufrage (1998) et Le Cheval d'octobre (2000) sont ainsi représentatifs des « associations (...) systématiques »[8] de cet univers et de ces symboles.

Enseignement

Camille De Taeye succède à son professeur Gaston Bertrand à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles au début des années 1970. De 1981 à 1991, il enseigne la peinture à l’Académie des Beaux-Arts Constantin Meunier d’Etterbeek. De 1992 à 1999, il enseigne la peinture à La Cambre.

Les artistes Anne Desobry[9] - dont des œuvres étaient présentées lors de l'exposition de 2009 au Botanique (voir ci-dessous) -, Alberto Contessi et Pierre Courtois[10] furent ses étudiants.

Expositions

Expositions personnelles cataloguées

  • 1981-1982, Bruxelles, Fred Lanzenberg.
  • 1986, Redu, galerie Le Bateau Ivre.
Anne-Marie La Fère (préf.), Lithographies, Redu, galerie Le bateau ivre, 1986, 40 p., ill., 28 cm.
Jacques Meuris (préf.), Henri Ronse, Chris Christoffels, Camille De Taeye au Musée d'Ixelles, 1987, n. p., ill. en noir et en coul., 23 cm.
  • 1988, Redu, galerie Le Bateau Ivre.
Danièle Gillemon (préf.), Redu, 1988.
Georges Meurant (préf.), Camille De Taeye : l'écume des Sommets, 2001.
Georges Meurant (préf.), Camille De Taeye : grands écarts, 2002.
  • Patrick Roegiers, Camille De Taeye, La Pierre d'Alun, 2009.
  • 2004, Peintures, Bruxelles, Galerie 2016[11].
Jacques Keguenne (préf.), Bruxelles, 2004.
  • 2007, Jambes, galerie Détour.
Georges Meurant (préf.), Camille De Taeye : Chandolin, 2007.
  • 2009, Camille De Taeye ou L’envers de l’abîme, Bruxelles, Le Botanique. Comm. : Jean Marchetti.
Patrick Roegiers (préf.), Bruxelles, Le Botanique, 2009[12]. Jumelée à l'exposition Vertiges intimes, Bruxelles, Le salon d’art, 9 mars - 16 mai 2009[13].
  • 2012 (6 mars-27 mai), Rétrospective à l’occasion du Prix Gaston Bertrand, Auderghem, Centre d’Art de Rouge-Cloître[14]
Rétrospective à l’occasion du Prix Gaston Bertrand : dossier de presse, Auderghem, Centre d’Art de Rouge-Cloître, 2012, disponible en ligne.

