Cecilia Beaux

Cecilia Beaux née le à Philadelphie (Pennsylvanie), morte le à Gloucester (Massachusetts) est une peintre portraitiste américaine, de style impressionniste.

Pour les articles homonymes, voir Beaux (homonymie).
Cecilia Beaux
Cecilia Beaux - Autoportrait en 1894
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Biographie

Son père est un peintre français et sa mère est américaine.

D'abord élève de William Sartain, elle vient à Paris en 1889, où elle fréquente l'Académie Julian. Si, en 1891, elle retourne à New York où elle devient membre de la National Academy, elle n'en reste pas moins en contact avec la France puisqu'en 1902 elle est membre associée de la Société nationale des beaux-arts de Paris, où elle expose en 1913 et 1923.

Elle participe aussi au Salon des artistes français à partir de 1900, date à laquelle une médaille d'or lui a été décernée[1].

De la génération de Mary Cassatt, Cecilia peint aussi des portraits, surtout d'enfants. Sa mise en page audacieuse doit certainement beaucoup à l'Art japonais, alors tellement en vogue. L'exemple le plus significatif de ces compositions recherchées est sans doute le portrait de la petite fille Ernesta With nurse, pour lequel, seules la jupe volumineuse, la manche et la main de la nurse sont visibles, mettant en valeur la fragilité de la petite fille. L'ensemble est peint à grands coups de brosse assurés, montrant sa connaissance, sa compréhension de l'art impressionniste. C'est avec une sensibilité proche de l'abstraction, qu'elle joue volontiers du blanc sur du blanc[2].

En 1919, elle proposa au gouvernement américain de faire réaliser les portraits des principaux représentants des forces alliées lors de la Première Guerre mondiale et fut une de huit artistes qui en furent chargés, en recevant la commande des ceux de Clemenceau, du cardinal Mercier en Belgique, et de l'amiral Beatty, commandant la flotte britannique. Elle se heurta au refus de Clemenceau motivé par un désaccord avec le président Wilson, et après avoir assisté de son peu coopératif modèle à Versailles le , décide de s'inspirer de ce moment pour sa composition; afin de pouvoir l'exécuter elle parvint néanmoins à son retour d'Egypte à le rencontrer brièvement et dans des conditions défavorables qui lui firent dire que "seul Sargent serait capable de réussir ce portrait" (Manoeuvre, op. cit.)...l'effigie est datée de 1920.

L'année suivante, lors de l'exposition itinérante de la série de portraits, l'artiste donna à la nation française son tableau Siat et sarita, Femme au chat (1893-1894), dont elle réalisa une réplique (Washington, Corcoran Gallery of Art).


Œuvres

  Georges Clemenceau (Washington, Smithsonian Art Museum); reproduit en couoleurs par Manoeuvre (cf. bibliographie);

Notes et références

  1. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 1, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030117), p. 937
  2. Ibid, p. 938
  3. http://www.concarneau-peintres.fr/etranger/americains/beaux.htm

Annexes

Bibliographie

  • (fr) Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 1, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030117), p. 937-938
  • (en) Marshall B. Davidson et Élisabeth Stilliger, The american Wing, éditions New York: Le Musée (1985), , 352 p. (ISBN 0870994247)
  • (en) Encyclopædia Britannica (lire en ligne)
 Laurent Manoeuvre, Les Pionnières - Femmes et impressionnistes (Editions des Falaises, 2019, pp 98 et 99)

Liens externes

  • Portail des arts
  • Portail de la peinture
  • Portail des États-Unis
  • Portail de la Pennsylvanie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.