Chantal Spitz

Chantal Spitz, née le à Papeete (Tahiti), est une écrivaine polynésienne. Elle est la première écrivaine polynésienne à avoir publié un roman en 1991[1].

Pour les articles homonymes, voir Spitz.
Chantal Spitz
Fonctions
Directrice de publication de la revue Littérama’ohi
Biographie
Naissance
Période d'activité
depuis 1991
Nationalités
Domicile
Activité
Œuvres principales
  • L'île des rêves écrasés (1991)
  • Cartes postales (2015)

Biographie

Dans un article pour le centenaire de Paul Gauguin, elle raconte comment ses parents fulminèrent lorsque l'État français renomma l'école centrale de Tahiti en lycée Paul-Gauguin[2]. Elle est élevée dans les traditions tahitiennes et en particulier, les chants polyphoniques tahitiens, les tärava tahiti[3].

Chantal Spitz commence sa carrière littéraire en 1991 avec la publication de L'île des rêves écrasés, le premier roman tahitien de langue française publié par une maison d'édition à l'époque[4]. Réédité en 2013 par les éditions Au vent des îles, il est salué par la critique polynésienne pour son rythme inspiré de l'oralité[4]. Il est le premier roman tahitien traduit en anglais par les éditions Huia sous le titre Island of Shattered Dreams[5] en Nouvelle-Zélande[4].

En 2011, elle publie Elles, Terre d'enfance (éditions Au vent des îles), roman sur lequel elle a travaillé pendant sept ans[6]. La même année, elle est le sujet d'un reportage de Polynés'îles sur Polynésie 1ère[7] et de TV5 Monde l'année suivante[8].

En 2012, elle publie Hombo, transcription d'une biographie (éditions Au vent des îles), roman lyrique, mêlant l'oralité de la langue polynésienne à un style littéraire abouti.

En 2015, elle publie son premier recueil de nouvelles, Cartes postales (éditions Au vent des îles). Des textes très courts, émancipés de toute ponctuation, où le rythme vient en lisant, en déclamant. La particularité de cet ouvrage tient au fait que chaque histoire brosse le portrait d'une femme, entre parcours de vie cabossés, femmes abusées, femmes enragées et femmes immémoriales. Elle est récompensé par le Prix Popaï, catégorie Littérature du Pacifique, au salon international du livre océanien (SILO).

Très attachée à lutter contre les clichés sur la Polynésie française[6], elle préside l'association Littérama’ohi (créée en 2001 par Flora Devantine) pour promouvoir la littérature autochtone ultramarine[1],[6]. L'association publie deux fois l'an une revue littéraire éponyme dont elle est directrice de publication depuis 2008[3].

Elle participe aussi à de nombreux colloques en Nouvelle Calédonie, au Fidji ou encore, en Australie, intervenant pour déconstruire le mythe de la vahiné lascive ou du bon sauvage attaché aux autochtones des îles du Pacifique[1],[4]. Elle est aussi engagée dans le front anti-nucléaire depuis les premiers essais français dans l'archipel en 1996[9].

Elle vit aujourd'hui sur l'île de Huahine où elle retrouve le calme en bord de mer, sur un motu isolé.

Bibliographie

  • Pensées insolites et inutiles, Papeete, édition Te Ite,
  • L'île des rêves écrasés : roman, Papeete, Au vent des îles, (1re éd. 1991), 209 p. (ISBN 978-2-915654-28-8)
  • Hombo. Transcription d'une biographie, Papeete, Au vent des îles, (1re éd. 2002), 124 p. (ISBN 978-2-915654-89-9)
  • Elles, terre d'enfance, roman à deux encres, Papeete, Au vent des îles, , 304 p. (ISBN 978-2-915654-84-4)
  • Cartes postales : Nouvelles, Papeete, Au vent des îles, , 92 p. (ISBN 978-2-36734-077-7) - Prix Popaï 'Littérature du Pacifique' 2016

Références

  1. « « Mon Pays n’est pas une carte postale », Chantal Spitz [Exclu] - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° », sur Toute l'actualité des Outre-mer à 360° (consulté le 27 mai 2018).
  2. « Chantal Spitz, « Héritage et confrontation » - Île en île », Île en île, (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  3. Flora Aurima-Devatine et Estelle Castro-Koshy, « Poétiques, éthique et transmission sur la toile : l’univers littéraire et le patrimoine culturel de Flora Aurima-Devatine, Nathalie Heirani Salmon-Hudry et Chantal Spitz », Anthrovision, no 4.1, (ISSN 2198-6754, DOI 10.4000/anthrovision.2307, lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  4. « Chantal T. Spitz - Île en île », Île en île, (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  5. (en) « Huia | Chantal Spitz », sur www.huia.co.nz (consulté le 27 mai 2018).
  6. « Rencontre avec Chantal Spitz écrivaine majeure de Polynésie », Culturebox, (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  7. auventdesiles, « Chantal Spitz - Polynés'iles », (consulté le 27 mai 2018).
  8. sefraus, « Huahine: the rebel island/ l'ile rebelle », (consulté le 27 mai 2018).
  9. Au Vent des îles, « Quand le mythe s’effrite… », TAHITI INFOS, les informations de Tahiti, (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).

Liens externes

  • Portail de la Polynésie française
  • Portail de la littérature française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.