Autres expositions personnelles

  • 1960, Rome[15]
  • 1965, Bruxelles.
  • 1968, Tournai.
  • 1970, Bruxelles et Tokyo.
  • 1978 (29 avril au 28 mai), Anvers, galerie De Zwarte Panter.
  • 1985, Bruxelles, galerie Fred Lanzenberg.
  • 1987, Bruxelles, galerie Fred Lanzenberg.
  • 1987, Bruxelles, L’Autre Musée.
  • 1989, Cologne, Maison belge.
  • 1994, Rendez-vous gardé, Bruxelles, Quadri.
  • 2002, Léglise, galerie La Louve.[réf. nécessaire]
  • 2002-2003, Lyon, galerie La Louve[16].
  • 2002, Midi-Pyrénées, Bruxelles, Galerie Quadri.
  • 2003, 30 ans, Jambes, Galerie Détour.
  • 2003, Dessins divers, Marche-en-Famenne, Maison de la Culture.
  • 2003, Hauterive (Suisse), Galerie 2016.
  • 2005, La montagne selon De Taeye, œuvres de Camille De Taeye et Alain Winance, Ath, Maison Culturelle[17].
  • 2005-2006, La Louvière, galerie du Drapeau blanc.
  • 2005, Dessins Ad Hoc, Bruxelles, galerie Quadri[18]. Dessins liés au livre Ricotta Ravello de Ben Durant.
  • 2006, La Ricotta de Ravello, Bruxelles, Quadri.
  • 2007, 40 Auto-portraits se regardent, Ath, Maison Culturelle, Le Palace.
  • 2007, Du dessin à l’animation du dess(e)in, Château Malou et à la Médiatine (Woluwe-Saint-Lambert. Exposition organisée par la GPOA.
  • 2007, Fleur de citronnier, Bruxelles, Galerie 2016
  • 2007, La Belgique vue par l’homme-oiseau, Saint-Hubert, palais abbatial.
  • 2007, Bruxelles, Galerie Detour
  • 2008, Du dessin à l’animation du dess(e)in, Dakar (Sénégal), Biennale de l’art africain contemporain (festival off).
  • 2008, Peintures et dessins, Glabais, Espace B[19]
  • 2009, Mut-Art, Woluwe-Saint-Lambert, La Médiatine
  • 2010, Tourinnes-la-Grosse, Moulin de Tourinnes[20].
  • 2011, Noirs des seins, Bruxelles, Galerie Quadri
  • 2011 (28 avril-4 juin), Peintures, Bruxelles, galerie 2016[21].
  • 2012, Voluptés, Glabais, Espace B[22].
  • 2013 (9 - 24 mars), Portraits et auto-portraits, Glabais, Espace B[23].
  • 2013 (3 novembre - 2 décembre), Léglise, galerie La Louve[24].
  • 2014 (2 février-30 mars), Épilogue, Bruxelles, galerie 2016. « Cette première exposition posthume essentiellement dédiée aux travaux de 2012 et 2013 et à quelques œuvres fortes des années précédentes, souligne l’humeur âcre existentielle de l’œuvre dans une belle, vive et paradoxale lumière de printemps. » (Danielle Gillemon, extrait du carton d'invitation[25]).
  • 2016, Me revoilà, Bruxelles, le Salon d’art[26].
  • 2016 (29 décembre au 19 janvier), La réalité n'est pas le principe, Paris, galerie Gare de Marlon. « L’exposition rassemble une cinquantaine de dessins et une dizaine de toiles de cet artiste visionnaire, original et libre. »[27].
  • 2016 (28 novembre-10 janvier), Paysages en altitude, Bruxelles, galerie 2016.

Expositions collectives

  • 1976, Daily-Bul and C°, Saint-Paul-de-Vence, Fondation Maeght (7 février au 7 mars), puis Bruxelles, Studio du Passage 44 (9 avril-23 mai). Exposition organisée avec la collaboration de Paride Accetti, Serge de Bloe, Pierre Gaudibert, Carlo Schröter, René Withofs, avec le soutien du Ministère de la Culture française service de la propagande artistique.
Catalogue : André Balthazar, Catherine de Croes, Pol Bury, Daily-Bul and C°, Lebeer-Hossemans, 1976, 358 p.[28].
Jacques Meuris (préf.), São Paulo, 1977.
  • 1993, Mon Animal favori, Bruxelles, galerie Quadri.
  • 1995, L’Hypothèse du Sacré, Bruxelles, galerie Quadri.
  • 1996, Nivelles, 3e biennale de l’IPEJ.
  • 1997 (24 mars au 28 avril), Carnet du Nord : Camille de Taeye, Jephan de Villiers, Christian Rolet, Alain Winance, Watermael-Boitsfort, centre culturel La Vénerie.
  • 1997, Carnet du Nord : Camille de Taeye, Jephan de Villiers, Christian Rolet, Alain Winance, Les Abrets, galerie Evelyne Guichard Aoste, 1997.
  • 1997, Camille de Taeye, Jephan de Villiers, Georges Meurant, Fondation Bolly-Charlier, Huy.
  • 1999 (30 octobre - 31 décembre 1999), Entre portrait et anonymat, Maison de la culture de la Province de Namur.
  • 2000, La Danse macabre, Bruxelles, galerie Quadri.
  • 2005, Volatil, Bruxelles, galerie Quadri.
  • 2007, Quadri fête 20 ans, Bruxelles, galerie Quadri.
  • 2010, Vanitas Vanitatum, Bruxelles, galerie Quadri.

Collections publiques

NB. Liste mise à jour en juin 2017.

Récompenses et distinctions

Œuvres

Années 1950

  • Nature morte, 1959[32].

