Chacta (langue)

Le chacta, ou choctaw (en anglais choctaw), est la langue des Chactas. Cette langue muskogéenne est parlée aux États-Unis, dans le sud-Est de l'Oklahoma et dans le Mississippi par environ 10 000 personnes[2]. Elle est proche du chicacha.

Pour les articles homonymes, voir Choctaw (homonymie).

Chacta, choctaw
Pays États-Unis
Région Oklahoma, Mississippi
Nombre de locuteurs 9 211 en 2000[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 cho
ISO 639-3 cho
IETF cho

Avant le déplacement forcé des Chactas vers l'Oklahoma, dans les années 1830, la langue était parlée dans le Sud-Est des États-Unis.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'armée américaine utilise des Chactas pour ses communications cryptées, ils sont plus rapides que les machines à coder[3]. La méthode est reprise durant la Seconde Guerre mondiale contre les Japonais.

Variétés

Les déplacements de population et la dispersion des Chactas ont créé des dialectes, dont le nombre est mal connu. Cependant, en 1987, Pamela Munro[4] identifie trois variétés de chacta :

  • Le chacta de l'Oklahoma, parlé par la Nation chacta (en) ;
  • Le chacta du Mississippi, parlé à Philadelphia, dans l’État du Mississippi, dans la réserve chacta ;
  • Le chacta mississippien de l'Oklahoma, parlé par un groupe vivant en Oklahoma, avec les Chicachas.

D'autres Chactas résident ailleurs. Ainsi un groupe existe près d'Elton, en Louisiane, lieu de la réserve Koasati.

Écriture

Un premier alphabet est conçu au xixe par des missionnaires Cyrus Byington et Alfred Wright, dans le but de traduire des ouvrages religieux dont notamment plusieurs livres de la Bible. Leur orthographe ne note pas la longueur de voyelle mais note la distinction de tension entre les voyelles tendues et les voyelles relâchées ; cette distinction qui est pourtant allophonique. La nasalisation est indiquée à l’aide d’un trait sous la voyelle  a̱, i̱, o̱, u̱  ou en suivant celle-ci par une consonne nasale homorganique (en)  m  ou  n . Cet orthographe ne distingue pas le digramme  hl  (noté  lh  devant une consonne), représentant une consonne, et la séquence des consonnes  h  et  l [5]. Les deux digrammes  ai, au  représentes des diphtongues.

Alphabet chacta de Wright et Byington[6],[7],[8]
Lettres abchefhhliklmnopsshtuʋwy
Phonèmes /a/, ///b//////f//h//ɬ//i/, ///k//l//m//n//o/, ///p//s//ʃ//t//o//a//w//j/

Dans l’édition du dictionnaire chacta de Cyrus Byington publié en 1915 par Swanton et Halbert, cet alphabet est légèrement modifié, remplaçant  ʋ  par    et le digramme  hl  (ainsi que la séquence de consonnes  h  et  l ) par  ł , et notant la nasalisation à l’aide d’un n supérieur    après la voyelle nasale[5].

Cet orthographe a depuis été modifié en plusieurs variantes, notamment l’orthographe Mississippi Choctaw de la Mississippi Band of Choctaw Indians des années 1970 ou celui de la Choctaw Bible Translation Committee[9].

Sa variante modernisée, utilisée par un nombre de linguistes, utilise systématique le digramme  lh  au lieu de  hl  et uniquement les trois voyelles phonémiques  a, i, o , avec un trait souscrit lorsque nasalisées  a̱, i̱, o̱  et double lorsque longues  aa, ii, oo . De plus, le coup de glotte est noté avec l’apostrophe et l’accent tonique est noté avec l’accent aigu sur la voyelle[10] :  á, áa, á̱, í, íi, í̱, ó, óo, ó̱ .

