Catherine Mortimer

Catherine Mortimer (vers 13144 août 1369) est une femme de la noblesse anglaise du XIVe siècle.

Catherine Mortimer

Gisant de Catherine Mortimer et de son époux Thomas Beauchamp dans la Collégiale Sainte-Marie de Warwick.

Titre Comtesse de Warwick
(1328 - 1369)
Biographie
Dynastie Famille Mortimer
Naissance vers 1314
Château de Ludlow
Décès
Père Roger Mortimer
Mère Jeanne de Geneville
Conjoint Thomas Beauchamp
Enfants Guy de Beauchamp
Thomas Beauchamp
Reinbrun Beauchamp
William Beauchamp
Roger Beauchamp
Maud Beauchamp
Philippa Beauchamp
Alice Beauchamp
Jeanne Beauchamp
Isabelle Beauchamp
Marguerite Beauchamp
Élisabeth Beauchamp
Anne Beauchamp
Juliana Beauchamp
Catherine Beauchamp

Biographie

Catherine, née aux alentours de 1314, est le neuvième enfant et la cinquième fille de Roger Mortimer, 3e baron Mortimer de Wigmore, et de Jeanne de Geneville, 2e baronne Geneville[1]. Son père est sous le règne d'Édouard II l'un des plus puissants barons des Marches galloises : la famille Mortimer descend d'un des compagnons anglo-normands de Guillaume le Conquérant débarqués avec lui en Angleterre en 1066. Sa mère est quant à elle la petite-fille et héritière des barons des Marches et d'Irlande Geoffroy de Geneville et Mahaut de Lacy ; elle est également la petite-nièce de Jean de Joinville, biographe de Saint Louis.

En raison des succès militaires de Roger Mortimer en Irlande, Édouard II lui accorde le 20 juillet 1318 la tutelle du jeune Thomas Beauchamp[2], héritier du comté de Warwick, ainsi que le droit de le fiancer à sa fille Catherine[3]. Les fiançailles sont célébrées le 19 avril 1319[4] : elles permettent de résoudre la querelle entre les Mortimer et les Beauchamp concernant la seigneurie d'Elfael[5]. Le père de Catherine prend part à une rébellion infructueuse contre le roi en 1322. À l'issue de celle-ci, les parents et certains membres de la fratrie de Catherine sont incarcérés sur ordre du roi, mais Catherine elle-même n'est pas concernée par cette décision, sans doute en raison de son âge.

Catherine ne retrouve ses parents et ses frères et sœurs qu'à la chute d'Édouard II à la fin de l'année 1326. Le retour en grâce de Roger Mortimer après la déchéance d'Édouard II lui permet de rechercher des partis puissants pour ses enfants. Dans le cadre d'une brillante politique matrimoniale, Catherine épouse Thomas Beauchamp, 11e comte de Warwick, le 31 mai 1328, tandis que sa sœur Jeanne est mariée le même jour à James Audley, 2e baron Audley. Auparavant, Roger Mortimer a obtenu du pape Jean XXII la dispense nécessaire à la validité de l'union, Catherine et Thomas étant cousins aux troisième et quatrième degrés.

Catherine Mortimer devient rapidement une personnalité éminente de la cour, en raison de l'ascension de son époux. Comme marque de la faveur royale, elle est choisie en 1355 comme marraine de Philippa, la petite-fille du roi Édouard III. Cet honneur est ainsi décrit par l'écrivaine Agnes Strickland : « Sa marraine [de Philippa] était également comtesse de Warwick, une dame en outre d'une grande valeur »[6]. Elle bénéficie aussi de la confiance absolue de ses proches, puisqu'elle est désignée légataire dans le testament de sa sœur Agnès[7]. Catherine Mortimer meurt elle-même le 4 août 1369, quelques mois avant son époux, et est inhumée dans la Collégiale Sainte-Marie de Warwick.

Descendance

De son mariage avec Thomas Beauchamp, Catherine Mortimer a quinze enfants[7] :

  • Guy de Beauchamp (v. 1335 – 28 avril 1360), épouse Philippa de Ferrers ;
  • Thomas Beauchamp (16 mars 1337/9 – 8 avril/août 1401), 12e comte de Warwick, épouse Margaret de Ferrers ;
  • Reinbrun Beauchamp (? – 1361) ;
  • William Beauchamp (v. 1343 – 8 mai 1411), 1er baron Bergavenny, épouse Jeanne FitzAlan ;
  • Roger Beauchamp (? – 1361) ;
  • Maud Beauchamp (? – 1403), épouse Roger de Clifford, 5e baron de Clifford ;
  • Philippa Beauchamp (? – 1386), épouse Hugh Stafford, 2e comte de Stafford ;
  • Alice Beauchamp (? – 1383), épouse John Beauchamp, 3e baron Beauchamp de Somerset, puis Matthew Gurney ;
  • Jeanne Beauchamp, épouse Ralph Basset, 3e baron Basset de Drayton ;
  • Isabelle Beauchamp (? – 1416), épouse John le Strange, 5e baron Strange de Blackmere, puis William d'Ufford, 2e comte de Suffolk, devient ensuite nonne ;
  • Marguerite Beauchamp, épouse Guy de Montfort, devient ensuite nonne ;
  • Élisabeth Beauchamp, épouse Thomas d'Ufford ;
  • Anne Beauchamp, épouse Walter de Cokesey ;
  • Juliana Beauchamp ;
  • Catherine Beauchamp, nonne.

Ascendance

Références

  1. Mortimer 2003, p. 322.
  2. Costain 1958, p. 231.
  3. Maddicott 1970, p. 225.
  4. Tuck 2004.
  5. Holmes 1957, p. 13.
  6. Strickland 2010, p. 295.
  7. Richardson 2011, p. 56.
  8. Mortimer 2003, p. 338.
  9. Mortimer 2003, p. 339.
  10. Mortimer 2003, p. 340.
  11. Mortimer 2003, p. 341.

Bibliographie

  • (en) Thomas B. Costain, The Three Edwards, Garden City (New York), Doubleday and Company, Inc, (ASIN B001PI9ZKC)
  • (en) G. A. Holmes, The Estates of the Higher Nobility in Fourteenth-Century England, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521116541)
  • (en) John Maddicott, Thomas of Lancaster, 1307-1322. A Study in the Reign of Edward II, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-821837-1, OCLC 132766, LCCN 70550035)
  • (en) Ian Mortimer, The Greatest Traitor. The Life of Sir Roger Mortimer, 1st Earl of March, Ruler of England, 1327–1330, Londres, Pimlico, (ISBN 0-7126-9715-2)
  • (en) Douglas Richardson, Magna Carta Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families, Seattle, Createspace, (ISBN 9781461045205)
  • (en) Agnes Strickland, Lives of the Queens of England from the Norman Conquest: With Anecdotes of the Courts: First Published From Official Records and Other Authentic Documents, Private as Well as Public, Nabu Press, (ISBN 978-1146747103)
  • (en) Anthony Tuck, « Beauchamp, Thomas, eleventh earl of Warwick (1313/14–1369) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  • Portail du Moyen Âge tardif
  • Portail de l’Angleterre
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.