Années 1960

  • Carrousel végétal, 1962[32].
  • Sens interdit, 1964[32].
  • Autoportrait, huile sur toile, 81 x 99,5 cm, 1969[33].
  • Composition, gouache sur papier, 50 x 70 cm, 1966[34].
  • Sans titre [composition abstraite], encre de Chine et gouache sur papier, daté et signé en bas à gauche, 32,5 x 24,8 cm, 1962[35].
  • Sans titre [Musiciens en tête-bêche], encre de Chine rehaussée de lavis, 34,5 x 27,5 cm, 1967[36].
  • Sans titre, encre de Chine et fusain, 1962[37].

Années 1970

  • Hommage à Andrzej Wajda, 150 x 195 cm, 1970[38].
  • Composition, 144,5 x 97 cm, 1972[39].
  • Au fil de l'eau, technique mixte sur toile, 122 x 95 cm, 1974[40].
  • Sans titre [chien, ailes, montagne, ciseaux], techniques mixtes sur papier, signé dans le coin inf. droit, 55 x 68 cm, 1971[41].
  • L'enfance, sérigraphie sur papier, 53 x 40 cm sur feuille 74,5 x 60 cm, 130 exemplaires, 1975[42].
  • Carottes et canon, 92 x 120 cm, 1974[43].
  • Composition surréaliste dans un intérieur, 91 x 74 cm, 1978[44].
  • Le violoniste, crayon, 110 x 72 cm, 1977[45].
  • Luberon, mine de plomb sur papier, titré, daté et signé au coin inf. gauche, 30 x 42 cm, 1971[46].
  • Asperges, gouache, crayon et encre, 54 x 68 cm, 1972[47].
  • Les deux demoiselles, 46.85 x 31,50 in, 1973.
  • Le mouton, gouache et crayon sur papier, 62,5 x 94,5 cm, 1971[48].
  • Sans titre, huile et pastel, 1975.
  • Éléments, huile et polyméthacrylate de méthyle sur panneau, 120 x 85 cm, 1973[49].
  • L'artilleur consciencieux, caséine sur toile, 121 x 175,5 cm, 1974[50].
  • Veste, 100 x 73 cm, 1970[51]
  • Le buste toilé, huile, 100 x 81 cm, 1976[52].
  • Toréador, techniques mixtes sur toile, 89 x 76 cm, 1978[53].
  • Cheval couteau, gouache, 101 x 101 cm, 1978[54].
  • Paysage vallonné, gouache et fusain, 40 x 53 cm, 1979[55].
  • Sans titre [veau avec un appareil photographique pour tête], techniques mixtes, 96,5 x 123,5 cm, 1975[56].
  • Factorielle 24[32].

Années 1980

  • Mon quotidien, 1980[40].
  • Les nénuphars, technique mixte sur toile, 94 x 121 cm, 1980[40].
  • Dans la nuit, 1982[40].
  • Cette mort corporelle à laquelle nul être humain ne peut échapper, acrylique sur toile de coton, 200 x 200 cm, 1982-1983[57].
  • L’Œuf, 196 x 131 cm, 1984[58].
  • Autoportrait, dessin, 1981[59].
  • Un équilibre précaire, huile sur toile, 47 x 102,5 cm, 1989[60].
  • Tirette, gouache sur toile, 83 x 115 cm, 1982-1983[61].
  • Les Belges sont des peintres de bestiaux (Ch. Baudelaire 1864), lithographie en noir, 27 exemplaires signés, datés, titrés et numérotés[62], 6 épreuves d'artistes numérotées en chiffres romains[63], 65 x 50 cm, 1985.
  • Fleurs et pommes, 100 x 100 cm, 1981[64].
  • Composition, 28.74 x 21,65 in, 1984.
  • Cernunos [cerf et corps de femme], 1985, lithographie en noir tirée à 50 exemplaires, titre, date et signature au crayon, 16,7 x 16,7 cm[65].
  • Sans titre [pommes et balles de tennis], 100 x 100 cm, 1982[66].
  • Le bateau ivre, lithographie noir et blanc, 34 x 30 cm, 100 exemplaires, 1988[67].
  • Haute mer, lithographie noir et blanc, 29 x 24,5 cm, 1983[68].
  • Les trous, lithographie sur Arches, 32 x 23,5 cm, 25 exemplaires, 1985[69].
  • Le passage, lithographie sur Arches, 30 x 24 cm, 21 exemplaires, 1985[70].
  • Recueil : Comme d'habitude, lithographie, 18 x 18 cm, 15 exemplaires, 1985[71].
  • Nu dans un paysage [femme nue tenant une scie, barrage], fusain sur drap, daté 1985 et signé au coin supér. droit, dim. du sujet 146 x 113 cm[72]