Alphabet chacta modernisé
Lettres abchfhikllhmnopsshtwy
Phonèmes /a//b////f//h//i//k//l//ɬ//m//n//o//p//s//ʃ//t//w//j/

Phonologie

Les phonèmes du chacta sont les suivants :

Consonnes

Labiale Alvéolaire Palatale Vélaire Glottale
Occlusive Non-voisée p t k ʔ
Voisée b
Affriquée
Fricative centrale f s ʃ h
latérale ɬ
Nasale m n
Latérale l
Semi-voyelle w j
  • Allophones :

La plupart des consonnes, en dehors des glottales, ont un allophone géminé, réalisé comme une consonne longue :

  • ãˈtʃokːa - ma maison
  • isːi - cerf
  • hiɫːah - il danse, dansa
  • pibanːah - il nous regarde
  • bitʃolːi - plier
  • hoyːa - goûter

Voyelles

Le choctaw a trois voyelles qui ont trois qualités : courtes, longues et nasales.

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i ĩ
Mi-fermée o õ
Ouverte a ã

Anecdote

La locution chacta « okeh » (signifiant « ainsi soit-il ») pourrait être à l'origine de l'interjection américaine « OK » : « Okeh » alias « Oke » est attesté dès 1825 dans les travaux des missionnaires Cyrus Byington et Alfred Wright[11]. Ces missionnaires ponctuaient de nombreuses phrases de leur traduction de la Bible en langue chacta avec la locution « okeh ». « Okeh » est d'ailleurs donné comme une variante orthographique de « okay » dans le dictionnaire Webster's de 1913.

Notes et références

  1. (en) Fiche langue[cho]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. Broadwell 2005.
  3. Guillois 2014.
  4. P. Munro, art. cité
  5. Broadwell 2006, p. 4–5.
  6. Wright et Byington 1849.
  7. Wright et Byington 1852.
  8. Wright et Byington 1872.
  9. Broadwell 2006, p. 5–7.
  10. Broadwell 2006, p. 6.
  11. Byington 1915, p. 294.

Sources

  • (en) George Aaron Broadwell, « Choctaw », dans Heather K. Hardy et Janine Scancarelli, Native Languages of the Southeastern United States, Lincoln, University of Nebraska Press, (ISBN 0-8032-4235-2)
  • (en) George Aaron Broadwell, A Choctaw reference grammar, Lincoln, University of Nebraska Press, (ISBN 978-0-8032-1315-9 et 0-8032-1315-8)
  • (en) Cyrus Byington, A Dictionary of the Choctaw Language (edited by John R. Swanton, Henry S. Halbert), (lire en ligne)
  • (en) James M. Crawford, « Southeastern Indian Languages », dans Studies in Southeastern Indian Languages, Athens, The University of Georgia Press, (ISBN 0-8203-0334-8)
  • Margot Guillois, « 1914-1918, L’arme insoupçonnée des Américains », Courrier international, (ISSN 1154-516X, lire en ligne)
  • (en) Pamela Munro, « Some Morphological Differences Between Chickasaw and Choctaw », dans Muskogean Linguistics, Los Angeles, Department of Linguistics, University of California, Los Angeles, coll. « UCLA Occasional Papers in Linguistics » (no 6),
  • (en) Thurston Dale Nicklas, « Choctaw Morphophonemics », dans Studies in Southeastern Indian Languages, Athens, The University of Georgia Press, (ISBN 0-8203-0334-8)
  • (cho) Alfred Wright et Cyrus Byington, Chahta holisso ai isht ia ʋmmona – The Choctaw spelling book, Boston, T.R. Marvin, , 5e éd. (présentation en ligne, lire en ligne)
  • (cho) Alfred Wright et Cyrus Byington, Chahta holisso ai isht ia ʋmmona – The Choctaw spelling book, Boston, T.R. Marvin, , 6e éd. (présentation en ligne, lire en ligne)
  • (cho) Alfred Wright et Cyrus Byington, Chahta holisso ai isht ia ʋmmona – The Choctaw spelling book, Richmond, Presbyterian committee of publication, , 8e éd. (présentation en ligne, lire en ligne)

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail des Nord-Amérindiens
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.