Charles-Georges Boyer

Charles-Georges Boyer (Paris, 1743–Paris, 1806 ou 1807) est un éditeur de musique français de la fin du XVIIIe siècle.

Pour les articles homonymes, voir Boyer.
Ne doit pas être confondu avec Georges Boyer.
Charles-Georges Boyer

Naissance
Paris,  Royaume de France
Décès
Paris, Premier Empire
Activité principale Éditeur de musique
Années d'activité Éditeur : 1778–1796 (18 ans)

Biographie

Boyer est écuyer du Roi lorsqu'il épouse Marie-Rose Le Menu en [1]. En , sa femme s'associe avec sa mère, Roze Le Menu, dans leur entreprise d'édition musicale, sous le nom d'enseigne « À la clef d'or ». Le commerce a été fondé par Christophe Le Menu en 1758. L'association des Dames Lemenu et Boyer s'achève en 1783. La même année Boyer rachète à sa belle-mère la société, alors que dès le [1], il s'était investi dans l’entreprise.

Page de titre des trois sonates opus 5 de Jan Ladislav Dussek, dédiées à Hélène de Montgeroult, éditées par Charles-Georges Boyer en 1788.

Les catalogues émis sous son nom, confondent les œuvres publiés antérieurement par Madame Le Menu[1]. En 1784, Boyer achète le fonds de l’éditeur Jean-Baptiste Venier.

Ses différentes adresses parisiennes de 1778 à 1796 sont : Rue du Roule (1778–83) ; rue Neuve-des-petits-Champs (1783–1785) ; rue de Richelieu (1785–1793) ou rue de la Loi (1793–1796, en raison des changements de nom pendant la Révolution), dans l'ancien café de Foy.

En 1796, il vend son fonds à l'éditeur Jean-Henri Naderman qui se donne pour son successeur, conservant rue de la Loi, l'enseigne À la clef d'or.

Le répertoire que publie Boyer embrasse tout ce qui alors est à la mode : symphonies, symphonies concertantes, concertos, musique de chambre et des choses moins sérieuses tels des arrangements d'opéra-comiques et des airs. On trouve à son catalogue des compositeurs italiens, Boccherini, Cambini, Clementi, Lorenziti et Sarti ; germaniques, tels que Haydn, Stamitz, Vaňhal, Kreutzer, Leopold Kozeluch et Sterkel. En revanche, les compositeurs français y sont minoritaires[1]. Il publie aussi la traduction de la méthode de violon de Leopold Mozart, Versuch einer gründlichen Violinschule, en 1770, dans la traduction de Valentin Roeser.

Bibliographie

  • (en) Anik Devriès, The New Grove Dictionary of Music and Musicians (édité par Stanley Sadie) : Boyer, Charles-Georges, Londres, Macmillan, seconde édition, 29 vols. 2001, 25000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)

Notes et références

Liens externes

  • Portail de la musique classique
  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de l’édition
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.