Années 1990

  • Aussois, technique mixte sur toile, 1990[73].
  • Le départ, technique mixte sur toile, 89 x 73 cm, 1992[40].
  • Cocagne [arbre abattu, souche, tête d'oiseau], 1993, acrylique et crayon sur toile, titre, date et signature en bas à gauche, 30 x 21 cm[74].
  • Sans titre [forêt, jambe de femme au sol, haut talon], 1995, crayon sur toile et rehauts de gouache, daté et signé, 30,5 x 21 cm[75].
  • Le promeneur et la mort : hommage à Joachim Patinier, acrylique, 1997.
  • Un équilibre stable, acrylique, 50 x 60 cm, 1999[76].
  • Naufrage, acrylique sur toile de coton, 125 x 100 cm, 1998.
  • Scie et plume, techniques mixtes, 28 x 38 cm, 1996[77].

Années 2000

  • Cheval d'octobre, 2000.
  • Memento mori[78], encre sur papier, 3 tableaux de 19 x 15 cm, datés et signés, 2002[79].
  • Le Spectre de l'autocar [sic], lithographie en couleurs, sur papier vélin, 35 exemplaires, 2002[80].
  • La robe blanche, acrylique et crayon sur toile, 2003. Présenté à la galerie 2016, lors de l'exposition de l'automne 2004[81].
  • Le cerf II, acrylique et crayon sur toile, 80 x 100 cm, 2004.
  • Le lotus bleu, acrylique et crayon sur toile, 77 x 58 cm, 2005[82].
  • Le naufrage, 100 x 80 cm, 2006[83].
  • Mickey II, acrylique et crayon sur toile, 80 x 100 cm, 2006.
  • À Dürer, acrylique et crayon sur toile, 100 x 80 cm, 2009.
  • Danse macabre, dessin, 2000[84].

Années 2010 à 2013

  • Ivoire, acrylique sur toile, 77 x 58 cm, 2010.
  • Ma palette, acrylique sur toile, 80 x 61 cm, 2010.
  • La trappe, acrylique sur toile, 91 x 74 cm, 2011.
  • Lectoure[85], crayon sur papier, 50 x 50 cm, 2010.
  • Le grand arbre, crayon sur toile, 77 x 58 cm, 2010.
  • Praloup (Le chapeau de gendarme), 53 x 45 cm, 2012[86].
  • Autoportrait, crayon sur toile, 30 x 21 cm, 2012.

Date inconnue

  • Géraniums, huile, 39,37 x 39,37 in.
  • Sans titre [sirène et femme à tête de chien], techniques mixtes, 35,43 x 28,74 in.
  • Sans titre [animaux imaginaires], gouache, 15.35 x 29,53 in.
  • Treize œufs, une plume, acrylique sur toile, 36 x 36 cm.
  • Vue sur la tête de l'âne, acrylique, 58.66 x 44,88 in.
  • L'Éventail, crayon sur toile, 73,5 x 148,5 cm[87].
  • Autoportrait, technique mixte sur toile, 30,5 x 21 cm.
  • Coq, fusain sur toile, signé et daté en bas à gauche, 72 cm x 54 cm[88].
  • Nu de dos, dessin, 10.63 x 8,27 in.
  • Le Pied-de-biche, sérigraphie sur papier, 54 x 39 cm, 100 exemplaires[89].
  • Ivre, lithographie, 23.62 x 19,69 in.
  • La Peau qui se déchire [un coupe-chou, un petit beurre, un arbre], lithographie en noir, 35 ex. signés au crayon, 30 x 25 cm[90].
  • Un Jardin sans oiseaux [montagne, chou, tête de cerf], lithographie en noir, 35 ex. signés au crayon, 30 x 23 cm[90].
  • La Chute [oiseaux, parapluie, chat], lithographie en noir, 35 ex. signés au crayon, 30 x 25 cm[90].
  • Composition abstraite sans titre, gouache (gris-noir, bleu et rouge) sur papier, signée en bas à gauche, 55 x 76 cm[91].

