Charles Bénard (navigateur)

Charles Marie Eugène Pierre Bénard, né le à Redon et mort le à Penmarc'h en France, est un navigateur français.

Ne doit pas être confondu avec Charles Bénard.
Pour les articles homonymes, voir Bénard.

Charles Bénard

Charles Bénard en 1908

Nom de naissance Charles Marie Eugène Pierre Bénard
Naissance
Redon
Décès
Penmarc'h
Nationalité Français

Première expédition Terre-Neuve (1886)
Dernière expédition Nouvelle-Zemble (1914)

Biographie

Fils d'un ingénieur des Ponts et Chaussées, il sort de l’École navale en 1886 et voyage sur les côtes de Terre-Neuve. Enseigne de vaisseau, il quitte le service en 1891 et s'installe à Bordeaux où il entre au conseil d'administration de plusieurs compagnies maritimes.

En 1899, il fonde la Société française d'océanographie et se lie avec Albert Ier de Monaco. Réunissant des capitaux privés, il organise en 1908 une expédition dans l'Arctique pour y étudier les systèmes de pêche de Norvège et de Laponie, faire des relevés océanographiques en mer de Barents et mener des recherches en Nouvelle-Zemble.

Il part ainsi de Dunkerque le 12 avril 1908 sur le Jacques Cartier, visite dès mai Torghatten, les Lofoten, le Vestfjord, le Sørøysundet et Hammerfest et double le cap Nord en juin. En mer de Barents, il analyse la température de l'eau et la salinité, les profondeurs, les courants, la nature des fonds etc. et franchit le Kostin Shar le 7 juillet avant de mouiller dans la Baie de Belushya en Nouvelle-Zemble.

En juillet et août, de nombreux relevés sont effectués et de grands raids sont menés à travers l'ensemble de la Nouvelle-Zemble, permettant ainsi de préciser le tracé des côtes, d'établir les données géographiques de la presqu'île et de la baie de Rogatcheff, du fjord du Prince de Monaco et du détroit de Matotchkine qui sépare la Nouvelle-Zemble en île Nord et île Sud. Sont aussi explorées des chaînes de montagnes comme la chaîne Nicolas II ou celle de Falsie et la vallée France-et-Russie est découverte.

Pour le Muséum d'histoire naturelle sont de même constituées des collections de plantes, d'animaux et d'échantillons géologiques et de nombreuses photographies de Samoyèdes sont prises. L'expédition prend fin en septembre et regagne la France avec de nombreuses données concernant la pêche.

En juillet 1914, Charles Bénard entreprend un nouveau voyage à Arkhangelsk. Seul et à pied, il traverse toute la Terre de Lütke et, en septembre, avec un guide samoyède, parcourt à traineau la côte occidentale de la Nouvelle-Zemble dite Terre des Oies (en).

À son retour, il reprend du service et participe à la Première Guerre mondiale. Passionné d'archéologie, il fouille la Pointe de la Torche avec Théodore Monod et l'abbé Favret en été 1920 avant de fonder en 1923 le Musée de la Préhistoire finistérienne.

Au retour d'une expédition dans le Sahara, ruiné et abandonné par son épouse, il se suicide par asphyxie, entrainant dans la mort ses deux enfants de 12 et 13 ans, le 16 novembre 1931 à Penmarc'h dans sa villa de Ker Porz Carn.

Publications

  • Le Vénézuéla, études physiques, politiques, commerciales, minières et agricoles, 1897.
  • Charles Bénard, Histoire des Expositions de Bordeaux, Bordeaux, Société Philomathique de Bordeaux, , 508 p. (lire en ligne).
  • La Conquête du Pôle, 1904.
  • Dans l'océan Glacial et la Nouvelle-Zemble (avril-septembre 1908), 1909.
  • Charles Bénard, Mission Arctique : Stations scientifiques, Cartographie - Météorologie, t. 6, Bordeaux, Société d'Océanographie du Golfe de Gascogne, , 62 p. (lire en ligne).
  • Charles Bénard Le Pontois, abbé Favret, Georges Alexandre Lucien Boisselier, Importance archéologique de la presqu'île de la Torche, Penmarc'h, Finistère, Quimper, Jaouen, 1919.
  • Un été chez les Samoyèdes, 1921.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean Guérin, Des hommes et des activités: autour d'un demi-siècle, 1957, p. 64
  • Jean-Marie Thiébaud, Les français et les suisses francophones en Russie et en URSS du Moyen Âge à nos jours, 2002, p. 62
  • Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.4, Océanie, 2003, p. 76

Liens externes

  • Portail du monde maritime
  • Portail de l’exploration
  • Portail de l’Arctique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.