Cancer du scrotum

Le cancer du scrotum est très rare (épithéliomas le plus souvent, et beaucoup plus rarement mélanomes, rhabdomyosarcomes ou liposarcomes)[1].

Il semble toujours induit par l'exposition (jusqu'à plus de 10 ans avant) à des carcinogènes : créosote, pétrole, suies ou goudrons. Le chirurgien anglais Percivall Pott (1714-1788) avait déjà remarqué que les enfants qui étaient autrefois (pour leur petite taille) employés à ramoner les cheminées étaient beaucoup plus nombreux à développer un cancer du scrotum à l'âge adulte, vers l'âge de 20 ans, ce qui a été un des premiers indices de causes environnementales pour certains cancers[2].

Dissémination

Elle se fait en passant par les tissus inguinaux superficiels et sous-inguinaux.

Traitement

Excision de la lésion, et éventuellement curage inguinal si un faible nombre de ganglions sont touchés par des métastases (moins de trois).

Sans métastases ganglionnaires, 50 % des patients opérés survivent à 5 ans. Ils sont moins de 20 % s'il y a métastases ganglionnaires.

Notes et références

Liens externes

  • La Société Française d'urologie met à jour régulièrement ses recommandations en cancérologie.
  • Un espace d'échange francophone sur les différents types de tumeurs testiculaires, espace destiné tant aux hommes atteints qu'à leur entourage : Testinéo
  • Portail de la médecine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.