Livres illustrés

Lithographies de C. De Taeye.
Contient : une lithographie de C. De Taeye intitulée Houille[92].
  • Nemesio Sánchez, À travers un regard, La Louvière, Le Daily-Bul, 1995 (ISBN 2-930136-03-0).
Couverture illustrée et gravure intitulée Une réalité tangible par C. De Taeye[93]. Un exemplaire est conservé au département Imprimés anciens et précieux de la Bibliothèque royale de Belgique.
  • Nemesio Sánchez, Marie-Jo Bouley (trad.), Amour Amor, La Louvière, Le Daily-Bul, 2009 (ISBN 978-2-930136-58-5). Tirage : 640 exemplaires numérotés.
Contient un dessin original de C. De Taeye[94].
  • Gabriel Piqueray, Marcel Piqueray, Marais d'étoiles, La Louvière, Le Daily-Bul, 1991. Un exemplaire est conservéà la réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique.
Contient deux lithographies de C. De Taeye, intitulées Girl guide et Miss you[95].
  • Marcel Piqueray, Gabriel Piqueray, Phosfer de cœur, Paris, Atelier Champfleury, 1983. Tirage : 60 exemplaires. Un exemplaire est conservé à la réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique.
2 lithographies sur vélin d'Arches, dont La toute jeune fille est morte[96].
  • Gerda Vancluysen, Quatre textes écrits pour Édith en décembre 1979 : [livre d'artiste], imp. Camille De Taeye, 1990[97].
  • Anne-Marie La Fère, Le cheval d'octobre : journal d'une fresque, La Louvière, Le Daily-Bul, 2003.
Contient une sérigraphie originale de l'artiste[98].
  • Jacques Meuris, La pomme anamorphe et le cube glace, La Louvière, Le Daily Bul, 1984.
Contient une lithographie originale de Camille De Taeye[99].
  • Camille De Taeye (textes et dessins), Passages, éditions Espace B, 2013. Tirage : 100 exemplaires[100].
  • Ben Durant, Midi-Pyrénées, Gerpinnes, Tandem, 2002 ( (ISBN 2-87349-056-X)). Tirage : 600 exemplaires, dont 40 accompagnés d'une sérigraphie originale numérotée et signée par l'artiste.
Contient une sérigraphie originale de C. De Taeye.
  • Ben Durant, La danse macabre, Bruxelles, Galerie Quadri, 2000. Tirage : 99 ex. numérotés. Un exemplaire est conservé au département Imprimés anciens et précieux de la Bibliothèque royale de Belgique.
Contient sept dessins de C. De Taeye.
Illustrations de C. De Taeye.

Spectacles

  • Maurice Maeterlinck, Une musique de cuivre aux fenêtres des incurables, Nouveau théâtre de Belgique, 24 novembre 1982[101]. Décors et costumes de Camille De Taeye.
  • Yánnis Rítsos, Sonate au clair de lune, Nouveau théâtre de Belgique, 13 février 1985[102]. Décors et costumes de Camille De Taeye.
  • Thomas Bernhard, Les apparences sont trompeuses, Nouveau théâtre de Belgique, 3 novembre 1988. Décors de Camille De Taeye[103].

Bibliographie

  • Marie-France Willaumez, Camille De Taeye, notice dans le Dictionnaire des peintres belges, du XIVe siècle à nos jours, IRPA, p. 358.

Années 1980

  • Anne-Marie La Fère, Camille De Taeye : lithographies, Redu, 1986.
  • Jacques Meuris, La pomme anamorphe et le cube glace, La Louvière, Le Daily Bul, 1984, 72 p. Contient une lithographie originale de Camille De Taeye[99].

Années 1990

  • Danièle Gillemon, Jacques Sojcher (préf.), Éloge de l’inconfort, Bruxelles, éditions de Lassa, 1992, 108 p., 28 cm, illustré.
  • Françoise Mortier, Corps à cœur avec Camille De Taeye : interview, revue Artransit, 1993.
  • Denise Biernaux, Jean-Michel François, Anne Wauters, notices biographiques de Sonia Dermience, Faces, Province de Namur, Service de la culture, 1999, 55 p., ill. en coul., 29 cm.

Années 2000

  • Anne-Marie La Fère, Camille De Taeye (ill.), Le cheval d'octobre : journal d'une fresque, La Louvière, Le Daily-Bul, 2003 (ISBN 2-930136-35-9), 92 p., 30 cm. Contient une sérigraphie originale de l'artiste[98].
  • Patrick Roegiers, Camille De Taeye, La Pierre d'Alun, 2009.
  • Ben Durant, Camille De Taeye. La danse macabre, Bruxelles, 2000.
  • André Janssens (photographies), Camille De Taeye (ill.), Le ciel est bien dégagé derrière mes oreilles, Bruxelles, CFC-Éditions, 2000 (ISBN 2-930018-29-1), 57 p. Tiré à 600 exemplaires.
  • Guy Denis, Camille De Taeye, Érezée, Memory Press, 2004, 23 p., 24 cm (collection Les inédits de La Louve).

Années 2010

  • Jean-Baptiste Baronian, Les sept voluptés de Virginie : tableaux de Camille De Taeye, Glabais, Espace B, 2011 (ISBN 2-9600426-2-X). Tirage : 69 exemplaires.
  • Dossier de presse de l'exposition La réalité n'est pas le principe, Paris, galerie Gare de Marlon, 2016[104]. Contient une biographie très complète de l'artiste.

Notes et références

  1. « Eléments biographiques », sur camilledetaeye.be (consulté le 6 mars 2020).
  2. Danielle Gillemon, Camille De Taeye est mort, Le Soir, 23 octobre 2013, p. 39
  3. Décès de Camille De Taeye, imagier de l'imaginaire, Musiq'3, 21 octobre 2013, en ligne.
  4. Citation de 2009, reprise dans le dossier de presse de l'exposition tenue à Paris, galerie Gare de Marlon en 2016, 4e page.
  5. Invitation à l'exposition Camille De Taeye : Peintures, Bruxelles, Galerie 2016, 2011, 8e page.
  6. Danielle Gillemon entérine ce découpage de l'œuvre de De Taeye en deux périodes : « Le peintre Camille De Taeye nous a quittés, rattrapé au tournant par cette Faucheuse qui a toujours tranché son œuvre en deux, une part résolument noire, cynique, grinçante et une part enchantée, dédiée à la beauté du monde, ses ciels, ses montagnes, ses étangs, ses bois, ses arums, ses pelages. Camille De Taeye est mort, Le Soir, 23 octobre 2013, p. 39. »
  7. Il perd sa fille qui n'a que 18 ans ; puis son fils. Voir La Libre, 26 janvier 2016, p. 2.
  8. Le mot est de Danielle Gillemon, Camille De Taeye est mort, Le Soir, 23 octobre 2013, p. 39.
  9. Roger Pierre Turine, Les humanités d’Anne Desobry, La Libre Belgique, 25 mars 2009, en ligne.
  10. Voir en ligne.
  11. R. P. Turine, La Libre Belgique, 22 septembre 2004, p. 21.
  12. D. Gillemon, Camille De Taeye pare l'oiseau de malheur de plumes chatoyantes, Le Soir, 18 mars 2009, suppl. MAD, p. 54.
  13. Affiche en ligne.
  14. Roger Pierre Turine, Camille De Taeye, La Libre, 11 avril 2012, lire en ligne.
  15. Voir en en ligne.
  16. Dossier de presse de l'exposition La réalité n'est pas le principe, Paris, galerie Gare de Marlon, lire en ligne.
  17. Le Soir, 30 mars 2005.
  18. D. Gillemon, Camille De Taeye : dessins ad hoc, Le Soir, 28 septembre 2005.
  19. Présentation en ligne.
  20. Roger Pierre Turinne, Camille De Taeye au Moulin !, La Libre Belgique, 17 novembre 2010, 11.
  21. Invitation en ligne.
  22. Espace B.
  23. M. Sw., Camille De Taeye à l'Espace B, L'Avenir, 13 mars 2013, p. 33 ; Muriel de Crayencour, Loin des modes faciles, du talent à revendre, [L'Echo], 13 mars 2013, en ligne.
  24. Marielle Gillet, La Louve expose Camille De Taeye, L'Avenir (Luxembourg), 9 novembre 2013, p. 42.
  25. Invitation en ligne.
  26. Muriel de Crayencour, In the MuCity, 4 février 2016, en ligne ; Roger Pierre Turinne, Camille De Taeye que revoila !, La Libre, 26 janvier 2016, p. 2.
  27. Présentation en ligne.
  28. Présentation complète en ligne.
  29. Voir en ligne.
  30. Site en ligne.
  31. Voir en ligne.
  32. Exposé en 2012 au Rouge-Cloître à Bruxelles ; voir Roger Pierre Turine, La Libre Belgique, 11 avril 2012, p. 11.
  33. Voir en ligne.
  34. Voir .
  35. Notice du catalogue des Musées royaux des Beaux arts (Bruxelles).
  36. Voir en ligne.
  37. Voir en ligne.
  38. Voir .
  39. Voir .
  40. La Libre, 26 janvier 2016, p. 2.
  41. Passé en vente en 2009, voir en ligne
  42. Signalement en ligne.
  43. Voir .
  44. Voir .
  45. Signalement en ligne.
  46. Voir en ligne.
  47. Voir .
  48. Voir .
  49. Signalement en ligne.
  50. Notice du catalogue des Musées royaux des Beaux arts (Bruxelles). Signalement en ligne.
  51. Voir .
  52. Voir .
  53. Voir .
  54. Voir .
  55. Signalé en ligne.
  56. Voir .
  57. Notice du le catalogue des Musées Royaux d'art et d'histoire de Belgique (2017).
  58. Voir en ligne.
  59. Signalement en ligne.
  60. Signalement et photographie en ligne.
  61. Voir .
  62. Voir en ligne ici et ici.
  63. Voir en ligne.
  64. Voir en ligne.
  65. Vente Ferraton, 30 mars 2019, lot n°0145.
  66. Voir .
  67. Signalement en ligne.
  68. Signalement en ligne.
  69. Signalement en ligne.
  70. Signalement en ligne.
  71. Signalement en ligne.
  72. Vente Ferraton-Voglaire du 16 novembre 2019, lot n° 151.
  73. Voir en ligne.
  74. Vente Ferraton, 30 mars 2019, lot n°146.
  75. Vente Ferraton, 30 mars 2019, lot n°148.
  76. Voir en ligne.
  77. Voir .
  78. Le titre de cette œuvre renvoie à l'expression latine Memento mori, qui désigne un genre artistique partagé par les œuvres qui rappellent aux hommes leur mortalité et leur vanité.
  79. Voir .
  80. Voir en ligne.
  81. R. P. Turinne, Le retour de Camille De Taeye, La Bibre Belgique, 22 septembre 2004, p. 21.
  82. Voir en ligne.
  83. Voir en ligne.
  84. Voir en ligne.
  85. Voir en ligne.
  86. Voir .
  87. Signalement sur le site de l'IRPA en ligne ; photographie en ligne.
  88. Passé en vente publique en 2007, voir en ligne.
  89. Signalement en ligne.
  90. Vente Ferraton Voglaire du 16 novembre 2019, lot n° 150.
  91. Vente Ferraton, 30 mars 2019, lot n°147.
  92. Présentation sur le site de l'éditeur, en ligne ; la gravure.
  93. Présentation sur le site de l'éditeur.
  94. Présentation sur le site de l'éditeur.
  95. Présentation sur le site de l'éditeur, en ligne.
  96. Signalement en ligne.
  97. Notice en ligne.
  98. Présentation sur le site de l'éditeur.
  99. Présentation sur le site de l'éditeur.
  100. R.P.T., De Taeye face au miroir, La Libre, supplément Arts Libre, 8 mars 2013, en ligne.
  101. .
  102. .
  103. .
  104. Lire en ligne.

Liens externes

  • Portail de l’art contemporain
  • Portail de la peinture
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail de la Belgique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.